En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

En Sibérie, le changement climatique amplifie fortement la canicule

Risques  |    |  Agnès Sinaï  |  Actu-Environnement.com

Un nouveau record de température pour l'Arctique de 38°C a été enregistré dans la ville russe de Verkhoyansk le 20 juin dernier. Les températures globales de la Sibérie ont été supérieures de plus de 5°C, entre janvier et juin 2020, à la moyenne relevée entre 1981 et 2010, selon le service russe de météorologie. La rupture d'un réservoir de carburant près de la ville minière isolée de Norilsk dans l'Arctique, fin mai, et d'immenses feux de forêts ont conduit le président Poutine à déclarer l'état d'urgence.

Une étude internationale coordonnée par la World Weather Attribution, publiée le 15 juillet, estime que la récente vague de chaleur en Sibérie, de janvier à juin 2020, a été fortement amplifiée par le changement climatique, qui multiplie par au moins 600 les risques de chaleur prolongée. Un phénomène qui ne devrait se produire que tous les 80 000 ans sans le changement climatique induit par les activités humaines.

Les chercheurs ont combiné les modèles climatiques avec les relevés de températures à partir d'une station locale. À l'horizon 2050, la région de la Sibérie pourrait connaître des températures moyennes de 2,5°C plus élevées qu'en 1900, voire de +7°C.

Réactions1 réaction à cet article

 

Bonsoir ! après l'Amazonie, voilé la Sibérie qui prend feu non seulement, mais a engendré une hausse vertigineuse de la température. ceux ci est le résulta, semble-t-il, de l'action de l'homme. que l'action de l'homme face en sorte que ces actions dégradantes soient réparées. il suffit que les bonnes âmes "l'exigent"; tel à titre d'exemple: le reboisement au Sahara pourrait constituer le moyen d'atténuation voir le rétablissement du climat de la planète tant souhaité. de mon point de vue, entreprendre ce reboisement dès maintenant avant que l'action de l'homme ne sacrifie les quantités d'eau qui s'y trouve. sans être spécialiste dans ce domaine, c'est le salut de la vie sur terre pourrai-je ajouter, qui est en jeux! dans le cas contraire cette dégradation sera couronnée par ..., le covid 19. A+

DAOUD | 16 juillet 2020 à 20h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager