En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Biodiversité : selon l'AEE, l'Europe doit changer sa gestion de l'environnement pour atteindre ses objectifs

Biodiversité  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com
À l'occasion de la remise de son rapport annuel d'évaluation de la biodiversité, l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) estime que l'Europe ''risque de rater ses futurs objectifs, à moins de changer sa gestion de l'environnement''. Par ailleurs, le rapport confirme le constat dressé par l'Agence l'an dernier: l'Union européenne a échoué à atteindre son objectif 2010 qui visait à arrêter la perte de la biodiversité.

Le rapport est établi à partir des indicateurs spécifiques à l'objectif 2010 (les SEBI 2010) et des informations fournies par les Etats membres. Les résultats sont détaillés selon cinq grandes catégories: les écosystèmes humides, montagneux, forestiers, maritimes et agricoles. Au-delà du constat d'échec et du détail concernant les écosystèmes étudiés, l'AEE émet cinq recommandations. Ces propositions sont formulées alors que la nouvelle stratégie européenne pour la biodiversité à l'horizon 2020 est attendue pour la fin de l'année.

Tout d'abord, l'AEE constate que, lorsqu'elles sont mises en œuvre, les mesures de conservations de la biodiversité sont efficaces. Pour l'AEE, cela ''souligne le besoin urgent d'intensification des efforts'' et elle appelle donc à une meilleure application des règles existantes.

Par ailleurs, les programmes de conservation seuls sont insuffisants car de nombreuses menaces proviennent de secteurs en dehors de leur contrôle. Ainsi, elle propose que les secteurs ayant un impact sur la biodiversité, tels que l'agriculture, la pêche, le tourisme, le commerce et la santé, tiennent compte de la valeur de la biodiversité et soient remodelés pour mieux la protéger.

La troisième recommandation, vise à mieux prendre en compte l'ensemble des menaces pesant sur l'écosystème considéré en établissant des programmes de conservation qui ne se limitent pas aux frontières administratives et assurent une coopération des acteurs économiques pouvant avoir un impact.

Enfin l'AEE propose d'améliorer le suivi des écosystèmes européens pour favoriser une meilleure prise de décision. Quant à la sensibilisation du public, elle doit permettre une mobilisation en faveur du renforcement des politiques existantes.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…