En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eau potable : la sécurisation de l'alimentation au cœur des enjeux

Maillage des réseaux, forage de secours, intercommunication des distributeurs… la sécurisation de la distribution de l'eau potable requiert nombre d'infrastructures à l'instar de celles déployées par le Syndicat des eaux d'Ile-de-France (Sedif) pour alimenter ses quelques 149 communes.

Reportage vidéo  |  Eau  |    |  Marie Jo SaderActu-Environnement.com
Eau potable : la sécurisation de l'alimentation au cœur des enjeux

Ce sont 4,4 millions de franciliens qui sont alimentés en eau potable par le Syndicat des eaux d'Ile-de-France (Sedif), un groupement de 149 communes dont Paris ne fait pas partie. L'eau distribuée est issue de l'Oise, la Marne et la Seine, des eaux de surface réputées polluées et qui nécessitent des traitements complexes.

Le Sedif dispose de trois usines qui distribuent l'eau via un réseau de canalisation de 8.230 km répartis sur 7 départements. Pour assurer quotidiennement ce service sans incident et sans rupture, ces trois entités sont connectées afin de pallier la défaillance de l'une d'entre elles. Des travaux de rénovation sont également régulièrement menés afin d'augmenter la rentabilité et la capacité du réseau comme le remplacement de certains réservoirs de 3ème élévation jugés vulnérables par des stations de surpression, ainsi que l'installation de groupes électrogènes autonomes afin d'être indépendant par rapport au fournisseur d'énergie en cas de panne. Par ailleurs, en cas d'incidents exceptionnels (inondation, attaque terroriste), pour éviter une crise grave de l'alimentation en eau potable, des usines à puits prélevant l'eau de nappes souterraines sont là pour prendre le relais.

A la différence de l'Eau de Paris qui est gérée en régie, le Sedif a choisi de déléguer ce service à Veolia. Un choix justifié par l'ampleur du réseau et des traitements requis, mais qui se traduit par une légère hausse de prix : 1,47 euros le m3 d'eau potable contre près d'1 euro pour l'abonné parisien.

Réactions2 réactions à cet article

 

Eh oui, l'eau privée coute plus cher c'est important de le signaler.
La sécurisation des approvisionnement en eau est un défi majeur que bon nombre de collectivité n'ont malheureusement pas encore pris en compte.

Terra | 28 août 2014 à 11h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Non, l'eau privée ne coûte pas forcément plus cher.

Mais, quand une commune ou un syndicat en service public doit faire de gros investissements et augmenter la facture, il est souvent plus facile, politiquement, de mettre en régie et de faire porter l'impopularité sur l'entreprise.

Wackes Seppi | 28 août 2014 à 19h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Marie Jo Sader

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…