En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Espèces exotiques envahissantes : le Parlement européen approuve le projet de règlement

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Les députés européens, réunis en plénière, ont adopté le 16 avril le projet de règlement européen visant à limiter les "incidences négatives" des espèces exotiques envahissantes sur les services écosystémiques et "les dommages subis" sur le plan socioéconomique dans l'UE. Le coût de leurs impacts est estimé à 12 milliards d'euros par an. Le texte a été adopté par 606 voix contre 36 et 4 abstentions.

Plantes, animaux ou insectes, les espèces exotiques envahissantes "sont la plus grande menace à la biodiversité après la perte d'habitat et sont également la cause principale de l'extinction des espèces", a rappelé Pavel Poc, député démocrate socialiste tchèque, rapporteur de la législation au Parlement. Certaines espèces menacent également la santé humaine car elles peuvent causer des problèmes de santé comme l'asthme ou des allergies. Les efforts pour minimiser leur impact seront "cohérents, mieux coordonnés et couvriront l'ensemble de l'Union européenne, ce qui signifie que l'efficacité générale sera améliorée", a-t-il ajouté.

Le projet de texte prévoit une interdiction des espèces qualifiées de "préoccupantes pour l'Union". Elles seraient mentionnées sur une liste de 50 espèces qui ne devraient pas être introduites, transportées, placées sur le marché, offertes, conservées, élevées ou relâchées dans l'environnement.

Le texte "renforce" la coopération régionale entre États membres et les contrôles aux frontières de l'UE pour lutter contre ces espèces. Il vise à appliquer le principe du "pollueur payeur" en termes de recouvrement des coûts de restauration. Tout opérateur qui introduira une espèce interdite s'exposera à des sanctions. "C'est une bonne nouvelle pour les secteurs économiques, notamment l'agriculture, l'aquaculture et l'apiculture, qui souffrent des dégâts causés par certaines de ces espèces", s'est réjouie l'eurodéputée écologiste Sandrine Bélier.

Le texte doit à présent être formellement approuvé par le Conseil des ministres européens. "Les négociations ont été très difficiles et nous disposions d'un temps limité pour conclure un accord", a indiqué Pavel Poc.

Réactions4 réactions à cet article

 

Les "espèces exotiques envahissantes" végétales sont aux mauvaises herbes ce qu'est le "technicien de surface" au cantonnier.
Au nom de quelle démarche scientifique les orties et les carottes sauvages ne peuvent plus être considérées comme des mauvaises herbes et au nom de quelle loi naturelle l'ambroisie doit être une peste à combattre ? Uniquement au nom d'un dogme et parce que quelques écolos pleurnichent aux envolées de pollen !
Moi ce sont les Ecolos qui me donnent des boutons et qui me font éternuer et ce n'est pas saisonnier, c'est constant et quotidien. A quand un projet de texte européen pour nous protéger de ces nuisibles ?
Pour satisfaire ces dangereux extrémistes, ces Khmers verts il faut éliminer la pire "espèce exotique envahissante": l'homme ! Il faut exterminer l'espèce humaine et l'évolution imaginée par ces furieux reprendra son cours normal.
Ne vous trompez pas de bulletin de vote aux Européennes, choisissez plutôt l'espèce humaine et relisez Aldous Huxley avant qu'il ne soit trop tard !

Le Glaude | 18 avril 2014 à 21h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

« ... les espèces exotiques envahissantes "sont la plus grande menace à la biodiversité après la perte d'habitat et sont également la cause principale de l'extinction des espèces", a rappelé Pavel Poc, député démocrate socialiste tchèque » ?

Ah bon ? Je croyais que la plus grande menace, c'était l'Humain, suivi par les pesticides et les OGM...

Plus sérieusement, ce genre de déclaration ultra-emphatique de la part de parlementaires, surtout de ceux investis d'une mission particulière (en l'occurrence celle de rapporteur), ne fait rien pour améliorer la crédibilité de l'institution.

Les « faucheurs – lire : délinquants – volontaires » de tournesol Clearfield seront-ils aussi sanctionnés pour la propagation de l'ambroisie et le développement des allergies ?

Qu'en pense l'eurodéputée écologiste Sandrine Bélier ? Et José Bové ?

Wackes Seppi | 19 avril 2014 à 11h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Avant de vous jeter tête en avant contre un projet de loi descendez donc sur le terrain et venez par exemple en forêt de Fontainebleau admirer les merveilleuses prairies de Phytolacca americana L . vous comprendrez peut être alors qu'il ne sied pas toujours de laisser faire la nature , et que ce texte est malheureusement trop limitatif , les EEE étant beaucoup plus nombreuses que les cinquante concernées . Avant de crier au loup on se bouge et on vient voir ....

phyto | 19 juin 2014 à 16h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Qui se jette « tête en avant contre un projet de loi » (en fait, un projet de règlement européen) ?

Wackes Seppi | 19 juin 2014 à 21h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager