En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Tempête Klaus : les eurodéputés débloquent plus de 109 millions d'euros

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Les eurodéputés ont donné le 15 septembre leur feu vert à la proposition faite en mai par la Commission européenne d'octroyer plus de 109,3 millions d'euros pour aider les 31 départements du Sud-ouest de la France touchés en janvier dernier par la tempête Klaus et soutenir la filière bois, a annoncé un communiqué du Parlement européen.

Le total des dommages causés par la tempête en France est estimé à plus de 3,8 milliards d'euros, selon le Parlement. La qualification de ''catastrophe naturelle majeure'', condition à la mise en œuvre du fonds de solidarité, a été jugée pleinement justifiée par les eurodéputés.

Cette aide est d'une grande nécessité pour les départements du Sud-Ouest de mon pays qui ont subi d'importants dégâts, et je remercie mes collègues pour le vote positif qu'ils ont émis sur ce rapport, s'est réjoui Robert Rochefort, eurodéputé membre du MoDem dans un communiqué.

M. Rochefort, député élu dans la circonscription Sud-Ouest, demande que le gouvernement français associe équitablement les collectivités locale au processus d'utilisation du Fond de Solidarité de l'UE et que celles-ci ne soient pas lésées dans l'utilisation de cette somme. Il serait en effet inacceptable que seul le secteur privé en bénéficie, a-t-il prévenu.

Rappelons que le Fonds de Solidarité de l'UE a été créé après les inondations qui ont touché l'Europe centrale au cours de l'été 2002. Il accorde des aides financières aux États membres et aux pays en voie d'adhésion à l'UE qui subissent une catastrophe naturelle majeure.

Réactions1 réaction à cet article

 
Collectivités!!!

Ce Monsieur Rochefort est un cuistre.
Les collectivités sont gavées de subventions, taxes et autres ressources.Or à cause de l'incurie de ces politiques et fonctionnaires, qui en vivent et en profitent, notre pays, par la dilapidation avérée des deniers publics, est en faillite.Que l'on octroie ces subventions à ceux qui en ont réellement besoin et qui créent des emplois. Ce sont les acteurs du secteur privé, et eux seuls qui ont créé et animent la filière bois, et qui financent ces subventions par leurs impôts.
Les collectivités ne créent que des commissions et des impôts dont la résultante est un déficit abyssal.

zorro | 28 septembre 2009 à 10h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager