En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La restauration collective peut réduire facilement le gaspillage alimentaire de 20%

Grâce à une opération menée dans 1.000 établissements scolaires, l'Ademe montre qu'une réduction substantielle du gaspillage est possible et que les investissements sont rapidement amortis.

Infographie  |  Déchets  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

A l'occasion de la journée de lutte contre le gaspillage alimentaire, mardi 16 octobre, l'Ademe dévoile le bilan de l'opération "1.000 écoles et collèges contre le gaspillage alimentaire". Lancée en 2016, cette opération a permis une réduction de 20% du gaspillage en moyenne et une économie de 2.000 euros par an et par établissement engagé dans l'opération, révèle le bilan.

Les établissements sélectionnés par l'Ademe avaient bénéficié d'une aide financière forfaitaire de 750 euros par école et de 1.500 euros par collège. Ces aides ont permis la réalisation d'un diagnostic suivi par la mise en place d'actions de réduction du gaspillage allant de la formation des agents à l'acquisition de bornes de badgeage pour gérer les effectifs en passant par l'achat de logiciels. "Dans le cadre d'opérations coordonnées, les économies à la clé sont réelles et offrent des marges de manoeuvre pour faire évoluer la qualité (provenance, mode de production, etc.) des matières premières et aller vers une alimentation durable", conclut l'Ademe. D'où sa préconisation de mettre en place de telles actions dans tous les types de restauration collective. Ces actions devraient être facilitées par la loi "agriculture et alimentation", adoptée le 2 octobre, qui impose à la restauration collective de réaliser un diagnostic pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

La marge de progression est réelle puisque l'Ademe révèle que de 100 à 170 grammes de nourriture sont gaspillés par personne à chaque repas. Les secteurs de la restauration collective dans lesquels le gaspillage est le plus important sont les établissements de santé suivis par la cuisine concédée puis les établissements scolaires. Le secteur de la cuisine autogérée arrive en queue de peloton. "Grâce à une meilleure adaptation aux besoins et la possibilité de resservir certains plats le lendemain, la cuisine sur place est plus efficace", explique l'Ademe. En ce qui concerne le type de nourriture la plus gaspillée, vient en tête l'accompagnement (légumes, céréales, féculents, légumineuses) suivi du poisson et de la viande (respectivement 34 et 23%). Ces aliments représentent pourtant "la part la plus importante du coût des matières premières et de l'impact environnemental", pointe l'Ademe.

Réactions3 réactions à cet article

 

Si toutes les cantines scolaires décidaient d'acheter BIO-LOCAL, çà augmenterait les vocations ou conversions de maraîchers locaux, avec la garantie d'un chiffre d'affaires minimum.

Et ça permettrait de vendre en direct aux particuliers à un plus bas prix le bio.

Alors que c'est pas triste du tout d'être végétarien quand les légumes ont du goût

Sagecol | 17 octobre 2018 à 10h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La restauration collective peut réduire facilement le gaspillage alimentaire de 20% !!
"Ben tien"!!! C'est tellement facile qu'elle ne l'a jamais fait rein que pour "embêter" les parents et le monde entier.
Quand on est dans l'idéologie, c'est dingue de ne pas s'apercevoir a ce point des bêtises évidente que l'on raconte.
Le bio dans les cantine , pourquoi pas, mais surtout pourquoi? Monter les prix pour certaines famille qui pouvaient tout juste offrir un repas correcte par jour a leurs enfants ( cela pour aucun bénéfice pour eux ).
Un repas sans viande dans les cantines de temps en temps ne pose aucun problème (au contraire), mais ne parler pas de repas végétarien puisque là on parle de personnes ne mangeant jamais de viande.

yann | 18 octobre 2018 à 08h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Voilà qui est révélateur: "garantir le chiffre d'affaires" des convertis. Tout est dit.
Merci de donner à la quête de cette nouvelle Eglise...
Amen

Albatros | 22 octobre 2018 à 18h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…