Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

« On peut déplorer l'absence de caractère structurel de certaines mesures dans le plan de sobriété »

Le plan de sobriété présenté par le gouvernement propose des mesures d'urgence face à la crise énergétique, mais n'inscrit pas la sobriété dans le long terme, regrette Phuc-Vinh Nguyen, chercheur en politiques de l'énergie à l'Institut Jacques-Delors.

Entretien  |  Energie  |    |  Sophie Fabrégat
Actu-Environnement Le Mensuel N°430 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°430
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Le conflit en Ukraine a mis le continent européen sous tension d'un point de vue énergétique. En perspective de l'hiver, synonyme de hausse des consommations d'énergie, les États membres et la Commission européenne ont défini des stratégies pour éviter les pénuries, et les décisions qui en découleraient.

Fin septembre, le gouvernement français a présenté son plan de sobriété pour réduire les consommations énergétiques nationales de 10 % en deux ans. Il incite l'ensemble des acteurs, publics et privés, à mettre en place des actions pour réduire les besoins en chauffage, en éclairage… Peu d'obligations ont été instaurées finalement, le gouvernement misant avant tout sur les bons gestes et les bonnes pratiques, ainsi que sur l'effet d'entraînement collectif. La crainte d'une facture énergétique salée devrait également participer à l'effort général.

En parallèle, le gouvernement a mis en place un bouclier tarifaire et des aides ciblées pour amortir l'impact de la hausse des prix pour les ménages, les collectivités et les entreprises.

Dans le contexte énergétique actuel, « ces mesures d'urgence étaient essentielles », estime Phuc-Vinh Nguyen, chercheur sur les politiques française et européenne de l'énergie à l'Institut Jacques-Delors. « Mais elles ne répondent qu'à des enjeux de court terme », déplore le chercheur. Selon lui, il est nécessaire de mettre en place dans un second temps des mesures structurelles, inscrivant la sobriété dans le long terme. Les mesures d'aides devraient également être ciblées sur les plus vulnérables pour que le signal prix joue son rôle dans l'adoption de comportements et d'habitudes de consommation durables.

Réactions1 réaction à cet article

 

Je trouve anormal que des mairies s'activent dans le bon sens alors que d'autres ne font strictement rien. Les citoyens ne sont donc pas égaux face à cet enjeu de sobriété. Il y a des villes qui verront leurs dépenses diminuer et d'autres augmenter selon le bon vouloir du maire, c'est carrément inadmissible. il faut définir des mesures précises et obliger les acteurs à les mettre en oeuvre.Le laxisme énergétique ne peut plus durer.

gaïa94 | 07 novembre 2022 à 23h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

BWT OPTIVAP, l'optimisation du traitement d'eau des chaudières vapeur BWT France
Le décret tertiaire en 3 questions Hellio