En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le volcan, le climat et les sceptiques

Avec l'éruption de l'Eyafjöll, les climatosceptiques ont momentanément perdu leurs adversaires favoris, les scientifiques du climat. Ils ne peuvent qu'invectiver le maudit principe de précaution qui, plus que le nuage lui-même, n'aura que trop longtemps paralysé le trafic.

Décryptage  |  Gouvernance  |    |  Agnès Sinaï  |  Actu-Environnement.com
   
Le volcan, le climat et les sceptiques
   
Au-dessous du volcan, les avions sont restés cloués au sol pendant cinq interminables journées et près de sept millions de passagers ont été bloqués dans les aéroports de l'hémisphère nord de la planète. Au-dessus, ce fut une trêve de courte durée pour l'atmosphère. À terre, une polémique ne tarde pas à faire rage. Association des aéroports internationaux et Association des compagnies aériennes européennes demandent le réexamen des restrictions. Les vols d'essais ouvrent la voie au rétablissement du trafic. On prie pour que le volcan se calme. Interrogé par le Journal du dimanche le 18 avril, le ministre de l'écologie, Jean-Louis Borloo, s'excuse presque qu'un tel chaos puisse être déclenché par un nuage, en plein chassé-croisé des vacances de Pâques et en pleine grève des cheminots. Quant aux manifestations de mère-nature, elles ne sont plus vécues que comme des caprices venant troubler le rythme survolté des affaires humaines et coûter quelque 147,3 millions d'euros par jour au secteur aérien.

Redoutées par les Anciens, les éruptions volcaniques fascinent et évoquent depuis l'aube des temps la puissance tellurique des entrailles de la terre. Que l'éruption de la lave sous la glace islandaise paralyse soudainement le trafic aérien européen pourrait faire réfléchir à la fragilité du mégasystème technique, fondé sur l'illusion d'une puissance illimitée. Le choix du feu, pour paraphraser le titre de l'ouvrage d'Alain Gras, décrit l'omniprésence du pouvoir de la chaleur dans la vie quotidienne. De ce point de vue, l'avion est le prototype absolu de la modernité thermo-industrielle : seule l'extrême densité énergétique du pétrole permet à l'avion d'atteindre la performance étonnante de son vol. L'aviation est entièrement tributaire du pétrole. Le mythe d'Icare qui colle à sa carlingue, emportant des touristes enchantés vers des destinations de rêve, conjurant les limites de l'espace et du temps, célébrant le droit à l'urgence et le nomadisme de plaisir, entretient l'illusion d'une abondance sans limites. Rien n'y fait. La paralysie momentanée du transport aérien ne suscite pas le vrai débat : celui d'un système qui engendre autant de liberté que de servitudes et qui, tôt ou tard, butera sur les limites des ressources fossiles.

Le nuage d'Eyafjöll aura aussi permis une autre trêve : il aura laissé cois les climatosceptiques, pourtant adeptes de vulcanologie. Le docte Claude Allègre n'avait-il pas entretenu une polémique avec Haroun Tazieff en 1976, lorsque la Soufrière était entré en éruption en Guadeloupe ? Selon une estimation du Nordic Volcanological Institute, l'éruption de l'Eyjafjöll, outre qu'elle aura rétabli le silence dans l'azur, aura fait chuter de plus de 206.000 tonnes par jour les émissions de CO2 ordinairement produites par la combustion du kérosène dans les réacteurs des 63.000 avions qui décollent quotidiennement de l'Europe.

Ecran de fumée

Quel rapport y'a t-il entre le volcan Eyafjöll, le tabac, l'amiante, les CFC et le changement climatique ? De susciter des régulations protégeant les passagers, la santé, l'environnement et de provoquer des recherches scientifiques. Bref, d'être susceptibles de ralentir une partie de l'économie et d'entamer la toute puissance des compagnies aériennes, pétrolières et tabagiques. Comme le démontrent plusieurs sources, dont un récent rapport de Greenpeace, la guerre contre les régulations environnementales est un combat d'arrière garde financé depuis une vingtaine d'années par les firmes visées, qui s'arc-boutent contre la mise en cause de leur activité. L'Appel de Heidelberg, publié avant le sommet de la Terre à Rio en 1992, destiné à servir de contre feu aux négociations climatiques qui préparent alors le Protocole de Kyoto, est, à l'origine, rédigé par le lobby des industries de l'amiante. Dès les années 1990, les chercheurs deviennent des proies, dans le cadre d'une âpre bataille pour instiller le doute dans les esprits. Le cigaretier Philip Morris initie cette stratégie en lançant un projet de recrutement de blouses blanches, the Whitecoat Project, de scientifiques identifiés comme aptes à relayer les messages de l'industrie en leur donnant l'apparence de débats entre spécialistes.

Peu à peu va se constituer un réseau complexe d'organisations alliées et de soutiens actifs qui batailleront pied à pied contre leur bête noire, l'Agence américaine de protection de l'environnement. Les pétroliers reprennent à leur compte la stratégie de l'industrie du tabac. Entre 1998 et 2005, Exxon a reconnu avoir versé 16 millions de dollars à cette myriade de think tanks. Un mémo célèbre de l'American Petroleum Institute définit en 1998 un plan d'action de ''communication sur la science du climat'' : ''la victoire sera acquise'' y lit-on, lorsque les médias et les citoyens de base ''comprendront (reconnaîtront) les incertitudes de la science du climat''. Dispose-t-on d'assez de données pour se déterminer ? Ces données sont-elles fiables ? Ces mêmes questions sont martelées dans la presse et dans des publications d'allure scientifique, au nom d'une bonne science, une « sound science » opposée à une mauvaise, la « junk science ». De l'arme du doute à la théorie du complot, tous les moyens sont bons pour dérouter l'opinion. Dans un « rapport minoritaire » en 2007, le sénateur républicain d'Oklahoma James Inhofe décrivait le GIEC et Al Gore comme les auteurs du ''plus grand canular jamais perpétré contre le peuple américain''.

Galvanisés par le projet de texte sur le climat et l'énergie, les lobbistes américains ont aujourd'hui compris tout l'intérêt qu'ils pouvaient tirer de la déréglementation des quotas de CO2. Adopté de justesse le 26 juin 2009 par la Chambre des Représentants et moribond depuis lors au Sénat, l'''American Clean Energy and Security Act'' (ACESA) a été pris d'assaut par les lobbistes des grandes entreprises de l'énergie. Celles-ci se voient créditer d'une manne de quotas de CO2, dont seuls 15% seront mis aux enchères, si le projet est voté, en compensation des 17% de réductions d'émissions que le texte leur assigne d'ici à 2020 par rapport leur niveau de 2005. Selon l'association Friends of the Earth, cette loi a été rédigée par les compagnies de l'énergie elles-mêmes, dont Shell et Duke Energy, grande entreprise charbonnière nationale. L'ensemble du secteur charbonnier, le ''Big Coal'', a obtenu d'être exempté d'efforts jusqu'en 2025.

Selon le Center for Public Integrity, quelque 2.340 lobbyistes, représentant 770 entreprises, ont confirmé leur volonté d'influencer les dispositions de la loi ACESA sur le climat, soit une augmentation de 300% dans les cinq dernières années, à hauteur de quatre lobbyistes pour chaque membre du Congrès . Des banques de Wall Street telles que Goldman Sachs et JP Morgan Chase, des compagnies d'assurance telles qu'AIG et autres fonds privés ont envoyé leur représentants à Capitol Hill . Selon Robert Shapiro, ancien sous-secrétaire chargé du commerce de l'administration Clinton, ''nous sommes sur le point de créer un nouveau marché qui va brasser des trilliards de dollars d'actifs financiers en produits sécurisés, dérivés et spéculés à Wall Street, du même type que ces marchés à terme et autres bulles inflationnistes qui finissent par éclater. Si le marché carbone devient la loi, il va exploser, donc Wall Street met la pression sur les sénateurs pour faire voter le projet3'' . Les subprimes carbone sont la prochaine étape, mais les régulations financières existantes sont inadaptées pour contrôler les marchés du CO2 .

La lutte contre le changement climatique s'est transformée en un marché mondial des indulgences. De l'Emission Trading Scheme européen à la loi ACESA en cours d'examen par les sénateurs américains, les compagnies de l'énergie et les consortiums de l'industrie lourde font recette grâce aux surplus de carbone. Au tour de passe-passe des quotas de CO2 vient s'adjoindre la nouvelle panacée universelle : la séquestration du CO2 émis par les centrales à charbon. Celles-ci sont à l'origine d'un quart des émissions de la planète. Transformées en gaz, les impuretés émises par les centrales thermiques seraient injectées dans des nappes aquifères où elles resteraient sagement enfouies pour des siècles. Cette géo-ingéniérie modifierait la composition du sol tout en permettant aux puissances industrielles de continuer à se gaver d'énergie. Claude Allègre en est l'un des partisans les plus ardents. Décidément, le changement climatique ne sera pas une perte pour toute l'économie. Si l'éruption du volcan a momentanément interdit les faisceaux aériens, de nouvelles routes vont s'ouvrir en Arctique où les cargos gigantesques, tels que ceux de la compagnie allemande Beluga, passeront avec à leur bord des modules et des pales d'éoliennes.

Notes

1 - http://www.publicintegrity.org/investigations/climate_change/ 2 - Quartier de Washington où siège le Congrès des Etats-Unis. 3 - Rachel Morris, « Could Cap and Trade cause another Meldown ? », Mother Jones, 8 juin 2009. 4 - Cf. Les Amis de la Terre, Re-thinking the World's Largest New Derivatives Market, 2009.

Réactions8 réactions à cet article

 
Bravo!

J'aime beaucoup cet article! Tres interessant, joli style... merci beaucoup!

Charlotte | 22 avril 2010 à 08h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 
inflexion en vue...

je note que le point de vue sur le fameux CO2 vient de se complexifier...il est reconnu, dans cet article, que la lutte contre ce «fléau» pourrait devenir la source d'énormes profits: à Copenhague, les capitalistes auraient donc boudé leur plaisir mais ne nous inquiétons pas, cela vient

maumau | 22 avril 2010 à 09h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Maîtriser le chaos!

Il semble que les pays européens aient répondu de façon chaotique. Pourquoi ne pas avoir tiré mieux parti des aéroports au sud de l'Europe et non touchés par la crise en réquisitionnant tous les transports alternatifs (cf. la grève de la SNCF!)

jacques henri | 22 avril 2010 à 11h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Non Madame

Les climatosceptiques ne sont pas restés cois car ils ont tout de suite vu que le panache des cendres suivait la frange des Anticyclones Mobiles Polaires (AMP) superbement ignorés de la Météorologie officielle Française ou Anglaise et se scindait en deux de façon "contre-intuitive" selon certains. La prise en compte de cette hypothèse aurait permis dès le début de décider de couloirs de circulation et de limiter considérablement l'incroyable gâchis qui vient de se produire. L'hypothèse des AMP est due au regretté Marcel Leroux, le seul vrai climatologue que nous ayons eu en France. Nul n'est prophète en son pays, on le constate une fois de plus, car n'a publié qu'en Anglais, et son dernier ouvrage posthume ne sera pas traduit. La prise ne compte et le suivi des AMP permettrait d'améliorer considérablement l'intervalle de confiance des prévisions météo... et aussi de mettre au rancart les hypothèses "consensuelles" sur le RCA.

scaletrans | 22 avril 2010 à 12h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Soulever les bonnes questions

Cet article reflète en partie fort bien ce que j'ai pensé de toute la situation, sur le fait que les populations ne se rendent pas ou plus compte que nous sommes tributaires de l'environnement, des éléments naturels, des ressources naturelles, pour de vrai. Peut-on vraiment se fâcher contre le vent? ou contre un volcan? Pourquoi ne pas utiliser ce moment pour soulever les bonnes questions. Après sur la gestion de ce moment de crise... on peut toujours faire des choix meilleurs ou pires. toutefois, je reconnais ma stupéfaction lorsque les compagnies aériennes demandent des dédomagements à l'Etat!! Et pour en revenir au marché des crédits de CO2... C'est un marché... guidé par les mêmes principes que les autres. Mais je suis d'accord, il s'agit comme vous dites très bien d'un "marché mondial des indulgences". Et ce qui pourrait aussi être mentionné, c'est le nombre incroyables de sociétés et organisations qui se sont créées pour jouer les intermédiaires dans ce marché des crédits carbones pour les acteurs privés, mais aussi pour les crédits destinés à la "compensation volontaire". Le comble étant que ce sont très souvent d'anciens responsables de questions environnementales de l'ONU, ou de grandes ONGs écologistes qui désormais dirigent et gagnent fort bien leur vie grâce à ce marché. En soi, cela ne serait pas pire que d'autres secteurs de l'economie. Mais c'est bien plus hypocrite...

Patricia | 22 avril 2010 à 14h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
un peu de rigueur svp

Je ne sais pas ce qu'il faut penser de la séquestration du CO2, mais ce que vous en dites n'est pas très rigoureux. Comme son nom l'indique, cette technologie vise à enfouir du CO2 dans le sous-sol: le CO2 étant un gaz pas une impureté, il n'a besoin d'être transformé en gaz. En revanche il faut le séparer des autres gaz et des impuretés présentes dans les fumées avant de l'enfouir.

geoff | 22 avril 2010 à 17h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Toutes les méthodes visant à fixer le prix des quotas de carbone débouchent sur la création d'un marché nous permettant de polluer au-delà d'un point de basculement aux conséquences catastrophiques.En d'autres termes, elles exigent que nous mettions un prix à la dernière tonne " assassine" de CO2, qui une fois émise, provoquera un emballement planétaire.Ces marchés de carbone ne peuvent en effet nous sauver que s'ils fonctionnent dans le cadre d'un système mondial de plafonds de carbone suffisamment bas pour limiter la hausse des températures à 2°par rapport aux températures de l'ère industrielle. Ce système vertueux dans son principe, mériterait d'être appliqué à toutes les activités polluantes.

Océane | 22 avril 2010 à 18h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Fragile civilisation

Notre societe n'est pas du tout preparee aux mega-evenements naturels qui se produisent pourtant regulierement sur terre. L'eruption du volcan islandais a provoque un chaos indescriptible dans le ciel europeen; c'est pourtant une toute petite eruption comparee a celle du Laki de 1783. Pour sur les avions seraient bloques au sol pour des mois si une telle eruption se produisait maintenant. Et je ne parle meme pas des super-volcans capablent de raser un continent quand ils entrent en eruption. Autre exemple: si l'eruption solaire geante de 1859 se produisait maintenant, la plupart des satellites et tout le reseau electrique mondial serait grille. Pourions-nous encore vivre sans electricite? On pourrait encore parler des mega-ouragans comme il s'en produit un par millenaire. Notre civilisation marche sur des oeufs, esperons que rien de facheux ne se passe lors des 100 prochaines annees

Benoit | 18 mai 2010 à 17h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager