En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Fessenheim : Francis Rol-Tanguy officiellement chargé de coordonner la fermeture

Energie  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Un décret publié ce mercredi 12 décembre 2012 au Journal Officiel institue un délégué interministériel à la fermeture de la centrale nucléaire et à la reconversion du site de Fessenheim (Bas-Rhin).

A l'issue du Conseil des ministres, le ministère de l'écologie a confirmé la nomination de Francis Rol-Tanguy à ce poste. "Ingénieur général des Ponts et Chaussées, Francis Rol-Tanguy a notamment été directeur de cabinet de Jean-Claude Gayssot au ministère de l'Equipement (…) de 1997 à 2000", rappelle le ministère de l'Ecologie.

"Le délégué interministériel est chargé de préparer et de coordonner, sous la responsabilité du ministre chargé de l'énergie (…), les opérations nécessaires à la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim et à la reconversion du site", indique le décret.

La mission confiée à Francis Rol-Tanguy est particulièrement large. Il devra soumettre au Gouvernement "une stratégie globale de reconversion du bassin de vie et d'emploi de Fessenheim". Celle-ci tiendra compte de "l'impact direct de la fermeture sur l'ensemble des activités économiques locales, notamment les activités de sous-traitance, et les ressources, notamment fiscales, des collectivités locales, ainsi que son impact général sur le bassin de vie".

Négocier un protocole avec EDF

Concrètement il devra conduire, au nom du ministre de l'Energie et en lien avec l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), la négociation d'un protocole d'accord avec EDF, articulé autour de deux thèmes et quatre points.

S'agissant de l'arrêt et du démantèlement, il négociera "les conditions juridiques, techniques, économiques et sociales de la fermeture" ainsi que "les conditions de démantèlement de l'installation, notamment en ce qui concerne les rejets, l'état final du site, l'exutoire des déchets issus du démantèlement".

Quant à la question sociale, elle sera abordée au travers des "modalités d'accompagnement des salariés concernés par la fermeture" et des "modalités de participation de l'exploitant au devenir du bassin de vie et d'emploi de Fessenheim".

La conception d'un "plan permettant d'assurer l'équilibre du réseau local, national et, le cas échéant, transfrontalier" est un autre sujet de réflexion confié au Francis Rol-Tanguy qui devra pour cela s'appuyer sur les services du gestionnaire du réseau public de transport (RTE). Ce plan devra être réalisé "à partir d'une analyse des conséquences de la fermeture sur l'alimentation électrique de la région Alsace".

Réactions13 réactions à cet article

 

Lettre ouverte au gouvernement.
Le changement consiste-t-il à démanteler l’industrie française ?

Nous avons porté à votre connaissance un certain nombre d’éléments concernant l’impact de la Centrale Nucléaire de Fessenheim du point de vue social, environnemental et de la production électrique à l’occasion d’une rencontre le 11 octobre dernier. A cette occasion vous nous avez réaffirmé l’engagement pris par François Hollande Président de la République de fermer Fessenheim « à la fin de l'année 2016 dans des conditions qui garantiront la sécurité des approvisionnements de cette région, la reconversion du site et la préservation de tous les emplois ». Nous avons réaffirmé notre opposition à une fermeture qui n’est fondée ni sur des motifs de Sûreté, ni sur des motifs économiques, ni sur des motifs techniques.

Le discours du Président de la République au moment de l’ouverture de la conférence environnementale a quelque peu apaisé les tenants de l’idéologie anti-nucléaire. Pour peu de temps, comme vous avez pu le remarquer. Depuis, ces derniers n’ont de cesse de mener leur entreprise de propagande et de culpabilisation à l’encontre des salariés du nucléaire, des Français et du Gouvernement. Mais est-il criminel d’œuvrer pour une filière qui contribue à 2% du PIB ? Est-il criminel de permettre l’accès à l’énergie à tous, même aux plus démunis ? Est-il criminel de produire une énergie dont le prix permet aux entreprises de gagner de la compétitivité ?

livier68 | 12 décembre 2012 à 21h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les 125 000 professionnels qui portent l’industrie nucléaire, les 285 000 employés (source expertise PWC 2011) qui en dépendent plus ou moins directement sont-ils coupables d’un crime, doivent-ils avoir honte de leur contribution apportée à la France ?

La centrale de Fessenheim est une centrale nucléaire parfaitement intégrée au parc nucléaire français ; elle est, à ce titre, soumise aux mêmes règles et aux mêmes exigences. Elle n’est pas moins sûre qu’une autre, et bénéficie d’ailleurs de l’intégration des toutes dernières exigences en matière de sûreté. Les salariés en sont fiers à juste titre, comme ils sont fiers des 12TWh fournis au réseau, fiers de contribuer à un service public.

Nous ne reviendrons pas sur l’argumentaire concernant la faille sismique et la digue du Rhin, il a fait l’objet d’expertises qui concordent sur la maîtrise du risque. Nous ne reviendrons pas sur la proposition d’un centre de démantèlement parce qu’il existe déjà (CIDEN). Nous ne nous étendrons pas sur l’illusion d’une filière du démantèlement porteuse d’avenir, autant croire qu’une filière de la casse automobile crée plus de richesse qu’une industrie de fabrication automobile.

livier68 | 12 décembre 2012 à 21h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Nous voulons attirer votre attention sur le fait que la centrale de Fessenheim contribue à l’Intérêt Général de la France. Dans l’échelle de nos valeurs, nous plaçons cet intérêt-là bien au-dessus des intérêts partisans des uns et des autres. Nous ne nous permettrons pas de vous rappeler votre devoir. Nous savons toutefois que Fessenheim sert de monnaie d’échange dans la transaction entre deux partis politiques, nous vous demandons de considérer cet arrangement avec l’intérêt des Français, de mesurer les conséquences de la fermeture d’un site nucléaire en regard du bénéfice d’un agrément politico-politicien. Tout porte à croire que le compte n’y est pas, ni du point de vue environnemental, ni du point de vue financier, ni du point de vue social.

livier68 | 12 décembre 2012 à 21h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Enfin , 1 qui ne nous pétera pas à la gueule , yeah!

bautzen | 13 décembre 2012 à 02h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'intervention de bautzen en une ligne est plus pertinente que celle de livier 68 développée en 3 messages...

Comment livier 68 peut-il parler d'une approche politico-politicienne ou encore de "partisanisme" antinucléaires quand on se pose juste des questions à l'échelle de plusieurs dizaines de générations et de sécurité publique, celle de tous!
On est largement au delà de considérations politico-économiques même à l'échelle de plusieurs dizaines d'années.

Tenaille | 13 décembre 2012 à 09h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci à livier68 pour les arguments que nul ne peut contester! Nous sommes à la veille seulement des discussions sur la transition énergétique et sans attendre des propositions concrètes pour remplacer le Nucléaire produit à Fessenheim , on charge un expert sous influence politique , de réaliser les "bonnes" intention de la Présidence! Pourtant, un premier Ministre de Gauche prônait qu'il faut laissez du temps au temps et discuter ensemble ,sans arrières pensées politiciennes.? Des preuves ,SVP, avant de choisir la précipitation!

arthur | 13 décembre 2012 à 10h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L' ASN nous ment , Fessenheim est dangereuse , cette centrale doit être stoppée , le personnel sera reclassé ou certains partiront à la retraite , mais arrêtons avant que ça pète , blanc d' alsace au plutonium , ça doit être parfait , + que parfait .
il faut penser aux futures générations , je ne suis au parti EELV , le franco- allemand part , puis revient , puis repart , n' importe quoi !!!

bautzen | 13 décembre 2012 à 13h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

bautzen
Travaillant dans cette centrale je ne comprend absolument pas vos affirmations. Pouvez vous objectiver vos propos.

Merci

livier68 | 14 décembre 2012 à 00h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

CNPE de Fessenheim : le délégué interministériel à la fermeture de Fessenheim refoulé énergiquement par le Personnel.

Ce matin c’est près de 200 agents EDF et prestataires qui ont reçu le délégué interministériel et lui ont interdit l’accès à la centrale.

M. Tanguy Francis a pu se rendre compte de la détermination du Personnel de la centrale pour défendre leur outil de travail. Le Personnel lui a rappelé qu’il est criminel de fermer le site nucléaire autorisé récemment par l’ASN à fonctionner en toute Sûreté pendant les dix prochaines années ; Le Personnel lui a également rappelé le contexte économique du pays (chômage de masse, fermetures d’usines, balance commerciale déficitaire, …)

S’il pensait que sa mission allait se dérouler tranquillement, il a mesuré que cette dernière allait être beaucoup plus difficile.

Quelques jours après sa nomination, le voilà dans le contexte.

LE PERSONNEL NE SE LAISSERA PAS FAIRE.

livier68 | 14 décembre 2012 à 17h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je ne répond pas , j' ai peur d' être irradié , no comment comme disait Serge Gainsbourg .

bautzen | 15 décembre 2012 à 18h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Avez-vous tout de même bien tous conscience que vous ne travaillez pas dans une société lambda qui fait l'objet d'une restructuration ou d'une fermeture?

Je ne pense pas qu'il existe beaucoup d'usines avec un potentiel de nuisance aussi prononcé sur la santé publique de ses concitoyens et de leurs descendance, la descendance de leur descendance et on peut aller encore très loin comme ça...

L'argument de l'emploi s'entend tout à fait mais il s'agit de réfléchir à moyen voire long terme et d'arrêter un peu de se regarder le nombril.
Quoique même en se recentrant un peu sur vous je ne comprends pas que vous ne ressentiez pas une certaine inquiétude.

Quant à l'argument du prix de l’énergie il est absolument ridicule puisque chacun sait que le "combustible" de base va être de plus en plus compliqué à extraire et nous avons aussi en ce moment même une belle démonstration du coût engendré par la construction de nouvelles centrales.

Encore une fois, on travaille sur des pas de temps qui surpassent largement l'échelle économique et même celle de la durée d'une vue humaine.

Tenaille | 17 décembre 2012 à 09h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le 21 septembre 2001 , que c'est t'il passé en France? ...........HEU!
L' explosion du site TOTAL à Toulouse , le 17 décembre : conclusion , personne n' est coupable et responsable , il y a eu des morts et des milliers 2 bléssés , après des batailles d' avocats , alors 1 centrale , ce sont les martiens qui ont ratés leur attérrissage , CQFD.

bautzen | 17 décembre 2012 à 20h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Aucune de vos affirmation n'est objectivé, merci de compléter par des faits en citant vos sources.

Le prix : Grâce au nucléaire, l’électricité est en France (Eurostat)
•35% moins chère que dans les autres pays d’Europe
•près de 2 fois moins chère qu’en Allemagne

Pollution : (ODCE) Grâce au nucléaire et à l’hydraulique, les émissions de CO2par kWh produit en France sont les plus faibles de l’Europe, avec la Suède, et 5 fois moindres qu’en Allemagne.

Le nucléaire, énergie conventionnelle la moins meurtrière (SFEN)
Francis Sorin, directeur du pôle Information de la Société française d'énergie nucléaire (SFEN) a publier une tribune sur lemonde.fr dans laquelle il appelle à revoir ce qu'il considère comme étant des idées reçues sur la sûreté nucléaire.
Il rappelle que contrairement à certaines idées reçues, une centrale nucléaire ne peut pas physiquement exploser et que l'enjeu majeur de la sûreté nucléaire est « d'empêcher que les produits radioactifs enfermés à l'intérieur des installations se répandent hors de leur confinement en quantités excessives ».
La base de la sûreté nucléaire consiste à doubler ou tripler tout dispositif de sûreté considéré comme vulnérable.
« De tous les grands moyens électrogènes, charbon, pétrole, gaz et hydraulique, c'est de très loin le nucléaire qui entraîne le moins de dommages aux personnes (...) On constate que le nucléaire a fait moins de morts en 50 années d'exploitation que les autautres sources électrogènes n'en font en une seule année

livier68 | 17 décembre 2012 à 23h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager