En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les orangs-outans victimes de la déforestation en Asie du Sud-Est

Alors que les forêts tropicales de l'Asie du Sud-est, dernier refuge des orangs-outans, disparaissent massivement, les Amis de la Terre lancent une campagne de sensibilisation afin d'alerter sur l'urgence de la situation en Indonésie.

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
   
Les orangs-outans victimes de la déforestation en Asie du Sud-Est
   
Les Amis de la Terre ont lancé le 29 juin 2007 une campagne de sensibilisation à destination du grand public ''Orangs-outans en voie d'extinction, la déforestation ne menace pas que les arbres'', parrainée par Emmanuelle Grundmann, primatologue et auteur de ''Ces forêts qu'on assassine''. Avec le soutien de 15 partenaires*, cette campagne est destinée à alerter sur l'urgence de la situation des forêts d'Asie du Sud-Est ainsi que celle de leurs habitants en particulier en Indonésie. L'exploitation du bois d'oeuvre, les plantations industrielles pour l'huile de palme et pour la pâte à papier sont autant de menaces qui pèsent sur ces forêts, leurs habitants, et les dernières populations d'orangs-outans, a averti les Amis de la Terre.

L'Indonésie possède près de 80% des dernières forêts tropicales primaires d'Asie du Sud-Est qui se trouvent sur les îles de Bornéo, de Sumatra et en Irian Jaya. D'après les Amis de la Terre, ce pays abrite 11% des espèces de plantes connues, 10% des mammifères et 16% des oiseaux. Les forêts primaires ne couvriraient qu' environ 48 millions d'hectares, soit une diminution de près de 70% par rapport à 1950, a indiqué l'organisation environnementale. L'équivalent d'un terrain de football de forêts disparaît en Indonésie toutes les dix secondes, soit deux millions d'hectares tous les ans. 90% des forêts indonésiennes ont été rasées, a-t-elle ajouté.

Les populations sauvages d'orangs-outans, espèces menacées, vivent aujourd'hui dans les derniers massifs de forêts tropicales au cœur des îles de Bornéo et de Sumatra. Il ne resterait plus aujourd'hui qu'entre 45.000 et 69.000 orangs-outans sur Bornéo et environ 7.300 sur Sumatra. Chaque année, 5.000 orangs-outans disparaissent, a prévenu l'organisation. D'après le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), les forêts de Sumatra et de Bornéo auront disparu à 98% en 2022 si des actions urgentes de préservation ne sont pas entreprises.

Selon les Amis de la Terre, les forêts d'Asie du Sud-Est sont coupées pour fournir du bois d'oeuvre, pour alimenter l'industrie du papier et aussi celles des biocarburants. L'ONG dénonce une exploitation ''illégale'' de bois précieux en Indonésie par les scieries et les usines de contreplaqué. Selon le PNUE, le trafic de bois aurait lieu à partir de 37 des 41 parcs nationaux indonésiens. Les plantations de palmier à huile utilisée dans l'industrie alimentaire, cosmétique et chimique et pour la fabrication de biocarburant s'étendent dans le pays et seraient responsables d'au moins la moitié de la réduction de l'habitat des orangs-outans entre 1992 et 2003, a indiqué l'organisation. Le dernier rapport des Amis de la Terre - Pays Bas publié le 3 juillet 2007 accusait Wilmar, une société de négoce d'huile de palme, d'exploiter illégalement les forêts tropicales, de provoquer d'immenses incendies et de violer les droits des communautés locales en Indonésie. La Banque Mondiale et de nombreuses banques européennes comme ING Direct, attirées par des taux de retour sur investissement élevés, financent les projets de déforestation de Wilmar, avait déclaré Sébastien Godinot, chargé de campagne sur les Acteurs Financiers aux Amis de la Terre France. Selon le PNUE, la superficie des plantations de palmiers à huile pourrait avoir triplé et atteindre 16,5 millions d'hectares d'ici 2020.

Les Amis de la Terre dénoncent également le récent engagement de l'Union Européenne à utiliser 10% de biocarburant dans le secteur du transport à l'horizon 2020. L'huile de palme indonésien pourrait être utilisée comme agrocarburant, en particulier pour les véhicules roulant au diesel qui sont très répandus en France, avait expliqué Sylvain Angerand, chargé de campagne Forêt aux Amis de la Terre France. Cet accroissement de la production pourrait signifier la disparition des dernières zones refuges pour l'orang-outan, a averti l'organisation.


* Agir pour l'environnement, Awely, Bruno Manser Fonds, Ligue des droits de l'animal, Help International, Kokopelli, Planète Urgence, Aves France, Biocoop, Ecologie sans frontières, Greenpeace, Jane Goodall France, One Voice, Secas, Société Nationale pour la Protection de la Nature.

Réactions5 réactions à cet article

 
Il est urgent de changer de mode de vie!

Les biocarburants(bien nommés: nécrocarburants)nous tuerons. Après les orangs-outans, ce seront les hommes de plus en plus affamés.
Effet de serre oblige, il ne faut plus brûler de combustibles fossiles et encore moins de nourriture pour les véhicules ou l'électricité. Il en va de l'avenir immédiat de la terre .
On ne pourra pas changer le fonctionement de l'économie en quelques décennies. Alors que reste-t-il pour garder un peu d'avenir à notre monde toujours plus nombreux et assoiffé d'énergie?
Le NUCLEAIRE à grande échelle, avec bien sur la surgénération pour que cette énergie supporte assez longtemps le poids de notre demande insassiable.

Christophe | 19 juillet 2007 à 08h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Il est urgent de changer de mode de vie!

Ben tiens, du nucléaire partout. Je n'arrive pas à comprendre, alors que tout le monde veut lutter contre le terrorisme, que l'on penche pour une énergie aussi vulnérable que le nucléaire justement du fait de la concentration des sources d'énergie qu'elle implique.
Personne ne parle jamais (sauf les antinucléaires) de la vulnérabilité de ce modèle. Sans parler de terrorisme, il suffit de voir ce qui se passe après le tremblement de terre au Japon: le plus gros site nucléaire (6 ou 7 réacteurs sur 52 au Japon) est arrêté du jour au lendemain. Si un second tremblement de terre intervient et met en berne un second site, va-t-on demander à chaque japonais d'allumer une lampe sur deux et de baisser sa climatisation pour que l'industrie continue à produire?
On ferait mieux de recourir massivement à toutes les énergies renouvelables (et de manière non intensive) possibles et à les exploiter de manière disséminée et en réseau, à commencer par le soleil qui envoie sur la surface de la terre en une heure autant d'énergie que la consommation mondiale d'une année. Ca devrait faire réfléchir, non?
Gugu

Gugu | 19 juillet 2007 à 08h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Il est urgent de changer de mode de vie!

Bien sur, le nucléaire n'a pas toutes les vertus! Mais quant à la sureté, je n'ai pas de soucis. Au Japon il y a eu des milliers de maisons détruites, mais les réacteurs ont réagis comme prévu dans les rapports de surté: arret immédiat, pas de dommages, sinon mineurs, qui seront vite surmontés. Rappelez-vous le réacteur arménien, il y a quelques années, qui a redémarré après quelques mois de vérifications, suite au violent tremblement de terre qui avait tout détruit alentours. L'anti-sysmique, ça marche.
Le terrorisme n'est pas la menace la plus grave actuelle; et il n'y a pas d'autres alternatives crédibles aux combustibles fossiles.

Christophe | 19 juillet 2007 à 10h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
combat nucleaire/energie renouvel : si nous changi

Nucleaire quelles garanties ? quant on peut lire que 20 ans plus tard il y avait des risques et qu on nous garantissait aucun risques : le risque zero n existe pas ! il y a une multitude de choses que l on omet de nous dire mais si l on va fouiller dans les archives ou que l on fait des recoupements on s apercoit de cette "escroquerie" ; le nucleaire n est pas la solution mais une alternative immediate à la demande tjrs de + en + grandissante d energie ; outre le fait que nous sommes de plus en plus nombreux nous en voulons tjrs plus : PLUS est le slogan publicitaire et est devenu le lietmotiv de bcp de personnes et si l on disait stop a plus mais oui à mieux : concevoir un habitat HQE obligatoire pour toute nouvelle construction qu elle soit privee ou publique ; taxer celui qui pollue le plus reverser la taxe comme aide a des energies "vertes" afin de les mettre à la portée de tous ; pourquoi un tel portable arrive difficilement a passer le cap des 2 ans, pourquoi les chargeurs ne sont ils pas adaptables a tous, pourquoi l eclairage public n est il pas solaire sans parler de la pollution lumineuse etc.... la liste est tres tres longue : c est d un profond changement culturel dont nous avons besoin et rapidement .... bonne journee

irene | 20 juillet 2007 à 14h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

c vrai c tros dommage pour les pauvre orants-outans et pour leurs forets et aussi j'espère que vous y arriverez n' oublié pas que je n'ai que 12 ans

kadiat | 08 janvier 2013 à 18h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager