En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les prochaines années seront cruciales pour la filière photovoltaïque française

Selon un rapport de PricewaterhouseCoopers, la filière photovoltaïque française pourrait se rationaliser avec la disparition du tarif d'achat vers 2015. D'ici là, le secteur doit s'efforcer de lever les derniers freins à son développement.

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
Les prochaines années seront cruciales pour la filière photovoltaïque française
© Daniel Schoenen
   
Avec un triplement du marché français en 2008, le solaire photovoltaïque confirme son décollage : le parc photovoltaïque total installé en France a ainsi atteint 175 MW fin 2008 contre 70 MW fin 2007. Selon une étude du cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC) l'année 2009 devrait également être positive pour la filière. Le cabinet mise sur une fourchette de nouvelles installations comprise entre 200 et 300 MW soit +100 voire 200% par rapport à 2008 soutenu notamment par les tarifs d'achat de l'électricité. Le marché 2009 sera centré sur les installations résidentielles à l'instar des années précédentes mais les grandes installations pourraient aussi se multiplier. Contrairement à l'Espagne, la croissance en France n'est pas le fait d'une spéculation effrénée sur des parcs de grande taille. Le développement du secteur paraît plus maîtrisé et plus durable grâce à des tarifs ayant d'abord favorisé les installations résidentielles intégrées au bâti, note le cabinet dans son rapport.

Le tarif d'achat pourrait disparaître vers 2015

Côté prix, PricewaterhouseCoopers prévoit une baisse des prix des modules cristallins (-30% attendus sur 2008/2009) mais prévient que cette baisse sera conjoncturelle du fait d'une surproduction et prévoit en conséquence un rebond du prix des modules quand les surplus seront écoulés. Cette situation risque de gêner les fabricants en amont de la filière française déjà peu nombreux. En revanche en aval, pour les installateurs/exploitants, les prévisions sont favorables grâce au maintien du tarif d'achat au moins jusqu'en 2012.

 
pour les sociétés qui n'auront pas su s'adapter à la nouvelle donne économique et technologique, il sera très difficile de résister  
PwC
 
À compter de cette date, une baisse généralisée des tarifs de rachat imposés à EDF est attendue, explique PwC. Elle devrait suivre les réductions du coût moyen de fabrication des modules, ajoute-t-il, grâce à une baisse du prix du silicium, aux améliorations technologiques et à la montée en puissance des couches minces. La parité réseau qui désigne le moment à partir duquel l'électricité produite par une installation photovoltaïque peut être proposée au même prix que l'électricité conventionnelle est attendue pour 2015 date à laquelle le tarif d'achat ne sera plus nécessaire. Selon PwC, cette période sera critique pour de nombreuses sociétés apparues récemment attirées par l'effet d'aubaine d'un marché en forte croissance : pour les sociétés qui n'auront pas su s'adapter à la nouvelle donne économique et technologique, il sera très difficile de résister. PwC prévoit par conséquent une consolidation et une rationalisation de la filière qui devrait profiter aux acteurs qui ont été ou seront dans un futur proche les plus à même d'atteindre rapidement une taille critique.

Lever les derniers freins au développement

D'ici là, le secteur va devoir lever les obstacles qui le freinent encore : PwC rappelle dans son rapport que le développement de la filière française profite d'abord aux fabricants allemands, chinois et japonais de cellules et modules. Le pays doit se doter d'une stratégie de développement pour que cette industrie soit une pourvoyeuse pérenne d'emplois et attire des capitaux étrangers, prévient le cabinet.
Le rapport note par ailleurs que la croissance du secteur souffre du manque de personnes formées à l'installation de modules : ce facteur limitant du développement peut se doubler de risques sur les installations liées au manque de qualification technique d'installateurs, met en garde le cabinet.

L'accessibilité au réseau est l'un des autres facteurs limitants : sur les 150 MW installés en 2008, près de 50% ne sont pas encore raccordés au réseau, a expliqué Arnaud Mine, Président de la commission Soler du Syndicat des énergies renouvelables (SER) lors d'un débat organisé par Enerpress. Selon lui, il devient urgent de simplifier les démarches administratives qui souvent nécessitent de contacter 5 administrations pour monter un dossier. La réglementation devra également être adaptée sans oublier les protocoles sécuritaires pour l'intervention des pompiers par exemple, et les régimes d'assurance : assurer en décennal une technologie qui, il y a deux ans, était encore innovante ce n'est pas simple, estime Arnaud Mine.
Plusieurs travaux vont dans ce sens : réflexion avec ERDF pour simplifier le raccordement des installations et limiter à 4 mois le temps d'attente, mise à jour des guides d'installation, publication d'un guide sur le parafoudre, travaux avec le ministère de l'intérieur sur les aspects sécuritaires liés aux établissements recevant du public (ERP) et aux immeubles de grande hauteur (IGH)…

Réactions7 réactions à cet article

 
Photovoltaïque ...

Attention à cet engouement, la partie électronique nécessite une grande maintenance comme toutes les électroniques en particulier en câblage CMS, un vrai SAV n'existe quasiment pas,les cellules photovoltaïques ont un rendement déplorable et je ne parle pas encore des jours sans soleil, en particulier au Nord de la Loire. Cet exposé est un piège à gogos, j'ai fait des essais personnellement, attention, pas si vite.....Si nous avons du retard c'est aussi peut-être par un manque d'investissement en amont dans la recherche,mais on ne peut pas jouer à la Bourse et faire de la recherche, messieurs....

JPA46 | 14 mai 2009 à 12h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Photovoltaïque ...

Chacun d'entre nous a un rôle à jouer dans l'impérieuse nécessité de basculer vers les énergies renouvelables. Certes le rendement des cellules n'est pas bon aujourd'hui, mais créer et développer un marché est le meilleur moyen pour accélérer les recherches et les améliorations dans ce domaine. Alors, participons !
Je l'ai fait et ne me considère de loin pas comme un gogo (comme vous dites) mais plutôt comme un citoyen responsable et engagé.

roland | 14 mai 2009 à 13h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Photovoltaïque ...

Bonjour,
Je partage l'avis de Roland. Il faut oser. En photovoltaïque depuis 1999 avec 27 m2 des 1ères ardoises solaires françaises, c'est une réussite même si à cause de problèmes étrangers aux ardoises, le raccordement avec EDF n'a jamais été fait.
Ceux qui ralentissent et découragent (sans être souvent les mieux informés)sont plus nombreux que ceux utilisent leur énergie et leurs compétences pour aider et construire l'Avenir en Beauté.
La rentabilté est nécessaire l'équilibre, pas pour la spéculation.
Odile

photodal | 14 mai 2009 à 15h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Photovoltaïque ...

Concernant le rendement, tout dépend du type de silicium avec lequel sont faits vos panneaux. Du silicium amorphe, relativement peu cher, n'ira pas au-delà de 10% de rendement. Le silicium monocristal peut produire le double, encore faut-il pouvoir le payer...
Quelques "Rolls-Royce" de laboratoire vont allègrement chercher le 40% de rendement, voire plus... mais leurs créateurs travaillent en Australie, hélas...
Tant qu'on ne mettra pas un peu plus de moyens dans la recherche publique ET privée, la France ne décollera pas, et dépendra de l'Allemagne et du Japon pour se fournir en matériel solaire.
Pour en revenir à l'après-installation des panneaux, c'est une question de bon sens : ils sont encapsulés dans du verre. On ne laisse pas une vitre des années sans la nettoyer, et on vérifier / fait vérifier son installation électrique de temps en temps, non ?

Anonyme | 14 mai 2009 à 16h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Photovoltaïque ...

Le tarif de rachat est une absurdité, puisque ce n'est pas ERDF qui le paie mais bien tous les français qui ont un compteur EDF ou autre concurrent via la "contribution au service public d'électricité"...regardez bien l'explosion de cette dernière ligne sur votre facture EDF...
Ce qui m'ennuie, c'est que ce ne sont plus des écolos qui installent maintenant du photovoltaïque sur leur toit, mais des financiers qui placent leur capitaux dans un placement soit-disant garanti, et qui est sensé leur rapporter plus que la bourse ou l'immobilier...tout çà payé par tout le monde...c'est écoeurant... Sans compter la question suivante: qu'arrivera-t-il si un petit malin trouve le moyen économique de produire son électricité soi-même, et que tout le monde progressivement coupe son compteur EDF?
Hypothèse pas du tout utopique: voyez sunmachine avec sa chaudière électrogène à moteur Stirling chauffée aux pellets, sans parler de ce gars au concours Lépine l'autre jour, qui semble avoir mis au point des plaques métalliques enterrées qui captent l'énergie du champs magnétique terrestre, et la transforme en électricité, que l'on stocke ensuite dans des batteries ou sous forme d'air comprimé...Selon ses estimations, avec une dizane de puits de 1 m2 de surface et 2 mètres de profondeur et 10 plaques par puits, espacées de 20 cms, il y a de quoi rendre autonome une maison équipée basse consommation...Etonnant non! Et je ne vous parle pas aussi des peintures photovoltaïques, que l'on a étouffé pour des raisons inavouables, mais qui appremment produisent du courant pour 3 fois moins cher que le silicium...Alors, après tout ça...le photovoltaïque silicium est-t-il bien la solution d'avenir???

lowcan | 14 mai 2009 à 20h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Photovoltaïque ...

Bonjour,

moi ce qui me choque dans le photovoltaïque c'est le fait que l'on produise de l'électricité pour la revendre. Je préférerais que l'état encourage l'autonomie : on ne peut pas se dire "eco-citoyen" en produisant de l'électricité photovoltaïque pour la revendre et en consommant de l'électricité nucléaire !!

Produisons déjà pour couvrir nos besoins, revendons seulement l'excédent et si jamais on en produit pas assez on complète par du nucléaire.

gthuron | 18 mai 2009 à 09h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Photovoltaïque ...

Tout à fait d'accord! Vous dîtes cela d'une façon simple et concise, mais très forte...
Les techniciens objecteront que consommer du nucléair juste quand on ne peut pas faire autrement, c'est techniquement impossible...et ils ont certainement raison...
D'où la nécessité de réfléchir à toutes les façons de stocker de l'énergie, avec le méthane par exemple, l'hydro-accumulation, trop souvent oubliée mais aux possibilités gigantesques en chauffage collectif ( je parle ici de milliers de m3 d'eau pour une unité de chauffage collectif urbain ) l'air comprimé aussi et surtout, dans des sphères de plusieurs mètres de diamètre, et beaucoup d'autres choses à inventer...
Merci!

lowcan | 18 mai 2009 à 19h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…