En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Réduire les émissions de GES par 4 d'ici 2050 ? Faisable mais pas simple !

Le résultat du groupe de travail dit « facteur 4 », étudiant la division par quatre des émissions de Gaz à effet de serre de la France à l'horizon 2050 a été rendu public. Conclusion : le Facteur 4 est réalisable mais ce ne sera pas facile.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Étudier les pistes crédibles capables de diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre de la France d'ici 2050 : telle était la mission dévolue le 8 septembre 2005, au Groupe de travail dit « facteur 4 » installé par Nelly Olin, Ministre de l'Ecologie et du développement durable, et François Loos, Ministre délégué à l'Industrie. Objectif : renforcer le Plan Climat en intégrant des mesures nationales de long terme.

Présidé par l'économiste Christian de Boissieu, le groupe d'experts composé de 31 personnalités choisies pour leurs compétences dans des milieux divers : élus professionnels, associations, syndicats, académiques, universitaires a remis son rapport, le 3 juillet dernier aux ministres concernés*. Résultat : un rapport de 76 pages et 29 recommandations relatives à la stratégie générale, à la cohérence des politiques publiques et à la mobilisation dans les secteurs d'activité concernés dont les conclusions ont été rendues publiques, lundi 9 octobre, lors d'un colloque au ministère des finances. Selon les ministres, il est possible d'atteindre l'objectif d'une réduction par 4 des émissions de gaz à effet de serre en France d'ici 2050 mais cela supposera un effort intensifié de tous, particuliers, entreprises et pouvoirs publics. L'effort de tous, entreprises, associations, particuliers, pouvoirs publics devra se poursuivre dans la durée et s'intensifier encore pour permettre, par l'évolution des technologies et des comportements, d'atteindre le « Facteur 4 » sans affecter le développement économique et social de notre pays, ont souligné les ministres dans un communiqué.

Devant un public composé d'acteurs français et étrangers concernés par le défi de la division par 4 des émissions de gaz à effet de serre, Nelly Olin et François Loos ont tenu a rappelé que plusieurs mesures inspirées de ce groupe de travail ont été reprises dans le Pacte national pour l'environnement, annoncé le 4 octobre par le Premier Ministre. On compte la création d'un livret bancaire pour le développement durable, qui permettra de dégager 10 milliards d'euros dès 2007 pour le financement des économies d'énergie dans le logement, ont indiqué les ministres. La fixation d'un objectif de 25% de construction THPE (Très haute performance énergétique) dans le logement social en est un autre exemple, ont-ils ajouté.

Outre des recommandations d'ordre stratégique et d'autres qui concernent la cohérence de l'ensemble des politiques publiques, le troisième lot de recommandations énumère les actions que chaque secteur d'activité devra mettre en place. En ce qui concerne les transports par exemple, les auteurs du rapport proposent de « porter l'effort financier en priorité sur les transports de masse », de réduire les vitesses maximales autorisées, de légaliser le péage urbain et de taxer le kérosène. Le document fait aussi référence à l'agriculture et plus généralement au rôle central de la biomasse. L'une des recommandations souligne ainsi la nécessité d'avoir massivement recours d'ici 2020 aux ressources énergétiques, chimiques et en matériaux de la biomasse en substitution des énergies fossiles. L'utilisation au niveau local des biocarburants pour se véhiculer ou de la biomasse comme source de chaleur est également citée. Les auteurs du rapport estiment notamment que la réponse des prochaines décennies sera forcément formulée sous forme de bouquet énergétique.
Concernant l'énergie nucléaire, il n'apparaît pas justifié, selon eux, pour bâtir une stratégie climat, de centrer le débat sur l'énergie nucléaire. Les thèmes sur lesquels il importe de se mobiliser rapidement sont pour la France dans le bâtiment existant, les transports et dans la croissance de la cogénération dans l'industrie, indique le rapport. De plus, toujours selon le groupe de travail, les énergies renouvelables si souvent mises en avant ne constituent pas la solution unique à tous les problèmes. Sauf à faire des progrès en rupture sur le stockage de l'électricité, il apparaît peu probable que le solaire [NDLR : photovoltaïque] et l'éolien, notamment du fait de la puissance installée requise pour assurer une production garantie donnée, puissent à eux seuls assurer l'électricité de base, estiment-t-ils.


* Rapport

Réactions10 réactions à cet article

 
Bougez vous!

Maintenant il suffit que les francais se bougent et reagissent! Mettewz vous tous aux energies renouvellables!

adoudou | 12 octobre 2006 à 09h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Nouvelles gesticulations ? ou réels engagements ?

Pour l'instant, ce sujet n'a fait l'objet que de gesticulations ou de discours sans suite de la part de politiques plus soucieux des échéances électorales que de l'avenir de la planète.
Les Accords de Kyoto ne peuvent pas être respectés et le Facteur 4 atteint sans prendre des mesures énergiques. La première des mesures urgentes à prendre est l'annonce d'un moratoire sur TOUS les projets autoroutiers. En effet, la circulation automobile (véhicules particuliers mais surtout camions) est la première source des GES. Et on ne peut pas annoncer des mesures à prendre en faveur des transports de masse (transports en commun urbains et interurbains, transports des personnes par le train, fret par le rail, cabotage...) sans limiter par ailleurs la circulation routière ou autoroutière.
Messieurs et Mesdames les politiques, du courage !
Noël COLLOMB
Sauvegarde des Coteaux du Lyonnais

SCL | 12 octobre 2006 à 10h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Prochaines élections : faites pression politique

Je ne vais pas vous corrompre avec mon point de vue politique.
MAIS je veux attirer l'attention de toute les françaises et de tous les français qui se sentent aussi citoyens du monde et donc RESPONSABLES de l'avenir de la planète que nous avons avec les échéances de 2007 une chance EXTRAORDINNAIRE pour faire valoir nos souhaits dont le premier est (pour moi) :
- engager résolument la politique de développement de la France dans le développement durable.

DONC faites pression sur le candidat de votre choix pour q'il (elle) mette, dans son programme, un vrai chapître sur :
- l'environnement,
- le développement durable,
- l'écologie,
- les économies d'énergie,
- la qualité de l'air : la lutte contre les émissions de GES et les MP2.5 ,
- la qualité de l'eau : moins de nitrates et moins de ... ,
- le développement des énergies "alternatives" au couple nucléaire-fossile,
- etc ...

Car si l'humanité n'arrive pas à prendre rapidement ce virage du " Facteur-4 " la génération +4, soit nos "arrière-arrière-petits-enfants" risquent de devenir des fossiles.

Et la France peut être le GUIDE MONDIAL de ce mouvement indispensable pour la survie de toutes nos sociétés.

Bien à vous et à vos arrière-arrière-petits-enfants.

Jean Ogier

ogier.jean | 12 octobre 2006 à 11h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Les Biocarburants ? solution ou fléau ?

Les biocarburants ont le vent en poupe car leur combustion est moins génératrice de GES que le pétrole, soit. Mais il me semble que c'est une solution de courte vue qui répond à une urgence et qui risque fort d'accroître les déséquilibres que nous supportons : déstructuration de l'agriculture, suppression de la jachère, exploitation intensive des sols, risque de monoculture céréalière donc perte de la biodiversité avec toutes les conséquences néfastes dénoncées à ce jour, épuisement des nappes phréatiques car les oléagineux sont très gourmands en eau etc... A-t-on bien réfléchi aux conséquences de cette option ? Un peu de biocarburant certes, mais nous dit-on tout sur les conséquences de ce choix ? Des limites de production vont-elles être instaurées pour contrecarrer les effets négatifs d'un recour massif au biocarburants ?
A-ton des informations sur le sujet ?
Merci

Emerald | 12 octobre 2006 à 12h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Plaisanterie?

L'eau pour lutter contre l'effet de serre : la Ministre ne compte surtout pas utiliser l'hydroénérgie...... elle a nettement mieux ( déclaré au Sénat: loi ssur l'eau) un projet ce canal de la Seine vers l'Europe du nord...... d'ici 2050 sans doute aussi quand l"oued Seine" sera à sec.
"Il vaut mieux se dépécher d'en rire......."
Meme Coluche n'aurait pas osé . attention au réveil des urnes.

gece | 12 octobre 2006 à 16h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 
D'où l'art de se créer des besoins...

... de crainte ( justifiée il semble ) de ne pouvoir ( le mot est laché ) faire face à ceux que l'on s'est d'ors et déjà créés ?

Bah moi, voyez-vous, quand j'ai un problème, j'ai la facheuse ( tout du moin au regard de la majorité silencieuse par défaut de ne prendre la parole ) habitude de revenir aux fondamentaux ( qui ne sont que la possibilité de boire, de manger et de dormir... Hein ? ).
Bon, celà me permet, non seulement de n'apporter des solutions qu'aux problèmes réellement avérés et puis, ça m'évite d'en créer des ( problèmes ) qui soient plus difficiles à résoudre que les précédents ( alors que celà semble être la tendance ). Je vous accorde que cette façon d'appréhender les choses demande mesure et radicalisme, raison et imagination mais ce n'est pas en voulant apporter des solutions d'urgence ( qu'est-ce que quelques dizaines d'années aux regard de l'évolution des formes de vies, de notre propre évolution... alors que nos ancètres étaient des amibes.... hein, qu'est-ce ? ) par le biais de remèdes ( plouto et technocratie pour les nommer ) pire que le mal ?

Il serait peut-être temps que chacun.... ( en ce qui me concerne, j'ai été, pour des questions très sensibles, conseiller d'un député après avoir gravi quasi tous les échelons " sociaux-professionnels " de ma branche et j'ai fini par claquer la porte "de cet être devenu l'instrument du pouvoir " alors que, quand même, j'étais fonctionnaire et fier, je dis bien " fier ", de rendre service au public et que, depuis, et par principe, je me refuse depuis à jouer le jeu d'une " comédie " humaine qui s'avère plus néfaste que souhaitable dans le cadre d'une dictature du plus grand nombre ( autrement dit une démocratie représentative telles que la notre ). En effet cette dictature ( quoiqu'il en soit, une démocratie, qu'elle soit représentative ou participative, ne tolère t'elle pas que les démocrates ? ) suppose, au seuil ou elle en est ( c'est a dire a celui où l'on dépense plus d'énergie au conservatisme qu'au progressisme de peur de craindre, je le dis avec ironie, de ne pouvoir combler, non pas des besoins mais des envies... ), de la démagogie de la part de ses " élites " à l'encontre de "son" peuple ( peuple qui, il faut le constater, se soumet bien volontier à une volonté qui n'est pas foncièrement la sienne puisqu'elle ne se reconnait, à la vue des votes dit "protestataires", pas dans les "politiques" aux pouvoir ).

Je disais donc... Il serait temps que chacun prennent, et là je pense qu'il est essentiel que celà se fasse par le biais de " la dictature du plus grand nombre " mais d'une façon, cette fois-ci, participative, en charge et fasse face à SES responsabilités...

Je considére ( mais pour de plus amples débat d'idées je me tiens à votre disposition ) avoir fait ( j'avais 3 fois moins de revenus que les "politiques et VIP que je conseillais... ) et faire ( je vis une vie " d'ascète " désormais ) fasse aux miennes en ayant, d'un, démissionné d'un " système " néfaste pour moi et mes enfants et, de deux, et essayant, voyez vous même, de faire passer un message ( qui n'est que le mien mais que j'assume tout en considérant qu'il en est de plus néfastes et, peut-être, de moins éclairés ) encourageant chacun à agir individuellement pour le bien de tous.

La vie est phénoménal, prenons en soin*

Enfi, merci de votre attention et bonne journée à vous !


Signé : Le bonobo de service

ixe | 12 octobre 2006 à 21h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Bougez vous!

Ah bon ???? Et quand on habite une ville telle que Paris, qu'on est locataire au deuxiéme étage d'un immeuble de sept étages, comment peut-on utiliser les énergies renouvelables ? Aller, je vous laisse à vos stupides "éclairement" !!

Nemesis | 13 octobre 2006 à 13h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Les Biocarburants ? C'est pas si mal.

Bonjour Emerald;
désolé, je n'ai pas pu m'empécher en te lisant de faire des bonds sur ma chaise....
Je ne doute pas de tes bonnes intentions lorsque tu dis qu'il ne faut pas tomber dans les extrèmes en favorisant la production des biocarburants et la culture des oléagineux à outrance. Soit, je suis d'accord.
Mais permet moi de préciser certaines choses:
- les oléagineus sont très gourmands en eau ?? Ou as-tu été pécher cela ?? Par rapport aux autres cultures (maïs, sorgho,...), les oléagineux (dons essentiellement tournesols et colza) necéssitent beaucoup moins d'eau pour assrer leur croissance ! Le tournesol est d'ailkleurs réputé pour n'avoir besoin que de "peu" d'eau (tout est relatif, évidemment) pour pousser!
-entre autres choses néfastes pour l'agriculture actuelle, tu cites la suppression des jachères. Et alors ? Tu penses peut-être que l'instauration d'un taux de jachères obligatoire par la PAC avait un quelconque but agronomique (comme c'était le cas durant le moyen âge ou la jachère entrait dans la rotation triennal) ou écologique ?? Absolument pas: c'est uniquement dans un but économique (en limitant la production européenne)
. De même, la destructuration de l'agriculture française est un fait avéré de longue date. Or, l'introduction de certaines cultures dans un but autre que purement alimentaire pourrait (dans un cadre réglementaire évitant toutes dérives) permettre de réorienter justement cette agriculture qui ne sait plus trop vers quoi ou qui se tourner pour survivre (et le mot n'est pas trop fort, crois moi);
- Continuons avec l'exploitation intensive des sols; personnellement, je constate plutôt une méconnaissance globale des sols et de leurs propriétés, entraînant parfois leur dégradation physique et / ou chimico-biologique. L'agriculteur "lambda" n'est pas con: il a besion des ses sols pour vivre et faire bouffer ses enfants; si on lui explique que ses partiques sont en train d'épuiser ou de dégrader ses sols et que ses rendements (donc ses revenus) vont baisser en quantité ou parfois en qualité, l'agriculteur va changer. Ne les prenez pas pour plus cons qu'ils sont ! Ils sont aussi rationnels que nous.
- enfin, le problème de la monoculture céréalière: aucun rapport avec les biocarburants, ceux-ci étant issus de la culture des oléagineux... Bon, désolé, je ramène un peu ma science...

Pour finir: les biocarburants ne sont pas et ne seront pas la solution finale aux problèmes énergétiques en france, mais en faisant partié d'un esemble de mesures, ils peuvent apporter une solution très efficace, notamment en milieu rural où la filière de production des ces biocarburant peut s'avérer très compétitive.

Matthieu.

Matthieu 17 | 16 octobre 2006 à 11h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Les Biocarburants ? C'est pas si mal.

Merci pour votre réponse et vos précisions très claires.
Concernant les biocarburants, je suis désolé, mais il n'y a qu'à lire ceux que disent les bien plus compétents et bien plus savants que moi. Et ils nous mettent en garde. En disant cela, ils ne se dressent pas contre les agriculteurs, loin de là. D'ailleurs, ce sont bien eux les premières victimes des changements climatiques.
Je suis entièrement au fait de vos remarques. Je dis et je redis, et je ne suis pas le seul, attention, les biocarburants ne sont pas un miracle. Que le monde agricole se jette dessus comme la misère sur le pauvre monde, c'est un fait. Mais est-ce bien durable ? Les agriculteurs sont loin d'être des cons, comme vous dites, et ceux sont même eux qui se dressent contre les pesticides à outrance,qui détruisent non seulement leur environnement mais aussi leurs santés. Ces 50 dernières années ont permis d'apprendre beaucoup, car d'énormes erreurs ont été faites... Utilisons les enseignements reçus et revenons à des choses plus naturelles.
Oui pour les biocarburants et sur ce point nous sommes tous d'accord. Je pose la question qui est loin d'être intuile, dans quelle limite ???? si nous ne nous la posons pas, la nature nous la posera d'elle même et ça a déjà commencé par les restrictions en eau (ex. Sud de la France, Gers, Aubrac, Quercy...). L'utilisation intensive des sols épuise les réserves d'eau que ça vous plaise ou non, c'est un fait avéré ; l'eau est de plus en plus rare. Et tout l'enjeu du troisième millénaire, bien plus que les transports et le pétrole, c'est l'eau. Alors biocarburant oui, mais pa à n'importe quel prix. Et sur ce point, désolé, mais personne ne répond. Comme disait Kouchner, ce n'est pas parce que l'autruche met la tête dans le sable, qu'elle ne prend pas de coup de pieds dans le derrière....
Voilà
Emerald

PS: la jachère c'est très bien, parce que ça permet à des fleurs sauvages de repousser et aux abeilles de butiner.... (sans elles, plus de fleurs, donc plus de plantes et d'arbres). Alors les surplus européens....

Emerald | 16 octobre 2006 à 16h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Bougez vous!

Pas si stupide que ça.... sans mettre des capteurs solaires sur le toit des immeubles (et encore pourquoi pas?), vous pouvez à votre niveau participer à l'amélioration de votre environnement : isoler vos fenêtres, installer un thermostat d'ambiance, mettre des ampoules basse tension, éteindre votre TV et votre PC, utiliser vos chaussures, votre vélo, roller ou trotinette, limiter votre consommation d'eau (douche et pas bain), pas de lessives abusives, manger selon les saisons et en quantité normale.... etc... alors oui bougez vous !!! tout parisien que vous êtes et éclairez votre pensée....ça ne demande pas d'énergie fossile ou renouvelable

Anonyme | 16 octobre 2006 à 19h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager