En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Interdiction du glyphosate : le gouvernement se dit prêt à soutenir une proposition de loi

Agroécologie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Le gouvernement continue de promettre l'interdiction de l'herbicide glyphosate en 2021, alors qu'en suivant son avis, les députés ont refusé le 30 mai de l'inscrire dans la loi Agriculture et alimentation. Les députés ont rejeté toutes les propositions d'amendements, y compris celles venant de députés de la République en Marche (LREM).

Et si finalement le gouvernement décidait à terme de passer par la loi ? Ce jeudi 31 mai matin sur RMC et BFMTV, Christophe Castaner, délégué général du parti LREM et secrétaire d'État chargé des relations au Parlement, s'est dit prêt à soutenir une proposition de loi pour interdire le glyphosate d'ici 2021 "s'il n' y a pas d'avancées dans 24 ou 18 mois" du plan gouvernemental de réduction des pesticides. M. Castaner a proposé la mise en place d'un groupe de travail "qui va surveiller l'opérationnalité des propositions" pour sortir du glyphosate. Le ministre de l'Agriculture s'est également engagé sur la mise en place d'un comité de suivi.

Le Président Emmanuel Macron n'exclut pas non plus "de [passer] par la loi si les choses n'avancent pas dans trois ans", a-t-il déclaré ce jeudi en marge de sa visite à Ferney-Voltaire (Ain), selon l'AFP.

Réactions4 réactions à cet article

 

C'est ce qu'on appelle se foutre du monde, en plus c'est de l'ensemble des produits phytosanitaires qu'il faut sortir. Alors courage mesdames et messieurs du gouvernement et des assemblées, mais à part quelques uns ce n'est pas votre tasse de thé !

BJ50320 | 01 juin 2018 à 09h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Serions nous au royaume des faux culs?
1) l'interdiction de glyphosate a bel et bien été refusée par nos parlementaires, serait-ce que les remontées du "bon peuple" n'apprécieraient que modérément, et qu'il ne faut pas trop ouvertement le fâcher?
2)les techniques et produits alternatifs existent depuis plusieurs années pour certaines et il s'en crée régulièrement d'autres, de plus elles sont déjà largement mises en application avec des résultats économiques et d'efficacité de plus en plus satisfaisantes.
3)Pourquoi créer un groupe de travail, il existe déjà le plan écophyto qui devrait satisfaire tout le monde puisqu'il a prouvé sa parfaite inefficacité, mais qu'il permet d'occuper du monde et de financer des structures tout a fait opposées à ses buts.
4)A l'évidence une certaine collusion entre lobbies agrobuisness-chimie-alimentaire décisionnels dans ministère, administrations, FNSEA et Chambres d'Agriculture devient de plus en plus évidente aux yeux du grand public et il faut essayer de maîtriser la gangrène!
5)Que va faire Hulot, qui doit partir? Lui ou le ministre de l'agriculture?

le neurone en vadrouille | 01 juin 2018 à 12h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Beaucoup d'alternatives existent déjà mais si on veut continuer à utiliser le glyphosate, il faut faire croire au peuple qu'elles ne sont pas encore au point. Les seuls gagnants dans l'affaire, ce sont les sociétés d'agrochimie, et certainement pas les agriculteurs qui tombent comme des mouches suite à l'emploi de ces poisons.

gaia94 | 04 juin 2018 à 23h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce type de déclaration ne passe pas ,qui peut croire en ce gouvernement totalement inféodé à la FNSEA ?
Ou c'est prendre les gens pour des naïfs ou c'est pur cynisme .

sirius | 13 juin 2018 à 18h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…