Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

[SMCL] Réseau des conseillers éoliens et PV : les structures d'accueil prêtes à recruter 26 candidats

Energie  |    |  D. Laperche

Le ministère de la Transition écologique et l'Ademe ont dévoilé, à l'occasion de l'ouverture du Salon des maires et des collectivités locales, la liste des lauréats de l'appel à manifestation d'intérêt (AMI) pour mettre en place un réseau de conseillers éoliens et photovoltaïques.

L'idée avec ce réseau est de renforcer l'ingénierie locale à destination des collectivités en leur donnant accès à un conseil gratuit et indépendant. « Les conseillers techniques viendront appuyer les collectivités lors de projets éoliens ou photovoltaïques initiés par un développeur. Ils pourront notamment les sensibiliser sur le déroulé d'un projet d'énergie renouvelable, sur le rôle qu'elles peuvent y jouer et les moyens à leur disposition pour devenir le facilitateur du projet dans l'écosystème territorial, explique le ministère de la Transition écologique. Les conseillers techniques feront également le lien avec les stratégies de développement territoriales pour aider au positionnement de la collectivité et assurer que le projet s'inscrive bien dans ce cadre ». La constitution de ce réseau fait partie des dix propositions d'évolution structurantes pour la filière, issues, en janvier 2018, du groupe de travail national.

Des lauréats ont été sélectionnés en Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne, Grand Est, Nouvelle Aquitaine, Pays-de-la-Loire, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Bourgogne-Franche-Comté, Hauts-de-France, Occitanie, Guadeloupe, Guyane, Martinique et pour la Réunion et Mayotte. Quatre régions n'auront pas de porteurs en 2021 : Centre-Val-de-Loire, Corse, Ile-de-France et Normandie. Des contractualisations sont toutefois envisagées dans ces dernières d'ici à la fin du premier semestre 2022.

Les structures retenues (1) dans le cadre de l'AMI accueilleront les futurs conseillers éoliens et PV. Elles bénéficieront pour cela d'un accompagnement financier durant trois ans : une subvention de l'Ademe de 30 000 euros au maximum par poste à temps plein et par an. À cette enveloppe pourra s'ajouter un soutien des Régions pour les missions d'animation, de communication, d'organisation d'événements, de formation, etc. à hauteur de 60 000 euros.

Au total, 26 postes seront déployés dans les territoires pour accompagner les collectivités.

Une animation nationale de ce réseau de conseillers devrait être mise en place au début de l'année 2022.

1. • Auvergne-Rhône-Alpes : Syndicat d'énergie Syder, pour le compte de l'association Teara regroupant les syndicats d'énergie d'Aura ;
• Bretagne : Breizh Alec, le Pôle énergie Bretagne et Atlansun ;
• Grand Est : Alter Alsace énergies, Lorraine énergies renouvelables et Agence locale de l'énergie et du climat – ALE 08 ;
• Nouvelle Aquitaine : Centre régional des énergies renouvelables (coordinateur), Agence de locale de l'énergie et du climat et Citoyens en réseau pour des EnR en Nouvelle Aquitaine (Cirena) ;
• Pays-de-la-Loire : Syndicats d'énergie : SIEML (coordinateur), Sydela, Sydev et TE53 ;
• Provence-Alpes-Côte d'Azur : Syndicats d'énergie : SDE 04, Syme 05 (coordinateur), Sdeg 06, Smed 13, Symeliec 83 et SEV 84 ;
• Bourgogne-Franche-Comté : Alliance des syndicats d'énergie en lien avec la coopérative Jurascic ;
• Hauts-de-France : CD2E et collège de 4 syndicats d'énergie dont FDE80 (pilote) ;
• Occitanie : Agence régionale énergie climat d'Occitanie (Arec), Territoire d'énergie Occitanie / Syaden et association Énergies coopératives et citoyennes locales renouvelables (ECLR) ;
• Guadeloupe : SEM Guadeloupe EnR ;
• Guyane : Collectivité territoriale de Guyane ;
• Martinique : Collectivité territoriale de Martinique ;
• Réunion/Mayotte : Syndicat d'électricité Sidelec.

Réactions1 réaction à cet article

Au moins on voit le parti-pris gouvernemental . C'est mettre en place le système du juge et partie .Verrons nous l'équivalent sous la forme des conseillers du public pour sa défense contre le lobby des chevaliers d'industrie éolienne ?

sirius | 17 novembre 2021 à 15h03 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Micro-onduleur YC1000-3, pour centrales solaires tertiaires/industrielles APsystems
Multitec® 545 : analyseur multigaz mobile à plage de mesure H2S étendue SEWERIN