En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Captage et stockage de CO2 : Eric Besson signe le permis du projet d'ArcelorMittal à Florange

Energie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Le ministre de l'Energie Eric Besson a annoncé ce mercredi 19 octobre avoir accordé un permis exclusif de recherches demandé par ArcelorMittal dans le cadre du projet de captage-stockage de CO2 ''ULCOS-BF'', situé sur le site du groupe à Florange (Moselle).

''Ce projet représente une première mondiale dans son domaine'', a souligné le ministère dans un communiqué. Il  prévoit le lancement prochain d'un démonstrateur de recyclage des gaz et de captage de CO2 installé sur le haut fourneau du site sidérurgique. Dans le cadre de ce projet, ArcelorMittal avait déposé le 15 avril 2010 une demande de permis exclusif de recherches de formations souterraines naturelles aptes au stockage géologique de CO2 à destination industrielle pour une durée de cinq ans. ''Conformément au code minier, cette demande a fait l'objet d'une publication au Journal Officiel de la République Française et d'une mise en concurrence'', a indiqué le ministère. ''Le permis octroyé au terme de ce processus confère à ArcelorMittal le droit exclusif d'accéder, dans le périmètre sollicité, à une meilleure connaissance géologique du sous-sol afin d'évaluer son aptitude à stocker de manière sûre et permanente du dioxyde de carbone'', estime-t-il. Certains travaux, et en particulier les essais d'injection de dioxyde de carbone, restent soumis à l'octroi d'une autorisation complémentaire, qui implique notamment la réalisation d'une étude d'impact et l'organisation d'une enquête publique.

Le permis qui lui est octroyé ouvre ''des perspectives d'avenir'' pour le site de Florange, considère M. Besson alors que l'arrêt pour une durée indéterminée des deux hauts-fourneaux par la direction d'ArcelorMittal, avait suscité des interrogations sur la poursuite du projet ULCOS-BF. ''Ce permis conforte les chances du projet dans l'appel d'offre européen en cours (« NER 300 ») ; je me rendrai avant fin novembre à Bruxelles pour rencontrer les commissaires européens responsables de ce dossier'', a déclaré le ministre. Une enveloppe de 150 millions d'euros a été réservée par le gouvernement pour ce projet dans le cadre des Investissements d'avenir, a-t-il ajouté. La décision de sélection européenne est attendue pour 2012.

Réactions2 réactions à cet article

 

De nouveau le guignol fait des siennes...Après sa furie suite au claquement de porte de Paris contre les antennes relais, M Besson autorise la recherche sur le stockage du CO2. Du grand n'importe quoi, comme pour les déchets nucléaires, c'est refiler à nos enfants le bébé plutot que de traiter notre merde à sa source. C'est simplement scandaleux. En 2011 l'homme n'est plus capable de traiter ses déchets mais les refile aux générations futures. Quelle honte!

arthur duchemin | 20 octobre 2011 à 10h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mais, joie du progrès, nos enfants deviendrons encore plus expert que nous en refilage de bébé. Le stockage de CO2, c'est l'avenir...des fausses bonnes idées!

danger prudent | 21 octobre 2011 à 15h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager