En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pêche profonde : un meilleur encadrement des pratiques mais pas d'interdiction en Europe

Le chalutage profond ne sera pas interdit mais restreint à des zones jugées non vulnérables. Le Parlement européen a adopté un projet de règlement visant à encadrer la pêche profonde et à accroître les connaissances sur les milieux qu'elle impacte.

Biodiversité  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
Pêche profonde : un meilleur encadrement des pratiques mais pas d'interdiction en Europe

Finalement, le futur règlement européen sur la pêche profonde encadrera le chalutage profond, mais ne l'interdira pas. Réuni en séance plénière le 10 décembre, le Parlement européen a décidé de suivre le vote de la commission des pêches du 4 novembre en faveur d'une interdiction de cette pratique dans les zones aux écosystèmes marins fragiles. L'amendement demandant une élimination totale du chalutage de fond après deux ans a été rejeté par 342 voix contre 326 et 19 abstentions, au grand regret des associations qui demandaient un abandon total de ces pratiques.

Le projet de règlement, proposé par la Commission européenne en juillet 2012, doit abroger le règlement actuel (n° 2347/2002) qui encadrait jusque-là les pratiques de pêche profonde. Jugé insuffisant, celui-ci n'a pu empêcher "l'épuisement de certains stocks de poissons d'eau profonde en seulement quelques années", estime un rapport parlementaire présenté en novembre 2013.

Le texte doit désormais passer entre les mains des Etats membres. En octobre dernier, faute d'accord, le Conseil des ministres avait décidé de repousser le vote.

Une interdiction dans quatre ans, après révision ?

Ce nouveau règlement doit permettre de réduire la grande vulnérabilité et le manque de données sur les stocks de poissons d'eau profonde. Malgré le peu de connaissances sur les espèces concernées, "le Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM) indique que la majorité des stocks de poissons d'eau profonde sont considérés comme soumis à une pêche excédant les limites biologiques de sécurité", rappelle le rapport parlementaire.

Mais plutôt que d'interdire totalement cette pêche, les eurodéputés ont décidé de limiter cette interdiction aux zones les plus vulnérables. La Commission devra établir une liste de ces zones, sur proposition des Etats membres, qui seront "fermées à tous les navires européens si elles sont en haute mer et à tous les navires en général si elles sont situées dans les eaux européennes", indique le communiqué de presse du Parlement.

Une clause de révision a cependant été introduite : après quatre ans de mise en œuvre de ce règlement, la Commission devra évaluer l'impact des engins spéciaux utilisés pour la pêche en eau profonde sur les espèces et les écosystèmes marins vulnérables d'eau profonde. "Si cette évaluation montre que ces écosystèmes ou les stocks en eau profonde ne sont pas suffisamment protégés, la Commission pourrait alors proposer une interdiction générale de l'engin concerné". Initialement, le rapport parlementaire présenté par Kriton Arsenis (groupe socialiste, Grèce) demandait une élimination progressive, en deux ans, des engins les plus nocifs.

 
La pêche profonde en bref La pêche profonde s'est développée à la fin des années 80 lorsque les stocks de poissons du plateau continental ont commencé à décliner. Elle vise les espèces qui vivent à des profondeurs supérieures à 400 mètres et qui sont particulièrement vulnérables, du fait de leur lent développement, de leur maturité tardive (jusqu'à trente ans) et de leur faible indice de fécondité.
Les chaluts de fond trainent des plaques d'acier, des câbles et des filets lourds sur les fonds marins. Selon le Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM), si tous les engins entrant en contact avec les fonds marins peuvent avoir un impact sur les écosystèmes d'eau profonde, l'impact des chaluts de fond est bien plus nuisible aux fonds marins que celui des engins statiques.
 

Sont particulièrement pointés du doigt les chaluts de fond et les filets maillants de fond, considérés comme particulièrement impactant pour les écosystèmes. Ils ont en effet une incidence sur certaines espèces comme les coraux et les éponges. Autre impact indirect : les volumes élevés de prises accessoires, qui représenteraient en moyenne 20 à 30% du poids des prises.

Vers un abandon volontaire de la pêche profonde ?

Faute d'interdire, les députés ont décidé néanmoins d'inciter à l'abandon des pires pratiques, en adoptant une proposition du rapport parlementaire : aider financièrement les professionnels à changer de bateaux et à se former à des pratiques plus respectueuses de l'environnement, grâce au fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP). "L'abandon progressif des chaluts de fond et des filets maillants de fond au profit de palangres pour la pêche de stocks de poissons d'eau profonde constitue une évolution vers une pêche plus durable, à la fois sur le plan économique (la pêche à la palangre en eau profonde semble plus rentable et permet de réduire les coûts opérationnels, les chaluts de fond consommant en effet six fois plus de carburant), social (les palangres, qui nécessitent davantage de main-d'œuvre, offrent dès lors de nouvelles possibilités d'emploi) et environnemental (la pêche à la palangre a une incidence manifestement plus faible sur l'environnement marin)", soulignait le rapport. La pêche à la palangre est pratiquée par les Portugais, tandis qu'Espagnols et Français pratiquent généralement le chalutage profond.

Casino et Carrefour s'engagent

Cette aide poussera-t-elle à un changement des pratiques ? D'ores et déjà, selon l'association Bloom, particulièrement engagée dans la lutte contre la pêche profonde, le distributeur Casino s'est engagé à retirer de ses étals, à partir du 1er janvier 2014, les principales espèces profondes (sabre noir, grenadier et brosme). L'enseigne a rappelé que depuis 2007, elle ne commercialisait plus la lingue bleue et l'empereur.

Dans la foulée, le groupe Carrefour a annoncé qu'il allait progressivement arrêter la commercialisation du sabre, du grenadier et du brosme d'ici juin 2014 et précisé qu'"entre 2007 et 2013, [il] a arrêté la vente de lingue bleue et d'empereur et divisé par quatre les volumes de vente de sabre, de grenadier et de brosme".

Dans un communiqué du 10 décembre, le député de la Meuse Bertrand Pancher (UDI) "exhorte le groupe Intermarché à suivre le mouvement en renonçant, à son tour, à cette pêche destructrice, coûteuse et très peu génératrice d'emploi".

Scapêche, la filiale d'Intermarché qui compte 18 navires et 220 marins, estime qu'un arrêt de la pêche profonde concernerait 3.000 emplois directs et indirects. Quelques 400 navires français seraient concernés, selon elle. Mais peu auraient une taille industrielle. Dans une lettre ouverte datée du 6 décembre, les pêcheurs de Scapêche indiquaient pêcher "sur des fonds sableux et vaseux exempts de coraux, dans une seule et même zone qui ne dépasse pas 3% de la surface des eaux européennes". Ils revendiquaient même la pêche de poissons sauvages que sont le sabre, le grenadier et la lingue bleue à "un prix qu'une majorité de ménages peut s'offrir".

Selon le rapport parlementaire, au total, les espèces d'eau profonde représentent environ 1% des débarquements de l'Atlantique du Nord-Est.

Réactions8 réactions à cet article

 

Il ne reste plus que le boycott des consommateurs, pas d'acheteurs pas de pêche, les politiques sont élus par la population et servent les lobbys, ce qu'oublie de dire cet article c'est que le texte est passé grâce à une alliance socialiste-UMp, décidément encore une preuve de l'incompétence du gouvernement Hollande

lio | 11 décembre 2013 à 10h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

il va falloir faire du prosélytisme et reprocher aux poissonniers de vendre les espèces de grands fonds.

mitsou | 11 décembre 2013 à 10h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

il sagit pas d'interdire mais de réglementer notemment les méthodes de pêche et tailles ....partout pas seulement en eau profonde ...poissons et crustacés ...quand je pense que par exemple pour le homard seul 20 % d'entre eux ont le temps de pondre et qu'un cm de plus pemerttrait à 80 % de pondre ...idem pour le bar ...il manque quelques cm de plus ...pour les méthodes de pêche il faut effectivement encourager les méthodes sans chalut ou sélectives ...interdire le filet pour le thon aussi ...ça marche trés bien à la ligne et la chair est meilleure ....le tout sera aussi trés profitable au pêcheurs eux mêmes car trés vite ils prendront plus et plus gros .

carl | 11 décembre 2013 à 14h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
En cas de vote au sein de l'UE, comme ce fut le cas pour la pêche profonde, je suggère vivement que vous indiquiez "qui a voté quoi", de manière à éclairer les citoyens sur la position des partis politiques et à préparer leur prochaine "votation" 2014 !
Cordialement,
PC

hautecorne | 12 décembre 2013 à 11h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour!
Avez vous lu la très jolie bande dessinée de Pénéloppe Bagieu à ce sujet : Prends cinq minutes et signe copain ?

isabelle | 12 décembre 2013 à 12h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour une présentation moins "langue de bois" du sujet, je vous recommande vivement en effet ce qu'en dit Pénélope

Zoltan | 12 décembre 2013 à 12h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonsoir,

Comme des dizaines de milliers de citoyens, j'ai bien entendu signé la superbe et originale pétition de Pénélope.
Mais nous en sommes au vote, et l'important, pour les citoyens, c'est de connaître la position des partis politiques à l'égard du chalutage profond...
A+,
PC

hautecorne | 12 décembre 2013 à 17h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Etonnant qu'un certain Monsieur "B" n'ait pas encore sauté sur son clavier pour saluer cette superbe décision de nos élus européens?! Des politiques à gerber, comme d'habitude...il paraît que l'on a ceux que l'on mérite...

AlexG | 12 décembre 2013 à 17h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager