Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Quand un film plastique se recycle… en film plastique

Les films en polyéthylène pourraient être recyclés sept fois et garder les mêmes propriétés qu'un film plastique neuf. Encore faut-il trouver la bonne technologie et la matière à recycler. Explication à l'usine Reborn dans les Pyrénées-Atlantiques.

Reportage vidéo  |  Déchets  |    |  Baptiste Clarke  |  Actu-Environnement.com

En Europe, chaque année, sont mis sur le marché 9 millions de tonnes de plastique en polyéthylène (PE) flexible contre 4 millions de tonnes de plastique en polyéthylène dur, comme celui des bouteilles de lait. Les recycleurs se sont d'abord intéressés aux plastiques durs, plus faciles à trier dans des usines très mécanisées. Les plastiques souples ayant tendance à s'enrouler dans les rouages et à interrompre la production. Mais des innovations permettent désormais de mieux les gérer, une bonne nouvelle car le gisement principal de plastique PE est bien le plastique flexible.

Désencrer pour recycler

Ces innovations, le groupe français Reborn, leader européen sur le marché de l'emballage plastique flexible recyclé, les a mises en œuvre. Il a récemment inauguré la première ligne de désencrage de films plastiques en France sur son site d'Ogeu-les-Bains, dans les Pyrénées-Atlantiques.

L'objectif est de produire un film plastique recyclé en polyéthylène qui présente les mêmes caractéristiques que du plastique neuf. Un plastique à forte valeur ajoutée. Pour cela, il restait un verrou technologique à lever : le désencrage des déchets en plastique. Aujourd'hui, ces déchets sont broyés en fragments de quelques centimètres, puis envoyés dans un process que l'entreprise a nommé B.Clear. Voir le reportage vidéo. Cette étape permet de nettoyer les fragments de plastique qui ressortent transparents. Ils sont donc prêts à être transformés en billes de plastique pour réintégrer le circuit de production de nouveaux films plastiques.

Selon le directeur général de Reborn, Matthieu Abiteboul, le plastique PE est recyclable au moins sept fois avec les mêmes propriétés que du plastique neuf. Or la production de plastique recyclé serait nettement moins énergivore et gourmande en eau.

Aller chercher la matière

Avec cet investissement de 3 millions d'euros, l'usine pourra recycler 4 000 tonnes de films plastiques par an. Comme les résultats semblent concluants, elle entend réinvestir et recycler 38 000 tonnes par an dès 2026.

Selon Matthieu Abiteboul, le gisement de plastique PE flexible en France est estimé « à 1 million de tonnes par an », encore faut-il réussir à le capter. C'est un enjeu de taille, car si les déchets de bouteilles en plastique sont collectés à hauteur de 60 %, pour les plastiques souples, « c'est plutôt autour de 20 % ». Et encore, ces plastiques sont mélangés et tous ne se valent pas. L'entreprise a donc établi des stratégies pour se servir à la source. Voir le reportage vidéo. Aussi de nombreux échanges ont dû avoir lieu entre les recycleurs traditionnels, ceux qui collectent et trient pour mettre en balle. Car le plastique que recherche Reborn est spécifique. Il existe plusieurs types de plastiques autres que le polyéthylène (PE)… Toutefois, les recycleurs sont aujourd'hui équipés de trieuses optiques qui détectent les différentes sortes de plastique (PE, PET, couleur…), des solutions industrielles existent donc.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Le trieur optique AUTOSORT® évolue pour un tri des déchets plus efficace Pollutec 2021