En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'administration Trump s'apprête à ouvrir 90% des côtes américaines aux forages en mer

Risques  |    |  Agnès Sinaï Actu-Environnement.com

Donald Trump a proposé le 28 décembre dernier de réouvrir à l'industrie pétrolière et gazière de vastes étendues d'eau actuellement protégées contre le forage dans l'Est du golfe du Mexique et les océans Atlantique, Pacifique et Arctique.

Cette décision annule les mesures prises par son prédécesseur Barack Obama. Elle pourrait exposer des zones de pêche emblématiques tels que Georges Bank dans le Maine, et des zones de reproduction marine critiques, comme celles de la côte californienne, aux risques d'explosions associés à ces opérations industrielles en mer.

La proposition du président des Etats-Unis se conjugue avec la réorganisation en cours des procédures de sécurité des opérations de forage en mer. Ces orientations reviennent sur un ensemble de règles édictées à la suite de l'accident de la plateforme Deepwater Horizon en 2010 au motif qu'elles sont trop lourdes pour l'industrie.

Nouveaux règlements pour la production offshore

Le 29 décembre dernier, le Bureau de la sécurité et de l'application des lois environnementales (BSEE) a publié de nouveaux règlements sur les dispositifs utilisés lors de la production pétrolière offshore.

"Il est temps de changer de paradigme" dans la réglementation du plateau continental extérieur, qui représente un baril de pétrole domestique sur six, a déclaré le directeur du BSEE, Scott Angelle, dans un communiqué rapporté par le Washington Post le 28 décembre. "Nous pouvons réellement accroître la production d'énergie domestique tout en augmentant la sécurité et la protection de l'environnement."

Ces nouvelles mesures éliminent l'obligation de faire inspecter les installations par des auditeurs indépendants certifiés par le BSEE. Une commission présidentielle bipartite établie après la catastrophe avait pourtant recommandé de telles inspections. Le groupe de travail conduit par l'Académie des sciences des Etats-Unis, qui visait à rehausser les standards de sécurité sur les plateformes offshore, est suspendu sine die.

En vertu de cette nouvelle réglementation, les compagnies pétrolières se réfèreront aux bonnes pratiques établies par l'industrie elle-même, comme c'était le cas avant l'accident de Deepwater Horizon.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager