En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La mer de Ross contiendra la plus vaste aire marine protégée au monde

Biodiversité  |    |  Guillaume Krempp Actu-Environnement.com

Manchots d'Adelie, baleines de Minke, pingouins, phoques de Wedell, étoiles de mer… La mer de Ross, bordant le nord du continent Antarctique, abrite une biodiversité spectaculaire. Le vendredi 28 octobre, la Commission pour la conservation de la faune et de la flore marines de l'Antarctique (CCAMLR) a décidé d'y créer une aire maritime protégée (AMP). Réunis cette année à Hobart en Australie, les Etats-membres de l'organisation ont pu trouver un accord qui permettra la protection d'un million et demi de kilomètres carrés, plus de deux fois la surface de la France.

Pour parvenir à cet accord, qui entrera en vigueur en décembre 2017, les négociations ont été longues et difficiles. La proposition d'un sanctuaire marin dans la région avait été formulée dès 2011 par les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande. Plusieurs réunions annuelles et des sessions additionnelles ont été nécessaires, notamment pour surmonter les réticences chinoises, ukrainiennes et russes. D'où la satisfaction qu'exprime Andrew Wright, secrétaire exécutif du CCAMLR, à l'issue de la réunion : "Cette décision représente un niveau de coopération international sans précédent concernant [la protection] d'un vaste écosystème marin".

L'aire marine protégée permettra d'assurer la conservation des espèces, grâce à des mesures de protection des habitats, de surveillance des écosystèmes et de régulation de la pêche. Ainsi, dans 72% de ce sanctuaire marin, aucun chalutier ne pourra jeter ses filets. Une mesure appréciée des associations environnementales, alarmées par la hausse récente des prises, de krill notamment.

Le résultat de cette coopération internationale n'est néanmoins pas exempt de tout reproche. Une clause de l'accord, limitant la protection de la zone à 35 ans, attire la critique associative, dont celle de Chris Johnson, chargé des Sciences marines au WWF-Australie : "Selon l'Union mondiale de la conservation (IUCN), les zones marines sous protection doivent être permanentes. Inquiet sur ce point de limitation dans le temps de ce statut de protection, le WWF poursuivra ses actions afin d'obtenir, à terme, que la mer de Ross devienne une zone marine protégée permanente".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager