Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les Italiens (re)disent non au nucléaire

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
   
Les Italiens (re)disent non au nucléaire
   

Selon des résultats partiels rendus publics à l'issue des scrutins de dimanche et lundi, les Italiens se sont prononcés contre la relance de l'énergie nucléaire et la privatisation de l'eau. Un sondage de l'institut EMG avance même le chiffre de 90 % de vote contre. En marge d'une conférence de presse à Rome, Silvio Berlusconi a déclaré que ''l'Italie, suite à la décision que le peuple italien est en train de prendre, va probablement devoir faire ses adieux à la question des centrales nucléaires''.

Selon les projections du ministère de l'Intérieur, le taux de participation devrait dépasser les 51 % ce qui permet d'obtenir le quorum (50% plus une voix) et de valider les résultats du référendum. Le dernier quorum atteint en Italie date de 1995.

Les Italiens s'étaient déjà prononcés contre le nucléaire en 1987, après la catastrophe de Tchernobyl. Mais en 2009, le président du Conseil a décidé de relancer le programme nucléaire à partir de 2014 pour réduire la dépendance italienne aux importations de pétrole et de gaz naturel à l'horizon 2020. Le 23 mars dernier, le gouvernement italien avait décrété un moratoire d'un an sur la reprise du programme nucléaire dans le pays. Le 19 avril, il présentait un amendement à une loi en cours d'examen au Parlement pour mettre fin à son programme de retour au nucléaire et définir une ''nouvelle stratégie énergétique nationale''.

La catastrophe de Fukushima semble avoir entraîné des décisions en cascade. Les résultats de ce référendum tombent quelques jours après l'annonce par l'Allemagne d'une sortie du nucléaire d'ici 2022. La Suisse a annoncé le 25 mai qu'elle mettrait à l'arrêt ses centrales nucléaires (cinq réacteurs) au bout de 50 ans d'activité. La première devrait fermer en 2019, la dernière en 2034.

Réactions4 réactions à cet article

 

l'italie nous donne une bonne leçon de démocratie directe, qu'attendons nous pour que les français donnent leur avis en ce qui concerne leur avenir a court et moyen terme en matière d'énergie.Sont ce les lobbys qui dirigent ce pays? D'une manière générale il est temps de redonner sa place à la voix du peuple, aujourd'hui internet est un moyen de consulter la population sur les sujets qui les concernent.Qui va payer les coups faramineux de l'industrie nucléaire, démantèlement, stockage des déchets pour des millénaires, conséquences d'un accident majeur et bien c'est vous et moi.L'état doit consulter les français sur ces sujets de fond!

technocrate137 | 13 juin 2011 à 23h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tout à fait d'accord ! A quand un référendum en République Française ? Le gouvernement tremble de peur !!!

Caroline | 14 juin 2011 à 10h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

bravo

citoyen vert maroc | 19 juin 2011 à 21h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci de montrer l'exemple !
Dire STOP au nucléaire, c'est dire oui à la Vie !
Les Italiens SONT dans la Vie, Eux....

Nona | 05 janvier 2012 à 21h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en droit des problématiques Énergies-Climat Huglo Lepage Avocats