Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les pays du G20 ne subventionneront plus de centrales à charbon à l'étranger

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet

À l'ouverture de la Conférence mondiale sur le climat (COP 26), à Glasgow, le 31 octobre, les chefs d'État des pays du G20 – qui représentent près de 80 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre –, se sont engagés à arrêter de subventionner de nouvelles centrales au charbon à l'étranger d'ici à la fin de l'année. « Nous mettrons fin à l'octroi de financement public à l'international pour de nouvelles centrales électriques au charbon d'ici la fin de 2021 », indique la déclaration finale des dirigeants du G20 réunis, les 30 et 31 octobre à Rome.

Cependant, aucun engagement commun n'a été pris pour limiter l'utilisation du charbon à l'échelon national. Le président français Emmanuel Macron s'est notamment félicité de cet engagement « très concret » pris à l'issue du G20 qu'il a qualifié d'« une avancée en matière de climat ». « Je veux saluer les efforts faits dès le G7 par la Corée du Sud et le Japon et, ces dernières semaines, par la Chine, qui ont permis – puisque c'étaient les trois principaux financeurs – d'aller dans cette direction et d'obtenir ce résultat très concret lors de ce G20 », a déclaré M. Macron. De même, l'Afrique du Sud « est en train de finaliser un accord permettant de réduire très fortement sa dépendance au charbon et est accompagnée par l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni, les États-Unis, la Commission européenne pour justement accompagner sa transition et passer d'une économie très dépendante du charbon à une économie décarbonée », a ajouté le président.

« Le G20 ne financera plus de centrales au charbon à l'export. Il faut réaliser la portée de cette décision : des milliards n'iront plus au charbon, des centaines de centrales ne verront pas le jour. Une avancée pour le climat, un effort à poursuivre au sein de chaque pays », a aussi réagi, sur Twitter, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique.

Du côté des ONG, à l'instar du WWF France, on modère toutefois la portée de cet engagement et les associations plaident pour plus d'ambition des pays lors de cette COP 26. « Les pays du G20 ne financeront plus de centrales à charbon à l'export. Ils avaient promis de le faire sur toutes les énergies fossiles. Ce que le G20 a commencé, la COP 26 doit le terminer. Nous appelons la France à sortir de tout soutien aux projets pétroliers et gaziers dès 2022 », a indiqué, sur Twitter, le WWF France. Fin 2020, le gouvernement avait annoncé la fin de ses soutiens aux projets pétroliers à l'étranger en 2025, et des projets gaziers en 2035.

Réactions2 réactions à cet article

 

Bonjour à tous, il faudrait aussi penser à fermer tout les hauts fourneaux à coke et charbon très grosse production de co2, dans les années 60 c'était le no1, depuis ça a baissé mais pas assez.
Faudra impacter un minimum d'acier de recyclage dans les produits finis.
Comme on utilise fer et acier depuis la nuit des temps il n'est pas normal d'utiliser encore du minerai de fer.
Construire des véhicules avec des métaux hyper recyclables, super magnésium, alu etc.

pemmore | 04 novembre 2021 à 09h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cet article qui précise l'avis des ONG et le manque d'ambition des gouvernements en matière de financement des énergies fossiles me parait judicieux.

Mary38 | 04 novembre 2021 à 09h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Mobilité: infrastructure et service de distribution d'énergies alternatives MADIC Group
Borne de recharge électrique Pulse WB-AC 3,7-11 kW MADIC Group