Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Nucléaire : l'ASN demande à EDF d'élaborer une stratégie de lutte contre les fraudes

Depuis 2015, le secteur du nucléaire fait l'objet de fraudes répétées. L'Autorité de sûreté nucléaire a convoqué EDF pour lui demander de formaliser une stratégie de traitement des cas découverts et s'attaquer aux causes profondes du problème.

Energie  |    |  P. Collet
Nucléaire : l'ASN demande à EDF d'élaborer une stratégie de lutte contre les fraudes

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) demande à EDF de « formaliser » au plus vite sa stratégie concernant les fraudes. Cette demande porte sur deux sujets : la stratégie d'EDF pour « traiter les cas déjà détectés » et le plan d'action que l'entreprise compte appliquer « pour traiter les causes profondes pouvant mener un intervenant ou une organisation à frauder ». L'ASN a formulé ces demandes, le 26 février, à l'occasion d'une audition de Luc Rémont, le président-directeur général (P-DG) d'EDF, au sujet des contrefaçons, falsifications et suspicions de fraude dans le domaine nucléaire.

Premières irrégularités détectées en 2016

En 2015, la question du respect des prescriptions techniques applicables aux équipements nucléaires fait irruption sur la scène publique. Cette année-là, Areva signale à l'ASN avoir découvert une anomalie dans la composition de l'acier de certaines zones du couvercle et du fond de la cuve du réacteur de l'EPR de Flamanville (Manche). En cause ? Le fabricant a validé ces pièces sans effectuer l'intégralité des tests imposés par la réglementation relative aux équipements sous pression nucléaires (ESPN).

L'année suivante, une revue approfondie de la qualité de la fabrication à l'usine de Creusot Forge (Saône-et-Loire) mettait en évidence « des irrégularités dans le contrôle de fabrication d'environ 400 pièces produites depuis 1965, dont une cinquantaine seraient en service sur le parc électronucléaire français », selon l'ASN. Il s'agissait d'incohérences, de modifications ou d'omissions portant sur des résultats d'essais ou des paramètres de fabrication. Bien sûr, dans la foulée, l'ASN renforcait ses contrôles avec un dispositif d'inspection explicitement axé sur la détection de ces fraudes (en 2023, 53 de ces contrôles ont été menés).

De multiples signalements chaque année

En mai 2018, l'ASN rappelait à l'ordre les exploitants nucléaires et leur demandait de signaler toutes les fraudes détectées. Six mois plus tard, l'Autorité lançait un portail pour recueillir les signalements des lanceurs d'alerte. En mai 2019, elle rapportait avoir reçu 22 signalements, dont certains relevaient de fraude potentielle. Depuis, l'activité du portail perdure, avec 33 signalements reçus en 2023.

En janvier dernier, le sujet est revenu sur le devant de la scène à l'occasion des vœux du président de l'Autorité, Bernard Doroszczuk. Placés sous le signe de la nécessaire rigueur industrielle, ils ont été l'occasion de pointer les risques de falsification et de contrefaçon qui existent dans la maîtrise des procédés spécifiques au nucléaire. Et de préciser, sans donner plus de détails, qu'en 2023, 43 cas de fraudes avérées ont été constatés, dont trois ont fait l'objet d'un signalement au procureur de la République. Ces fraudes s'ajoutent à sept autres signalées précédemment.

L'EPR concerné

Dans la foulée, le média Reporterre (1) enquêtait et révélait qu'au moins un des trois cas de falsification signalés à la justice concerne un fournisseur du chantier de l'EPR de Flamanville. Reporterre précise qu'il s'agit d'équipements dit « sous pression », c'est-à-dire particulièrement sensibles, susceptibles de contenir un fluide radioactif et soumis à des pressions pouvant atteindre 155 bars et des températures d'environ 300 °C.

C'est dans ce contexte que la convocation de Luc Rémont prend tout son sens. L'ASN insiste sur le fait que les exploitants sont les premiers responsables de la sûreté des installations et qu'il leur « appartient (…) de prévenir les fraudes, de les détecter et de prendre les mesures nécessaires au traitement des cas avérés ». L'Autorité a donc demandé au patron d'EDF quelles actions compte mettre en œuvre l'entreprise « pour renforcer la lutte contre la fraude dans la chaîne de sous-traitance et d'approvisionnement, pour ses réacteurs en exploitation et ceux en construction ou en projet ».

Et, visiblement, la réponse apportée par le P-DG d'EDF n'est pas satisfaisante. L'Autorité lui demande donc de formaliser « dans les meilleurs délais » un plan d'action qui traite du problème à la racine. L'ASN veut qu'EDF « traite les causes profondes pouvant mener un intervenant ou une organisation à frauder ». Surtout, il semble que le traitement des fraudes identifiées ne fasse pas l'objet d'une procédure claire. L'ASN demande donc à EDF d'élaborer sa stratégie pour traiter les cas déjà détectés.

1. Accéder à l'article de Reporterre
https://reporterre.net/EPR-de-Flamanville-une-falsification-signalee-a-la-justice

Réactions3 réactions à cet article

Il ne faut pas refaire l'histoire, au risque d'anachronismes... Les "fraudes" constatées sur les couvercles et fonds de cuves résultent de la mise en place aux forceps d'un contrôle qualité qui n'avait pas la culture lui permettant d'intégrer dans ses procédures les bonnes pratiques des ateliers. les vrais métallurgistes n'ont jamais été inquiets des "manquements" réglementaires constatés a posteriori... Pour les manquements récents, se reporter au rapport Folz : le politique porte une énorme responsabilité dans la dégradation du secteur.

dmg | 01 mars 2024 à 10h14 Signaler un contenu inapproprié

Je partage l'avis de dmg

PELICAN92 | 01 mars 2024 à 17h18 Signaler un contenu inapproprié

Question de sécurité pour des installations nucléaires...

Dym | 04 mars 2024 à 12h14 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Barrages flottants anti-pollution : anti-MES, absorbant ou de confinement DIFOPE
Bac souple pliable amovible : une bâche de rétention souple multifonction DIFOPE