Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Lancement d'une consultation publique relative aux effets des pesticides sur les reptiles et les amphibiens

Risques  |    |  Mathilde Bouchardon  |  Actu-Environnement.com

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) vient de lancer une consultation publique relative à l'évaluation du risque des produits phytopharmaceutiques sur les amphibiens et les reptiles. Cette consultation intervient dans le cadre de la révision des documents d'orientation européens sur l'évaluation des risques liés aux pesticides. Elle est ouverte jusqu'au 27 mai 2017. Si elle se concentre spécifiquement sur les reptiles et les amphibiens, c'est que le groupe scientifique de l'Efsa sur les produits phytopharmaceutiques et leurs résidus, aussi appelé panel PPR, estime que les liens entre pesticides et taux de mortalité de ces espèces sont insuffisamment connus.

Selon la Liste rouge des espèces menacées en France, neuf espèces de reptiles sur 38 et huit espèces d'amphibiens sur 35 sont menacées de disparition sur le territoire. Or, les pesticides pourraient ne pas y être totalement étrangers, notamment dans le milieu agricole qui offre une grande diversité d'habitats à ces espèces. C'est du moins ce que montrent les rares études réalisées sur le sujet, qu'il s'agisse d'études réalisées sur le terrain ou en laboratoire.

Certains éléments laissent penser que les amphibiens et les reptiles ne sont actuellement pas suffisamment bien couverts par les schémas d'évaluation des risques valables pour les autres groupes d'organismes. Ainsi, à l'inverse des poissons, des oiseaux et des mammifères, les amphibiens et les reptiles sont deux groupes phylogénétiques distincts qui partagent des caractéristiques anatomiques et physiologiques uniques. Ils sont par exemple les seuls à être poïkilothermes, c'est-à-dire à voir la température de leur corps varier avec celle de leur milieu. L'Efsa souligne que la poïkilothermie pourrait accentuer l'effet néfaste des pesticides sur la croissance, le développement ou le comportement de reproduction des amphibiens et des reptiles.

Aucun des produits autorisés par l'Union européenne ne devant avoir d'effet notable néfaste sur les espèces non cibles, la biodiversité ou l'écosystème, l'objectif de l'avis scientifique du panel PPR est de montrer la nécessité d'un programme spécifique d'évaluation des risques environnementaux pour les reptiles et les amphibiens. A noter que le panel avait déjà recommandé en 2007 le développement d'une approche spécifique pour les amphibiens.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager