Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Voies navigables de France : les ambitions de développement pour les dix prochaines années

Transport  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

Les ministres de la Transition écologique et des Transports, Barbara Pompili et Jean-Baptiste Djebbari, ont signé avec Voies navigables de France (VNF) un contrat d'objectifs et de performance (COP) pour les dix prochaines années. Ce contrat « est doté de moyens importants et inédits : 220 millions d'euros (M€) en 2020, 300 M€ en 2021 (grâce à l'apport de 175 M€ du plan de relance sur 2021-2022). À l'horizon 2030, 3 milliards d'euros (Md€) seront consacrés en investissement aux infrastructures fluviales, dont 1,9 Md€ dédiés à la régénération et à la modernisation du réseau », indique le communiqué. Une stratégie économique de long terme sera également élaborée pour développer des ressources propres à VNF et diversifier les recettes.

Le COP prévoit que des projets de territoires soient définis en partenariat avec les collectivités sur le réseau à petit gabarit. La modernisation de la gestion fluviale sera également engagée (téléconduite, automatisation, gestion hydrologique plus fine, innovation, verdissement de la flotte…). Enfin, le volet « gestion globale de la ressource » est également au cœur du contrat d'objectifs. « Dans le contexte de changement climatique, les voies d'eau jouent un rôle accru en tant qu'espace naturel et vivant, elles constituent une réserve de biodiversité tout en étant dotées d'un potentiel de production d'énergies renouvelables (barrages hydroélectriques et hydroliennes fluviales par exemple) », estiment les ministères.

Réactions4 réactions à cet article

 

Comment sont évacuer les eaux usées, douches, toilettes, je suis curieux de savoir ?

naphtes | 04 mai 2021 à 08h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La réhabilitation de tous les canaux fluviaux pour remplacer tous les transports de marchandises des camions aux péniches des denrées non périssables, serait l'une des plus grande réforme écologique et surtout en réalisant la jonction entre le Rhin et le Rhône pour relier la mer du Nord à la Méditerranée

le papet | 04 mai 2021 à 09h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ben non, ça ne peut pas marcher, ça oblige à avoir des biefs des différences de niveau, ils vont faire comment les poissons migrateurs pour remonter des cours d'eau ou ils n'ont jamais vécu sauf dans la tête des écolos.
Non ça me ramêne à ma petite enfance , on habitait sur la rive, juste derrière le chemin de halage, et on voyait les péniches chargées de charbon remonter la rivière et on allait faire "Ohé du bâteau!! et ils nous répondaient.
Tout ça a disparu d'un seul coup, le bief est encore la, des vacanciers font travailler l'éclusière, il y aurait toujours moyen de relancer cette activité.
J'ai pas connu les chevaux de hâlage, des Bretons ou des percherons, c'était avant la guerre, le fameux moteur poyaux diésel était arrivé et renvoyé ces grosses bestioles dans leur pré.

pemmore | 04 mai 2021 à 22h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est tout de même bizarre comment des infrastructures construites en leur temps avec des moyens rudimentaires (bon, d'accord, pour le canal de Nantes à Brest par exemple, réalisé pour contourner le blocus maritime anglais, on a alors eu largement recours aux prisonniers espagnols qu'on a enrôlé d’office, souvent jusqu'à mort d'homme...), maillant assez efficacement le territoire national mais abandonnées ensuite en raison de la concurrence déloyale de la route (c'est en grande partie le contribuable qui paye la réalisation et l'entretien du réseau, donc forcément ni les voies fluviales ni les petites voies ferrées ne pouvaient suivre), et redécouvrant aujourd'hui que certaines existent encore, il faille que ce soit les contraintes liées au changement climatique qui rouvrent des paupières jusqu'alors bien closes et lèvent des obstacles économiques qui semblaient jusqu'alors définitifs et sans recours possible.

Pégase | 05 mai 2021 à 20h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager