En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Transition énergétique : l'Ademe retient onze projets, pour une aide totale de près de 100 millions d'euros

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Jeudi 4 juin, le conseil d'administration de l'Agence de la transition écologique (Ademe) a validé le soutien à onze projets, pour un montant d'aide global de 98,3 millions d'euros. Au total, ces onze projets représentent plus de 373 millions d'euros d'investissements.

Trois projets concernent la mobilité hydrogène. L'Ademe soutiendra le déploiement de 50 bus et 500 véhicules légers à usage professionnel, répartis sur les territoires de Montpellier Métropole (aide de 7,4 millions d'euros), Dijon Métropole (aide de 8,6 millions d'euros) et en Île-de-France (aide de 11,3 millions d'euros).

Un deuxième groupe de projets concerne les combustibles solides de récupération (CSR). L'Ademe a retenu la construction de quatre unités de valorisation énergétique de CSR à Sarcelles (Val d'Oise ; 9 millions d'euros), à Boussens (Haute-Garonne ; 9 millions d'euros), dans le Grand Lyon (Rhône ; 13 millions d'euros) et à Laneuveville-devant-Nancy (Meurthe-et-Moselle ; 13 millions d'euros).

Convention de coordination avec l'Anct

La création et l'extension de réseaux de chaleur dans l'agglomération Mulhouse-Alsace (Haut-Rhin ; 8 millions d'euros) et la ville de Cluses (Haute-Savoie ; 6 millions d'euros), ainsi qu'un projet de géothermie à Vélizy-Villacoublay (Yvelines ; 6 millions d'euros), ont aussi retenu l'attention de l'Ademe.

Enfin, l'Agence soutiendra à hauteur de 7 millions d'euros la communauté d'agglomération Lannion-Trégor (Côtes-d'Armor) par le biais d'un contrat d'objectif énergies renouvelables.

Le conseil d'administration de l'Ademe a aussi validé la convention de coordination avec l'Agence nationale de la cohésion des territoires (Anct). « Cette convention précise et organise la contribution de l'Ademe aux programmes nationaux de l'Anct, à sa contractualisation avec les territoires et à l'accompagnement sur-mesure des collectivités », explique l'Ademe.

Réactions1 réaction à cet article

 

Ah ! L'ineffable ADEME... 50 bus, un projet d'importance intergalactique... Les approches économiques sérieuses montrent que l’hydrogène décarboné ne pourra être compétitif vis à vis des procédés de reformage actuels que s'il est produit avec des moyens de production d'électricité décarbonée "en base", avec un kWh très peu cher et stable, c'est à dire nucléaire et hydraulique : utiliser les intermittentes uniquement quand elles sont en surproduction, comme il est classiquement prévu, mais c'est à dire avec un coût du kWh marginal très élevé et des installations surdimensionnées, très coûteuses et qui fonctionnent peu souvent, conduit à un prix de l'hydrogène inacceptable...

dmg | 10 juin 2020 à 22h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager