En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un projet de schéma national de transport (SNIT) ambitieux mais difficilement finançable

Dans le contexte actuel de restriction des dépenses publiques, les ministères de l'Ecologie et des Transports publient un projet de Schéma national des infrastructures de transport ambitieux. Celui-ci table sur une enveloppe de 245 milliards d'euros.

Transport  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
   
Un projet de schéma national de transport (SNIT) ambitieux mais difficilement finançable
   

Les ministères de l'Ecologie et des Transports ont publié le projet du Schéma national d'infrastructures de transport (SNIT), après avoir consulté les parties prenantes et le public sur l'avant-projet présenté en janvier 2011. Le texte devait être soumis avant l'été 2011 au Conseil économique, social et environnemental (CESE) pour avis. Finalement, l'avis du CESE est attendu pour février 2012. Un débat au Parlement devrait également être organisé avant l'adoption définitive du SNIT.

245 Mds€ de dépenses sur 25 ans

Alors que la première version du SNIT prévoyait une enveloppe de 170 milliards d'euros d'investissements, la version présentée en janvier partait sur un budget de 166 milliards. Critiqués pour leur sous-estimation des financements nécessaires (en mars dernier, le CGDD estimait dans une note le coût global à 260 Mds€), les ministères ont revu leur copie et tablent désormais sur une enveloppe de 245 milliards d'euros sur 25 ans, "hors projet de rocade par métro automatique du Grand Paris Express (estimé à 20,5 Mds€), hors dépenses de modernisation, de régénération, d'exploitation ou d'entretien des infrastructures concédées et hors investissements de transport collectif pour les­quels la compétence relève des collectivités territoriales ou d'autorités organisatrices autonomes". Cent cinq milliards d'euros de dépenses sont prévus pour l'optimisation des réseaux (42,8 %) et 140 Mds€ pour le développement (57,2 %). Environ 88 Mds€ (35,9 %) seront à la charge de l'Etat et 56 Mds€ (22,9 %) à la charge des collectivités locales, "le reste étant pris en charge par les autres partenaires (gestionnaires publics d'infrastructures, concessionnaires, partenaires privés, etc)".

Un projet d'orientation et non de programmation

En ces temps de crise et de restriction des dépenses publiques, ce projet est jugé irréaliste par de nombreux acteurs. Le SNIT se défend en préambule de ne pas être un document de programmation mais d'orientation générale : "Il n'est pas éludé le fait que la dépense totale qui résulterait de la réalisation intégrale du schéma sur les 20 à 30 prochaines années excède aujourd'hui les moyens de financement mobilisés dans le cadre de la politique de l'Etat en matière d'infrastructures de transport. Un financement sur 20 à 30 ans de l'ensemble des projets et mesures figurant dans le schéma apparaît donc difficile, a fortiori au regard de la situation budgétaire et d'endettement de l'Etat, des collectivités territoriales et de cer­tains opérateurs". Il recense donc les projets et mesures "dont la réalisation apparaît souhaitable pour l'État dans les 20 à 30 prochaines années pour faire progresser le système de transport, le rendre plus performant et l'inscrire dans une dynamique de développement durable".

Quatre priorités articulent le schéma : l'optimisation du système de transport existant, l'amélioration des performances du système de transport dans la desserte des territoires, l'amélioration énergétique du système de transport et la réduction de l'empreinte environnementale des infrastructures et équipements. Selon le SNIT, la priorité devra être donnée à l'amélioration des réseaux existants et au développement des modes de transport alternatifs à la route et à l'aérien. Ainsi, le SNIT prend en compte l'ensemble des lignes à grande vitesse (LGV) prévues par le Grenelle de l'environnement et "un certain nombre de grands projets d'infrastructures qui, si on ne devait considérer que la seule rentabilité socio-économique comme élément de choix, pourraient ne pas y figurer".

Mobiliser les partenaires pour financer les projets

Le SNIT admet que "l'ensemble des dépenses que sa mise en oeuvre est susceptible de générer n'a pas nécessairement vocation à être mobilisé à 100 %. Dans les faits, on peut raisonnablement penser qu'une très grande partie des dépenses nécessaires d'optimisation des réseaux devrait pouvoir être engagée dans les 20 à 30 prochaines années. S'agis­sant des dépenses de développement, leur mise en oeuvre effective dépendra beaucoup de la mobi­lisation de chaque partenaire. C'est, entre autres, cette mobilisation qui déterminera la vitesse de réalisation des projets et dans 20 ou 30 ans le niveau de concrétisation atteint. En se fondant sur les observations passées, on peut estimer que 60 % environ des dépenses de développement pour­raient avoir été engagés dans les 20 à 30 prochaines années".

Réactions2 réactions à cet article

 

"difficilement finançable" c'est trop gentil. Avec une dette de 1700 Milliards €, un déficit de 95 Milliards € sur un budget annuel de près de 300 Milliards € ... C'est folie de continuer à présenter un tel schéma.
L'heure est à la sobriété solidaire. Les infrastructures de transport sont une lourde charge des pouvoirs publics, afin de pouvoir assurer l'entretien et la régénération. Investir 166 Mrds € dans le développement, c'est prendre le risque d'augmenter considérablement les charges, alors même que les pouvoirs publics dépassent en dépense d'1/3 leur capacité financière.
L'absurdité de ce SNIT est qu'il consacre 132 Milliards € pour de nouvelles LGV qui concernent un créneau de déplacements au delà de 200 km. Or, seulement 2% des transports quotidiens sont sur des distances supérieures à 50 km.

Une solution pour assurer la mobilité durable dans cette période de vache maigre, est de développer la relocalisation des activités et donc de subventionner les infrastructures de transport de proximité nécessaire par les taxes sur les transports lointains ( avion, voiture, TGV, etc ...)
Cette politique d'accélération, d'intensification, de massification des transports est une ruine économique et environnementale.

Casa | 21 novembre 2011 à 20h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pourquoi ne pas réhabiliter/moderniser nos canaux ? Ce sont des infrastructures existantes complètement laissées à l'abandon depuis des décennies au profit du routier.
Un vrai gâchis quand on sait qu'un tug peut tracter des barges-containers aux tonnages impressionnants à un coût énergétique dérisoire.
Il n'est qu'à voir l'activité fluviale intense en Belgique ou Hollande pour s'en convaincre...

Chris | 24 novembre 2011 à 13h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…