En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Santé au travail : la Commission ne classe pas le Sars-Cov-2 parmi les virus les plus dangereux

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Par une directive, publiée ce 5 juin au Journal officiel de l'UE, la Commission européenne classe le « coronavirus du syndrome respiratoire aigü sévère 2 » (Sars-CoV-2), à l'origine de la pandémie de la Covid-19, comme agent biologique pouvant provoquer des maladies infectieuses chez l'homme du groupe 3. C'est-à-dire un agent biologique pouvant provoquer une maladie grave chez l'homme et constituer un danger sérieux pour les travailleurs. Mais, selon cette classification, cet agent « peut [seulement] présenter un risque de propagation dans la collectivité [et]il existe généralement une prophylaxie ou un traitement efficace ».

Étonnamment, l'exécutif européen, assisté par des experts représentants les États membres, a fait le choix de ne pas classer le virus dans le groupe 4 qui vise, quant à lui, les virus pouvant présenter un « risque élevé » de propagation dans la collectivité et pour lesquels il n'existe pas de prophylaxie ni de traitement efficace. « Si aucun vaccin ou traitement efficace n'est actuellement disponible, des efforts considérables sont déployés à l'échelle internationale et un nombre important de candidats vaccins ont été identifiés jusqu'à présent », justifie la Commission.

« Compte tenu des mesures sans précédent prises pour lutter contre la Covid-19, il est difficile de comprendre pourquoi la Commission européenne insiste pour que le virus ne soit pas dans la catégorie de risque la plus élevée », a réagi, le 13 mai, Per Hilmersson, secrétaire général adjoint de la Confédération européenne des syndicats (CES). Une faible classification pourrait « entraîner une protection moindre de la santé des travailleurs et donc un risque plus élevé et très probablement une augmentation de la pandémie parmi la main-d'œuvre européenne », a averti la confédération.

Les États membres doivent transposer cette nouvelle directive dans leur droit national avant le 24 novembre 2020. Une directive du 24 octobre 2019 avait aussi classé le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (Sras) et le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (Mers) parmi les agents biologiques du groupe 3, contrairement au virus Ebola classé dans le groupe 4.

Réactions2 réactions à cet article

 

Même si je ne maîtrise pas ces classements, il est logique qu'il ne soit pas classé dans le niveau 4 étant donné la létalité extrêmement faible du virus (O,O3%) et qui ne touche qu'une proportion faible de la population (plus de 65 ans). Certes il est hyper contagieux mais il n'est pas dangereux !
M. Radisson, prenez du recul et faites votre travail de journaliste en mettant en perspectives les éléments svp !

ecovia | 09 juin 2020 à 08h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les victimes apprécieront.

Laurent Radisson Laurent Radisson
09 juin 2020 à 10h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager