Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

15 nouveaux programmes d'actions de prévention des risques liés aux inondations ont été élaborés

Grâce aux moyens dégagés par la loi sur l'eau et les milieux aquatiques, 15 nouveaux PAPI ont pu être élaborés. Ils vont rejoindre les 42 déjà retenus en 2003 dans le cadre de la politique de prévention des risques liés aux inondations.

Risques  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Les risques d'inondation concernent en France 5 millions de personnes et près d'une commune sur quatre. Les dommages potentiels des grandes inondations pourraient s'élever à plusieurs dizaines de milliards d'euros. À la suite des crues catastrophiques survenues depuis 1999, une réforme de la politique de prévention des inondations a été engagée en 2002. Cette politique prévoit notamment de renforcer la prévention des risques d'inondations par bassins versants et de généraliser des plans d'actions spécifiques aux grands fleuves. Cette prévention se traduit sur le terrain par la mise en plan de Programmes d'Actions de Prévention des Inondations (PAPI).
Les PAPI regroupent un certain nombre de propositions définies en commun par les collectivités et les services de l'État d'un même bassin versant. Les projets retenus relèvent aussi bien de la catégorie des crues dites lentes (crues de plaine ou crues de nappes) que de la catégorie souvent ravageuse et meurtrière des crues torrentielles. Les propositions traitent généralement de la régulation du débit en amont grâce à la création ou à la restauration des champs d'expansion des crues, du développement de l'information préventive, de la réduction de la vulnérabilité des constructions établies en zone inondable ou encore du développement de maîtres d'ouvrages locaux agissant à l'échelle de bassins versants.

Depuis 2003, 42 bassins versants parmi les plus risqués bénéficient d'un PAPI pour la période 2003-2008. Suite aux nouveaux financements prévus par la loi sur l'eau du 30 décembre 2006, 15* nouveaux Programmes d'Actions de Prévention des Inondations supplémentaires ont été élaborés. Ces nouveaux PAPI bénéficieront de 185 millions d'euros sur la période 2007- 2013 dans le cadre des contrats de projet Etat-Région. Ces PAPI s'inscrivent dans les mêmes objectifs que les PAPI de première génération avec des attentes fortes en matière de prise en compte du risque dans l'urbanisme, de réduction de la vulnérabilité.

Ces programmes seront complétés par des plans spécifiques aux grands fleuves à l'image du plan Loire lancé par Michel Barnier en 1994. Depuis ce premier plan, l'intégration des politiques de prévention des inondations à l'échelle des bassins hydrographiques des grands fleuves n'a que très peu progressé. L'évaluation de la mise en œuvre du plan Loire, réalisée par la commission Loire du comité de bassin Loire-Bretagne, apporte un diagnostic largement positif. Ces acquis et cette expérience guideront l'élaboration des autres plans Grands fleuves. Ces plans spécifiques bénéficieront de 272 millions d'euros sur le budget de l'État et le fonds Barnier sur la période 2007- 2013. Les enjeux à l'échelle des bassins versants du Rhône, de la Seine, de la Garonne et de la Meuse sont colossaux : plusieurs millions de personnes résident en zones inondables et les dommages potentiels s'élèvent à plusieurs dizaines de milliards d'euros.

La réforme de la politique de prévention des inondations a également engendré une réorganisation territoriale du dispositif d'annonce des crues de l'État. 22 services de prévision des crues (SPC) ont ainsi été mis en place avec l'objectif de passer de l'annonce à la prévision des crues. Ces SPC sont donc chargés de surveiller les cours d'eau, de prévoir leur évolution et de diffuser l'information. L'objectif poursuivi par cette réforme consiste à donner aux autorités publiques de tous les échelons, un état de la situation pour leur permettre d'anticiper la préparation et la gestion d'une situation de crise. Dans le même temps, ce nouveau dispositif doit permettre d'informer le plus rapidement et largement possible les populations concernées, comme par exemple la carte de « vigilance crue » accessible par internet.

La politique de prévention des risques liés aux inondations s'appuie également sur la systématisation du contrôle de la sécurité des ouvrages hydrauliques et notamment des digues. Leur recensement est désormais terminé et les digues font actuellement l'objet d'un examen par les services de police de l'eau et le pôle d'appui technique pour les ouvrages hydrauliques (PATOUH) pour déterminer les risques de rupture et les travaux que devront réaliser leurs propriétaires.


*Bassins côtiers de la région d'Antibes, bassin versant du fleuve Aude, bassin versant du Lac du Bourget, bassin de la Dordogne, bassin de la Dordogne lotoise, Garonne à Toulouse, bassin de l'Isère savoyarde, bassin du Lez, bassin de la Lèze, bassin versant de la Lys, bassin de la Meurthe, bassin de la Meuse, bassins des cadereaux de Nîmes, bassins côtiers de l'île de la Réunion et le bassin versant du Vistre.

Réactions1 réaction à cet article

 
Du discours à la réalité !

L'Etat veut faire croire qu'il agit en multipliant les plans, en faisant de la communication !

En réalité, il se désengage chaque fois qu'il le peut et fuit ses responsabilités.

Exemple : Le Val de Bréhémont en Loire moyenne, coincé entre la Loire et la rivière "le VieuxCher".

Les digues domaniales du Vieux Cher sont en péril. Minées par les galeries de blaireaux, la circulation y est même interdite en certains endroits.
Lors de la prochaines grandes crues, la catastrophes est certaine. L'Etat, pour fuir ses responsabités, financières et mêmes pénales, déclasse cette rivière et l'attribue aux riverains, contre leur gré.

Comme l'inondation est certaine, l'Etat estime inutile de sécuriser les digues de la Loire dans le Val de Bréhémont,
puisque ce val sera de toute façon inondé, du coté du Vieux Cher !!!

D'autres exemples ???

Anonyme | 23 février 2007 à 15h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Expertise inondation pour votre collectivité 2 L'eau Protection