En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Protéger les habitats naturels facilite l'adaptation des oiseaux d'eau au changement climatique

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Dans une étude, publiée fin décembre 2019 dans la revue Conservation Biology, des chercheurs du Muséum national d'Histoire naturelle ont étudié les effets combinés de la dégradation des habitats naturels et du changement climatique sur les populations d'oiseaux d'eau du bassin méditerranéen. Les chercheurs soulignent l'importance des politiques de conservation pour faciliter « l'ajustement » des communautés d'oiseaux d'eau hivernants au réchauffement climatique en Méditerranée. Ils ont analysé les données de 132 espèces d'oiseaux d'eau hivernants (36 millions d'individus), recueillies dans 22 pays méditerranéens. Leurs résultats montrent « qu'en réponse à une augmentation moyenne des températures de 0,5°C en vingt ans, les communautés d'oiseaux s'ajustent sur les sites où les milieux naturels ont été conservés, avec une augmentation de l'abondance des espèces thermophiles », explique le Muséum. En revanche, lorsque la transformation d'habitats naturels en milieux artificiels, agricoles ou urbains, « est supérieure à 5 % en quinze ans, le nombre d'espèces décline au cours du temps et la réorganisation des communautés d'oiseaux en réponse au réchauffement climatique n'est plus observée ».

Les scientifiques préviennent qu'en Europe, les zones humides naturelles ont décliné de 50 % au cours des quarante dernières années. « Il apparaît nécessaire de protéger les habitats naturels pour faciliter la réponse des oiseaux au réchauffement climatique », alertent-ils.

Réactions2 réactions à cet article

 

Ca alors : préserver les fonctionnalités des biotopes doperait donc les aptitudes à survivre de la biodiversité sauvage ?! Pour une surprise... ! Mais il est vrai que face à la désinformation qui règne en maître, enfoncer quelques portes ouvertes fait désormais sens.
Moi qui avait entendu dire que seuls les chasseurs disposaient de cette merveilleuse aptitude à protéger la nature... à coups de fusils !

Pégase | 24 janvier 2020 à 21h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Zône humide! Franchement faut être sérieux, je vois en Vendée passer le bulldozer pour faire des lotissements sur des ruisseaux qui vont vers la mer, à côté de chez-moi une rue qui fut un chemin appelée rue de la mare, la mare j'ai connu il y a près de 70 ans.
Quand à chez-moi le biotope est spécial, 2 m de sable une couche légèrement glaiseuse une nappe phréatique, à 8m une 2 ème, un chantier pour une hlm à touristes du genre ehpad, ils ont creusé un parking et à la mer la flotte, la première nappe a disparu, le jardin ne pousse plus, et l'eau de la 2 ème on ne peut plus boire.
Et tout ça dans la plus grande illégalité, le rêglement de lotissement est un étage maximum et c'est déjà un de trop pour respecter la Vendée et les Vendéens.

pemmore | 01 avril 2020 à 10h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager