Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

À l'occasion de la rentrée scolaire, le MEDD et l'ADEME rappellent les bons gestes pour moins jeter

À l'heure où la rentrée scolaire approche, le MEDD et l'ADEME rappellent les bons gestes pour limiter la production de déchets en cette période d'achat de fournitures. Les maîtres mots sont réutilisation, écolabels et emballage minimum.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Avec la rentrée scolaire qui se profile pour des milliers d'écoliers, les parents se lancent dans l'achat des fournitures. Le Ministère de l'Écologie et du Développement Durable et l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) profitent de cette période pour rappeler les bons réflexes à adopter afin de limiter la production de déchets.

En premier lieu, il faut penser à réutiliser les fournitures de l'année précédente qui bien souvent sont encore en bon état. La fouille des tiroirs s'impose pour retrouver trousses, classeurs, crayons, stylos ou gomme. Racheter moins permet d'alléger les poubelles et la facture par la même occasion.

Lorsque l'achat s'avère finalement nécessaire, le choix des produits écolabellisés est le bienvenu. Une large gamme de produits existe : cahiers, blocs-notes, pochettes, intercalaires, feuilles ou enveloppes. L'achat de produits écolabellisés garantit d'obtenir des produits de qualité équivalente ayant un impact moindre sur l'environnement. En effet, les fibres du papier écolabellisé sont issues du recyclage ou proviennent de forêts gérées durablement. Le papier est fabriqué en réduisant les consommations d'énergie, les émissions de polluants dans l'air et dans l'eau. Enfin, les impressions (quadrillage, lignes) sont faites en limitant l'utilisation de substances dangereuses dans les encres. Deux écolabels sont visibles en France : la marque NF-Environnement et l'écolabel européen. Les produits doivent être conformes à des critères d'écolabellisation qui visent à réduire leurs impacts écologiques tout au long de leur cycle de vie. Le respect des critères est contrôlé et certifié par un organisme indépendant, AFAQ AFNOR Certification pour la France.
De la même façon, il est possible d'opter autant que possible pour des crayons de couleurs et pourquoi pas des règles en bois naturel labellisés FSC ou PEFC, qui garantissent que les bois proviennent de forêts où l'exploitation n'a pas généré d'impacts économiques, sociaux et environnementaux négatifs.

Par ailleurs, il est préférable d'opter pour des produits à vie longue. Le cartable devra être solide et réglable pour s'adapter à la croissance des enfants et certains produits sont rechargeables. De même pour les piles des calculatrices, les rechargeables s'imposent, même si elles s'accompagnent d'un investissement plus conséquent. Toutefois pour les piles classiques, il faut bien sûr continuer à les déposer dans les bacs de collecte dédiés.

Pour le goûter des enfants à emmener à l'école, les biscuits conditionnés en emballages individuels sont à bannir. L'ADEME et le MEDD proposent d'opter pour la boîte à goûter durable et réutilisable qui contient la quantité idéale de biscuits provenant d'un grand paquet bien sûr.

Enfin, si finalement un rééquipement complet a été nécessaire pour la rentrée, plutôt que de jeter les anciennes fournitures en bon état (sac à dos, cartable…), il faut penser à les apporter à des associations. De même, pour les vêtements, on évite ainsi que ces objets, encore utilisables, ne deviennent des déchets inutilement.

Mais l'ADEME et le MEDD n'en oublient pas pour autant les parents et leurs habitudes au bureau. Un employé de bureau consomme en moyenne 75 kg de papier par an, ce qui équivaut à 30 ramettes soit près de 70 feuilles par jour de travail ! Le recto-verso ou l'utilisation de feuilles de brouillon sont de bons moyens pour limiter ces déchets. Et, pourquoi pas, installer des bacs de tri (papier, carton, métal) à côté de la photocopieuse.
Enfin, pour les accros du thé ou du café, le mug lavable et réutilisable est préférable aux gobelets jetables.

Le rappel de ces quelques petits conseils s'inscrit dans la campagne de sensibilisation « Réduisons vite nos déchets, ça déborde » lancée en octobre 2005. À ce propos, à l'occasion du premier anniversaire de la campagne, le Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable et l'ADEME, avec leurs partenaires Veolia Propreté, les associations France Nature Environnement et CLCV et le Réseau des Recycleries & Ressourceries, organisent la Semaine de la Réduction des Déchets. Du 9 au 15 octobre prochain, cet événement sera l'occasion de sensibiliser et de mobiliser les citoyens sur la réduction des déchets, grâce à de nombreuses actions concrètes et animations mises en place sur tout le territoire.

Réactions8 réactions à cet article

 
Source de l'info?

Cette information me parait interessante quoiqu'il en soit dit. Mais où trouver le document original? D'où vient votre info?

Anonyme
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Une campagne

tiens on parle réduction à la source:

COMPOSTEZ!!!! le compostage de vos fermentescible permet de réduire de 30% (poids et volume: c'est à peu près la meme chose) votre poubelle d'OM .

bastien
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Une campagne

Il suffit d’écouter à partir de la lettre Juillet-Août du Réseau Déchets de FNE les messages publicitaires de la future campagne évoquée dans cet article pour déduire - comme des professionnels de terrain du sujet ! - qu’on va encore gaspiller l’argent (des contribuables !), alors que le MEDD et l’ADEME en manquent terriblement, pour une campagne mal conçue aux formulations ou conseils souvent mal pesées.

Et ce n'est pas des associations nationales qui roulent d'autant plus des mécaniques qu'elles savent qu'elles manquent terriblement de "cadres" et de troupes pour appliquer ses campagnes sur le terrain qui vont y changer grand chose.

C’est complètement dans la ligne du « surprenant » (soyons diplomate !) « Epargnez ma boîte aux lettres ».

Et d’abord : « Qu’est-ce qui déborde » ? Ca ne serait pas d’abord les campagnes stériles (sauf pour ceux qui les facturent évidemment) et les statistiques farfelues ?

Dans le cas concret, même si les suggestions se tiennent plus ou moins, au risque anti-civique et anti-patriotique de faire chuter le CA des hypers et de créer du chômage, et de réduire en prime le taux de croissance du pays, le MEDD et l’ADEME auraient aussi bien fait de suggérer de mettre au minimum dans la cour de l’école, sinon dans toutes les classes, trois poubelles au lieu d’une, pour commencer à donner le réflexe du tri à nos chères petites têtes blondes, brunes ou frisées.

Eux dont il faut souhaiter que les professeurs des écoles aient de plus en plus la tête bien faite plutôt que bien pleine (de concepts pédagogiques archaïques), parce que cette célèbre phrase de Montaigne qu'on nous ressort régulièrement à chaque rentrée s’appliquait au précepteur et pas à l’enfant contrairement au mauvais usage généralement des journalistes mal cultivés . Et même - cas vécu – parfois par un recteur d’académie.

Un instit retraité

Sprikritik | 24 août 2006 à 09h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Une campagne

Bonjour,

Et voilà ! On parle "réduction des déchets" et pouf qu'est ce qu'on ramène sur le tapis ? Le "tri sélectif"... Les deux gestes sont sans arrêt confondus, d'où la nécessité des campagnes de sensibilisation. Et l'un n'empêche surtout pas l'autre. C'est juste une question de hiérarchisation. Ceci étant, je ne m'exprimerai pas sur les spots ademe/medd et consort...
Les actions proposées sont certes légères par rapport aux enjeux, mais concernant la rentrée des classes il n'y a guère d'autres suggestions possibles.
Quant au stop-pub, ce qui déborde, ce sont en moyenne 40 kg de pub /an/foyer, du moins pour ceux qui ne les lisent absolument pas, soit d'après les retours d'expérience, environ 15 % des français. Donc si la pub distribuée à ces 15 % est évitée, ça fera quelques tonnes en moins de papier à traiter et des ressources économisées.
Et pour terminer sur le fameux pouvoir d'achat des français ! Pour le regonfler un des moyens pourrait aussi être de diminuer la facture de gestion des OM, ou moins de faire en sorte qu'elle n'augmente plus si vite...

Viniasco | 24 août 2006 à 11h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Une campagne

...Ou mieux gérer les contrats passés auprés des prestataires d'incinération (oups!), du monde des déchets.

Et il est grand temps d'éduquer nos enfants, patati patata, blabla bli, blablabla... C'est un discours que nous avons en France depuis 20 ans !! Eduquons prioritairement ceux qui ont un impact, les enfants feront la même chose qu'à chaque fois : du mimétisme.

G.M | 24 août 2006 à 16h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Une campagne

Tout à fait, mais rien n'empêche d'impliquer tout le monde. D'accord, c'est souvent le particulier qui s'y colle, mais la réduction à la source est de plus en plus imposer aux entreprises. Par exemple la nouvelle réglementation RoHS ou encore la directive sur le recyclage des piles qui impose que celles-ci doivent être enlevables. Il y aussi reach, quoique avec le temps elle se vide de tout contenu... Et dans une autre news, il est indiqué que le DD peut maintenant être inclu dans les marchés publics.
La prévention des déchets concerne vraiment tout le monde !

Viniasco | 24 août 2006 à 16h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Les enfants prescripteurs

Justement le raisonnement qui n’est pas idiot, c’est qu’on compte sur les enfants informés à l’école pour sensibiliser les parents

Ca n’est pas tout à fait faux ; surtout que les enfants s’avèrent de plus en plus, par lâcheté des parents qui veulent en particulier se faire pardonner de travailler à deux, des prescripteurs ….pour les fournitures scolaires, pour les habits pour la nourriture.

Ce sont les enfants qui commandent ; ce sont eux qui imposent, par exemple, des petits déjeuners désastreux pour la santé parce que maman qui se prépare pour aller au boulot n’a pas le temps de faire les tartines.

Il suffit de penser à la scandaleuse dépense moyenne pour des cadeaux de Noël. Comme si nombreux cadeaux (et les déchets collatéraux) avaient jamais été synonymes d’amour profond et véritable. Encourager ses enfants à être des cons– sots-mateurs , et plutôt d’ailleurs exactement dans l’ordre inverse, voilà le progrès !!!!

Car le fond du problème est philosophique : on consomme pour se sécuriser, pour avoir et pour avoir l’impression d’être, alors que l’important c’est d’être, ce n’est pas d’aller, année après année, plus loin que la collègue de bureau l’année précédente , ni d’avoir plus de cadeaux tout au long de l’année que le petit voisin. .

Sprikritik | 24 août 2006 à 22h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
de la forêt aux produits finis ... ecologique

Dans les vosges, nous produisons des fournitures scolaires en bois. L'administration française est en retard face à ses voisins étrangers. En effet, beaucoup de Lycées achetent directement chez le fabriquant règles compas équerres rapporteurs, 100 % certifiés PEFC, bois des massifs Vosgien et Alsacien. Il ne suffit pas de parler de développement durable, d'écologie il faut avant tout montrer l'exemple.

virginie | 14 février 2010 à 18h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager