En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La commission souhaite encourager le développement de la technologie de l'hydrogène

La commission va proposer au Parlement européen et au Conseil des ministres d'appuyer un programme de recherche sur les piles à combustible et l'hydrogène et de simplifier l'introduction sur le marché des voitures équipées de cette technologie.

Transport  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
La commission européenne a adopté mercredi deux propositions en faveur du développement des technologies de l'hydrogène. La première porte sur le lancement d'une initiative technologique conjointe (ITC) sur les piles à combustible et l'utilisation de l'hydrogène. Ce programme intégrera des d'activités de recherche, de développement technologique et de démonstration et sera mené sous la conduite de l'industrie sous forme d'un partenariat public privé. Il pourrait être mis en œuvre au cours des six prochaines années, grâce à une contribution financière de l'Union Européenne de 470 millions d'euros au titre du 7e programme cadre de l'UE, complétée par un apport d'un montant identique de la part du secteur privé. Il cherchera à lever les obstacles notamment techniques pour que ces technologies puissent devenir largement disponibles dans le commerce.

Rappelons qu'une pile à combustible (PAC) est un générateur d'électricité qui transforme directement l'énergie chimique d'un combustible en énergie électrique par le biais d'une réaction électrochimique contrôlée entre le combustible (l'hydrogène dans la majorité des cas) et l'oxygène de l'air avec production simultanée d'eau et de chaleur. Ces PAC peuvent trouver des applications dans toute une série de produits, tels que les téléphones mobiles et les ordinateurs portables, les voitures, les bus, les bateaux et les avions, ainsi que les installations fixes de production de chaleur et d'électricité dans les secteurs domestique et industriel. Mais leur coût et leur longévité de même que la production, la distribution et le stockage sûrs et efficaces de l'hydrogène posent encore problème.

Actuellement, les hydrocarbures assurent plus de 90% de la fabrication traditionnelle de l'hydrogène avec prédominance du gaz naturel. Comme ces techniques entraînent la libération de CO2, elles ne sont donc valables sur le plan environnemental que si le CO2 est stocké. De nombreuses recherches sont donc menées pour améliorer la technique en vue de diminuer les émissions de CO2 et développer les modes de stockage. L'ITC devrait accélérer le développement de ces technologies jusqu'au stade de leur décollage commercial prévu entre 2010 et 2020. L'Europe est confrontée à des défis majeurs pour garantir son approvisionnement énergétique, tout en luttant contre le changement climatique, en préservant l'environnement et en conservant une économie compétitive, a rappelé Janez Poto?nik, commissaire responsable de la science et de la recherche. Des technologies telles que les piles à combustible et l'hydrogène peuvent nous aider à marquer des points sur tous les tableaux, estime-t-il.

Simplifier l'introduction sur le marché des voitures à hydrogène

La seconde proposition vise à introduire sur le marché un certain nombre de voitures à hydrogène. À l'heure actuelle, ces véhicules ne sont pas inclus dans le système commun de l'UE d'homologation des véhicules, ce qui entraîne des procédures complexes et coûteuses et empêche leur commercialisation sur une base uniforme dans l'ensemble de l'Union. La Commission propose donc de simplifier les procédures, de telle sorte qu'elles puissent être vues plus souvent sur les routes d'Europe. L'introduction de véhicules à hydrogène est susceptible de rendre l'air plus propre en Europe et de réduire la dépendance de cette dernière vis à vis des carburants fossiles, a déclaré Günter Verheugen, vice président de la Commission en charge des entreprises et de l'industrie. La Commission mise sur la fixation de normes communes pour favoriser l'introduction de ces véhicules et surtout garantir qu'ils sont au moins aussi sûrs que les véhicules classiques tout en donnant un coup de fouet à la compétitivité des constructeurs européens.

Les deux propositions doivent désormais être examinées par le Parlement européen et le Conseil des ministres.

Réactions6 réactions à cet article

 
Et pourquoi pas passer par l'électrolyse !

Pour produire l'hydrogène , il n'est pas évoqué l'électrolyse. A partir du moment où certains pensent que les éoliennes et le photovoltaïque vont sauver le monde, ce serait une bonne utilisation. Plus sérieusement, on pourrait aussi utiliser le nucléaire. Et pas de problème d'émission de CO²
Mais produire de l'hydrogène aujourd'hui, c'est "pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué" ! Quitte à passer par l'électricité, autant faire porter les études et développement sur les véhicules électriques.

André | 18 octobre 2007 à 22h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et pourquoi pas passer par l'électrolyse !

tout à fait d'accord avec toi.

L'hydrogène OK, du moment que l'on comprend bien que ça ne répondra pas à notre consommation actuelle. (même en le faisant au nucléaire, il n'y en aurait pas assez, ou alors pas assez longtemps.)


Et remplacer le pétrole par de l'hydrogène produit à partir de pétrole est un non sens total, que ce soit écologique, économique ou en terme de gestion des ressources (c'est du gaspillage)

Faut pas oublier ce qui nous pend au nez derrière tout ça: le retour en force du charbon.

bastien | 19 octobre 2007 à 10h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
bravo au groupe de pression de l'hydrogène

Nous voici repartis pour un tour : le stockage dans les nanotubes a fait plouf et maintenant que l'on admet que la production de l'hydrogène par reformage du gaz naturel produit du CO2, on renvoie au stockage du CO2, il y a déjà des programmes sur ce problème. Les piles à combustibles , Continuons mais là encore il existe déjà depuis de nombreuses années des programmes ambitieux. La voiture à hydrogène est au point depuis longtemps, il y a une quinzaine d'années Toyota et Peugeot faisaient tourner des moteurs durant des mois. Il vaudrait mieux aider nos pauvres constructeurs européens à rattraper leur retard sur le moteur hybride.
Vive l'alliance du nucléaire, des constructeurs automobiles et des fournisseurs de gaz , ils ont encore beaucoup d'argent à ramasser de la part de la communauté !!!

andgui | 20 octobre 2007 à 16h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Electolyse et production d'hydrogène

Grâce au nucléaire, en France nous pourrions produire l'hydrogène aux heures creuses. Pas de CO2.
Par ailleurs les fermes éoliennes pourraient également electrolyser l'eau ce qui, en stockant l' hydrogène régulerait leur production.
Les petites éoliennes chez les particuliers peuvent également remplir ce rôle. L'hydrogène serait alors disponible pour les piles à combustible à poste fixe: chauffage, electicité. On peut même envisager une recharge de la voiture.

dudule | 28 octobre 2007 à 19h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Electolyse et production d'hydrogène

Bonjour,

attention l'hydrogène, pas plus que les éoliennes ne permettront de poursuivre le gaspillage énergétique perpétré par l'homo automobilis occidentalis. D'autre part l'hydrogène est un carburant qui pour être stocké avec les meilleurs techniques actuelles (et pourtant les chercheurs y travaillent depuis plusieurs années) consomme à peu près la moitié de son pouvoir énergétique. Eh, oui c'est pas gratuit de comprimer un gaz à 700 bars, même si on peut espérer récupérer une partie de cette énergie lors de la détente! L'électrolyse n'a pas un très bon rendement non plus (

VB91 | 02 novembre 2007 à 11h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Et pourquoi pas passer par l'électrolyse !

Tout à fait d'accord avec Bastien. L'hydrogène peut constituer un moyen de stockage intersaisonnier pour des petites quantités d'énergie indispensables, mais en aucun cas il ne doit être utilisé comme argument pour encourager l'incurie actuelle.
Dans l'immédiat interdisons tous les usages dispendieux de véhicules à moteur en dehors du strict nécessaire (véhicules lourds, surpuissants, surdimensionnés) et nous nous donnerons immédiatement 40 ans pour développer d'autres techniques et surtout d'autres modes de vie. Il faut exiger l'interdiction rapide à la vente (sauf dérogation liée à un usage d'intérêt commun) de tous les véhicules produisant plus de 120g de CO2 par km!
Je sais bien qu'il est interdit d'interdire, mais les utilisateurs actuels de 4x4 et autres grosses limousines pour s'amuser (et peut être pour montrer qu'on "a réussi"), sont en train d'interdire au générations futures et à 1/5 de la population mondiale de vivre correctement. En effet l'énergie dépensée serait bien utile pour pomper de l'eau, la purifier etc...
Désolé, c'est pas très démago de dire qu'il faut arrêter de déconner avec nos voitures!

VB91

VB91 | 02 novembre 2007 à 12h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager