En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le remplacement du Bisphénol A n'est techniquement pas envisageable aujourd'hui, selon l'industrie chimique

Risques  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

L'Agence de sécurité sanitaire (Anses) a appelé le 27 septembre les industriels à remplacer le bisphénol A (BPA) par des substances alternatives ''sans danger", en priorité dans les matériaux au contact des aliments, à cause d'effets sanitaires avérés chez l'animal et suspectés chez l'homme, et ce même à de faibles niveaux d'exposition.

Mais l'Union des industries chimiques (UIC) a affirmé ce jeudi 29 septembre dans un communiqué ''que la substitution du Bisphénol A par une seule substance n'était techniquement pas envisageable aujourd'hui, en particulier dans les résines au contact des aliments". Lors du point de presse, le directeur de l'Anses reconnaissait mardi que les recherches sur les produits de substitution concernant les résines époxydes, s'avéraient ''plus difficiles'' contrairement aux plastiques polycarbonate où les solutions alternatives au BPA existantes (autres types d'emballages plastiques ou verre pour le biberon)''ne sont pas identifiées comme perturbateurs endocriniens''.

''La substitution est un processus exigeant qui impose que les produits de remplacement répondent aux spécifications techniques et aux exigences de sécurité des utilisateurs. Les propriétés de dangers des substituts (toxicité et éco-toxicité), les niveaux d'exposition attendus y compris vis-à-vis des populations vulnérables et les risques résiduels doivent faire l'objet d'une évaluation détaillée'', explique l'UIC tout en ajoutant ne pas pouvoir "accepter le principe de remplacement d'une substance bien évaluée par une substance moins bien évaluée du point de vue de ses impacts sanitaires et environnementaux''.

Les industriels de la chimie demandent donc que ''les effets à très faible concentration chez l'homme soient confirmés par des études scientifiques complémentaires et fassent l'objet d'un partage de vues au niveau européen''. L'UIC a également appelé ''les pouvoirs publics à prendre en compte les incertitudes de l'évaluation et l'absence de substituts immédiatement disponibles pour certaines applications''. La ministre de l'Ecologie a proposé mardi "l'interdiction de l'usage du bisphénol A dès qu'il y a des produits de substitution" et qu'on s'est assuré de leur innocuité. De leur côté, des députés PS proposent une loi visant à interdire ''la fabrication, l'importation, l'exportation et la mise sur le marché de contenants alimentaires à base de BPA'' à partir de 2014 afin de permettre "aux industriels de finir de mettre au point des substituts au bisphénol A''. Le texte sera soumis aux députés dans l'hémicycle le 6 octobre.

Réactions4 réactions à cet article

 

SIMILITUDE: malgré de trés nombreuses alertes, l'industrie de l'amiante affirmait qu'il était impossible de s'en passer et que les études montrant la dangerosité de cette substance n'étaient pas fiable. On a vu le résultat.

Duport Claude | 29 septembre 2011 à 20h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est temps d'engager une vaste campagne de boycott. Le consommateur doit choisir et non pas subir la dictature des lobbies. Notre santé et celle de nos descendants en dépend.

spitou | 01 octobre 2011 à 21h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Que fait le gouvernement?
Dans le passé, il y avait le verre, maintenant il y a encore le verre... On a voulu (sous la pression des lobbies) virer le verre consigné (rappelez vous) et pourtant c'est le meilleur produit qui existe. Le plastique vient du pétrole et il est chargé de tout un tas de molécules toxiques qui finissent dans votre estomac ou celui de vos enfants (ils nous remercierons pour notre puissance de réflexion). Il est évident que le verre devrait à nouveau faire son retour. Notons qu'il est recyclable quasiment à l'infini, facilement et ne dépend pas du pétrole. En un mot le bon sens primaire.

arthur duchemin | 15 novembre 2011 à 09h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tout à fait d'accord avec arthur duchemin. L'avenir est dans le verre. Remettons en place les bouteilles et contenants consignés ! Ca créera plus d'emplois !

Caroline | 15 novembre 2011 à 09h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…