En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Tetra Pak tacle les emballages en verre et plastique à coup d'ACV

Lancée en 2008 par Tetra Pak, une analyse du cycle de vie des différents emballages existant sur le marché aboutie à une meilleure notation pour emballages en carton... Tetra Pak ! La bouteille en verre apparaît comme le mauvais élève de cette étude.

Gouvernance  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
La consommation de lait et de jus de fruit implique la production de 5 milliards d'emballages chaque année, selon Tetra Pack. L'entreprise, spécialisée dans les emballages carton, a réalisé une analyse du cycle de vie de différents emballages existant sur le marché, à savoir les bouteilles plastique PEHD* (lait) et PET* (jus), la bouteille en verre et les emballages carton Tetra Pak. Le but ? Visualiser les performances de ses produits du berceau à la tombe et appréhender les marges de progrès existantes, mais aussi obtenir un excellent argument marketing : les emballages carton sont les meilleurs élèves de cette ACV !

Bio Intelligence Service, spécialiste des ACV, a conduit cette étude comparative en mars 2008. La méthode utilisée est conforme à la norme internationale ISO 14 004 : une contre-expertise de l'étude a été engagée par un Comité de revue critique, constitué de Olivier Labasse (délégué général du Conseil national de l'emballage), Yvan Liziard (expert ACV et ex-directeur des filières de recyclage d'Eco emballages et Grégoire Even (WWF).
Quatre étapes du cycle de vie des emballages ont été distinguées : la fabrication des matériaux de l'emballage (extraction, production et transport des matières premières), le remplissage et le conditionnement, la distribution des produits emballés et la fin de vie des emballages (collecte et traitement). Il s'agit de voir quelles sont les ressources consommées et les émissions associées à chacune de ces étapes, précise Aymeric Schulte, manager de Bio Intelligence Service.
Les données utilisées pour réaliser cette étude proviennent de Tretra Pak et de diverses bibliographies et banques de données croisées, pour les emballages concurrents. L'étude, basée sur les spécificités du contexte français en matière de gestion des déchets, s'appuie également sur des données de l'ADEME concernant les taux de recyclage, d'incinération et d'enfouissement des différents types d'emballages.
Cinq indicateurs d'impact environnementaux ont été sélectionnés : le réchauffement climatique, la consommation d'énergie d'origine non renouvelable, la consommation de ressources non renouvelables, l'acidification de l'air et l'eutrophisation.

Les résultats de cette analyse ont été classés selon les grands marchés de Tetra Pak : le lait en 1 l, le jus de fruit en 1 l et en 250 ml. Les produits font tous partie du marché de l'ambiant (non réfrigérés).
Pour la catégorie du lait en 1 l, les résultats font apparaître une meilleure performance des emballages Tetra Pak, sur les cinq indicateurs. Le conditionnement plastique PEHD nécessite davantage d'énergie (+95 %) et de ressources non renouvelables (+112 %) que le carton. Les taux d'acidification de l'air sont nettement supérieurs pour les emballages plastique (0,4 kg dioxyde de souffre eq pour Tetrapak contre 0,7 pour l'emballage plastique) alors que les taux d'eutrophisation (0,09 kg ion phosphate eq contre 0,10) sont quasiment similaires. Au total, une brique de lait Tetra Pak produit durant son cycle de vie 83 g de CO2, contre 143 g pour une bouteille en plastique PEHD.
Si les étapes de fabrication, de remplissage et de conditionnement des emballages carton obtiennent de meilleurs résultats que les emballages plastique, l'étape de la distribution est quasiment identique. En revanche la question de la fin de vie des emballages est favorable aux emballages plastique, ce qui s'explique, selon Bio Intelligence Service, par un meilleur tri des emballages plastique en France.

Pour la catégorie du jus de fruit 1 l, la brique Tetra Pak obtient également les meilleurs résultats. La bouteille en verre ressort comme la mauvaise élève de cette étude. Son impact sur l'environnement est plus important que celui des autres types d'emballages, qu'il s'agisse de la consommation d'énergie, de la consommation de ressources, d'acidification de l'air ou d'eutrophisation. A noter en revanche une meilleure performance de l'emballage plastique concernant l'acidification de l'air : - 22 % par rapport à la Tetra Brik.
Au total, la Tetra Brik génère 87 g de CO2 durant son cycle de vie, contre 129 g pour la bouteille plastique et 345 g pour la bouteille de verre.
Les résultats de la catégorie jus de fruit 250 ml vont dans le même sens.

Cette étude veut donc démontrer qu'un emballage fortement recyclé n'est pas pour autant celui qui possède la plus faible empreinte écologique. C'est davantage le matériau utilisé pour fabriquer l'emballage qui impacte l'environnement. Un résultat dont on comprend mieux qu'il soit mis en avant par le fabricant sachant que le verre est 100% recyclable alors que la séparation du carton, du polyéthylène et de l'aluminium des emballages Tetra Pak reste problématique. L'entreprise mène d'ailleurs des recherches afin de remplacer le polyéthylène par des biopolymères mais aussi afin de concevoir des emballages sans aluminium.

Ces conclusions incitent d'ailleurs officiellement Tetra Pak à poursuivre sa politique de certification des forêts exploitées pour la fabrication du papier afin de réduire l'impact environnemental de ses emballages. L'entreprise a déclaré vouloir faire passer de 30 % à 40 % d'ici 2009 la part de ses approvisionnements de pâte à papier certifiée FSC.
Pour aller plus loin, l'entreprise souhaite réduire sa consommation d'énergie et augmenter la part de consommation d'électricité verte.
Enfin, un effort particulier va porter sur l'augmentation du taux de recyclage de papier. En mettant en place des campagnes de sensibilisation, l'entreprise souhaite atteindre l'objectif d'un emballage carton recyclé sur 2 d'ici 2011 contre 1 sur 3 aujourd'hui.

* PEHD : polyéthylène à haute densité, PET : polyéthylène téréphtalate

Réactions24 réactions à cet article

 
Tetra pak du début à la fin...

Une analyse lancée par Tetra Pak avec des données provenant de Tetra Pak, résultat: Tetra Pak meilleur élève, je suis perplexe
A quand le retour de la bouteille consignée pour les particuliers?

Selor, maman concernée et vigilante.

selor | 18 avril 2008 à 18h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Vive le verre !

... mais rendez-nous le système de consigne!

Nirgal | 18 avril 2008 à 19h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Bilan mitigé

Si je comprend bien, ils sont gagnant pour l'impact CO2 mais pour l'empreinte écologique...
Car le verre est 100% recyclable et facilement, il doit bien y avoir des usines qui font ça sans polluer, non?
Séparer les couches de tétrapak on m'avait dit que c'était délicat.

mamas | 18 avril 2008 à 22h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Quelle unité fonctionnelle ?

Quel a été l'unité fonctionnelle prise en compte pour l'analyse de cycle de vie ?
(exemple d'unité fonctionnelle pour un pot de peinture : recouvrir de peinture 20m² de mur pour une durée de 10 ans)

ChtiBen | 24 avril 2008 à 10h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Bois certifié : privilegier le bois local !!

Tetra Pack envisage de passer de 30 à 40 % la part d'approvisionnement certifié FSC!! or la majorité des forêts certifiées FSC sont hors europe (seulement 17000 ha en France par exemple) donc importation de bois donc mauvais impact pour l'ACV! pourquoi ne pas privilégier le bois local et donc certifié PEFC (plus de 4 millions d'hectares en France par exemple) : local= emploi= moins d'émission de CO2.
A bon entendeur

guillaume | 24 avril 2008 à 11h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 
"Recyclable" ne veut pas dire "préférable"

Quelle que soient les critiques de cette étude menée pour tetra pack, elle a un avantage c'est celui de nous faire réfléchir sur nos priorités en tant qu'éco-consommateur.
Un bon produit, doit-il être acheté préférablement conditionné dans tel ou tel matériau recyclable ?
Cette étude apporte des éléments intéressants.
Par contre la question pourrait être aussi posée différemment : Un bon produit, doit-il être acheté préférablement conditionné dans dans un matériau recyclable ?
Qu'en est-il des pots de yaourt en plastique toujours pas recyclés ?
Valorplast présente une ACV favorable aux pots de yaourt plastique plutôt qu'en verre.
Le "recyclable" ne veut pas dire "préférable" pour l'environnement.

Edouard | 24 avril 2008 à 11h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Bois certifié : privilegier le bois local !!

Ca veux dire quoi; certifié FSC????

EDDIX | 24 avril 2008 à 16h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Bois certifié : privilegier le bois local !!

certifié FSCou PEFC veut dire que la forêt dont est issu le produit bois a été gérée durablement c'est à dire en respectant un cahier des charges. Ce respect est controle par un organisme certifcateur (type AFAQ, AFNOR, ...) comme cela peut se passer en agroalimentaire pour les démarches type Label Rouge, Agriculture Biologique.
A ce jour, deux grands systèmes de certification de la gestion durable des forêts existent: PEFC et FSC. On retrouve deja ces produits en grande surface (bricolage ou autres!)

guillaume | 24 avril 2008 à 18h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Les limites des analyses de cycle de vie

Si j'ai bien compris l'analyse de cycle de vie (ACV) réalisée à la demande de Tetra Pak correspond à la pratique française actuelle, dans laquelle le verre est récupéré, mais pas réutilisé. Dans ces conditions, la fabrication et le recyclage d'un emballage en verre utilisé une seule fois est très couteux énergétiquement Ce n'est plusle cas si le récipient en verre est consigné et réutilisé localement un grand nombre de fois, comme c'était le cas jusque dans les années 60/70 en France.

Plus généralement, sur les questions d'analyse de cycle de vie, le résultat peut dépendre assez sensiblement du périmètre qui est donné à l'analyse. Dans le cas présent, et en règle générale, à partir du moment où il y a conflit d'intérêt potentiel - le commanditaire de l'étude est aussi le bénéficiaire des conclusions - la prudence et l'esprit critique s'imposent. Par exemple peu d'éléments de cette ACV portent sur les effets en termes de pollution et d'impact sur la santé humaine des différents types d'emballage et de leurs modes de fabrication et de recyclage... Comme l'indique l'article, séparer carton, aluminium et plastique est problématique...

Une ACV fournit toujours une information, mais ça n'empêche pas de garder un oeil critique...

PYL | 25 avril 2008 à 10h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Et la consigne ?

Bonjour,
Il me semble qu'il y a un oubli de taille dans cette étude, très intéressante par ailleurs : une bouteille en verre, consignée, et réutilisée jusqu'à sa fin de vie (20 x, 100 fois ?) verrait la production de CO2 et la consommation d'énergie divisée d'autant , ou presque !
Pourquoi ne pas relancer la consigne, pratique abandonnée pour quelles raisons ?
Le verre est recyclable à l'infini et à 100%, cela a-t-il été pris en compte dans l'étude ?

Mérou | 25 avril 2008 à 22h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Et la consigne ?

Bonjour,
Tout à fait d'accord avec toi. Pourquoi ne remettons pas en service le système de consigne ??? Cette idée était plutôt avangardiste pour son époque !!!

Elfe | 27 avril 2008 à 13h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Et la consigne ?

Bonjour,

je suis d'accord avec vous et pour apporter une réponse simple à votre question : pourquoi ne pas réinitier la consigne de bouteilles en verre comme notre voisin Allemands par exemple ?

Simplement par intérêt économique pour Tetra Pak. Cet entreprise n'a pas du tout intérêt à montrer que la bouteille consignée est moins impactante que ses emballages...

D'ailleurs le résumé ici donné ne fait pas allusion à la consigne, donc je ne pense pas que l'étude ait abordé ce type d'emballage . Ce qui est tout à fait légitime, l'étude ici présenté vise à analyser les types d'emballages actuellement en place sur le marché français ; la bouteille consignée n'en fait pas partie.

En espérant avoir répondu à votre question. Le retour à la bouteille consignée dépend davantage d'une volonté gouvernementale que de Tetra Pak

Bonne continuation

Ecowill | 28 avril 2008 à 07h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Vive le verre !

Il faut voir. .. "la consigne" qui correspondait à un niveau d'organisation des filières et de développement des besoins à un moment donné n'est plus le même aujourd'hui avec la prise en compte de circuits d'acheminement, de retraitement et de certains couts aujourd'hui prit en compte.
Le système de la consigne à été généralisé en Allemagne et les études actuellement menées dans ce pays laissent apparaitre que les couts de cette filière de recyclage ne sont pas les plus efficaces.
Difficile de comparer ce pays à la France ceci dit car les circuits de distribution et donc de collecte des verres sont différents. Concentré en Hyper en France et largement disséminés en Allemagne avec un réseau de petites supérettes essentiellement.
Enfin, je n'ai pas connaissance d'études d'impact françaises vulgariser auprès du grand public (mais bon je n'ai pas non plus remué la terre pour en trouver )

Tartempion | 02 mai 2008 à 11h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Tetra pak du début à la fin...

Bonjour,
je comprends votre souhait mais.... voir ma réponse sur l'article "le verre" dans la même rubrique.

Tartempion | 02 mai 2008 à 11h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Et la consigne ?

Bonjour 1ère fois que je participe à un forum. En ce qui concerne la consigne plusieurs problèmes son à prendre en compte: 1.Le nettoyage des bouteilles est régie par une norme de température d'eau à 70°, dans des cuves chauffées au fioul, donc polluant couteux et incertain (rareté progressive du pétrole).-----------2.Il faut calculer la pollution du transport et ce quel qu'il soit(camion ou péniche) pour emmener ces bouteilles vides de la consigne vers le nettoyeur puis vers le fabricant du contenu et de nouveau vers le magasin, le transport routier étant le plus polluant mais le plus réaliste par sa souplesse.Il faut donc calculer ce cout écologique par rapport à un produit jeté comme la brique car après tout sa matière première elle même est transportée(le bois). .Maintenant je pense omme vous que cette étude est incomplète, car on ne sait pas si on pourra toujours augmenter la production de bois autant que la consommation mondiale, le cout de production d'une bouteille en verre consignée n'intervient qu'une fois alors que pour presser le bois ce cout de production énergétique ne baissera que peu et sera continuel et ou finisse l'aluminium et le polyéthilène aujourd'hui puisqu'ils ne sont pas recyclble onse le demande. Il y a une contre enquête j'espère qu'ils nous liront pour orienter leur calcul même si nous ne sommes pas TETRAPAK. A plus

pfafcool | 19 juillet 2008 à 15h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 
valorisation des briques alimentaires

aptres lecture de cet article je suis surpris la valorisation des briques alimentaire est effective. apres le trie et leur mise
en balles les briques sont pulpees afin d en extraire la partie cellulose cette operation represente environ 75% le complexe restant est recyclable en totalite sans pour autant separer les elements le constituant.cette information est connue et permet ded assurer que les briques alimentaires sont 100%recyclable.une unite de recherche francaise est actuellement tres avancee sur le sujet est exploite industriellement certaines de ces decouvertes.

Anonyme | 23 septembre 2008 à 14h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Tetra Pak psudo science

Incroyable, maintenant cette étude est une référence qui figure dans les publicités chez Tetra pak. Où ils disent c'est le meilleur emballage, selon une étude, donc conclusion, quelque chose concrète.

Je vois qu’on ne trouve pas un support pour les chiffres. simplement des chiffres.
Et les autres emballages du secteur ont exclu dans l’étudié!
Ils ont sélectionne la conquerront principal du Tetra notamment le PEHD.

J'ai des difficultés d'acceptes que le rapport est crédible.

En plus, ont-ils pris en compte le niveau du recyclage ou tri, je croix pas ?

Merci quand même de m'envoyer une copie du rapport.

MS | 22 octobre 2008 à 15h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:valorisation des briques alimentaires

Bonjour,

le sujet du recyclage des briques alimentaires m'interesse au plus haut point, surtout la réalité industrielle du recyclage d'un assemblage carton/PE/alu et les produits obtenus à la fin du cycle de recyclage en balle dont tu parles
Peux-tu me communiquer tes sources notamment les inforamtions qui concernent l'unité de recherche française que tu evoques ?
Merci,
Christophe

Anonyme | 17 novembre 2008 à 12h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Et la consigne ?

Bonjour,

Je tombe un peu tard sur cette discussion mais souhaite quand même apporter une piste de réponse qui me semble intéressante.
Il semble que la consigne en France soit rendue difficile par la diversité des formats.
En Allemagne, les bouteilles en verre ne sont distribuées que sous un nombre restreint de format (taille, couleur, verre utilisé...).
Ainsi pour la bière par exemple, on connaît bien la bouteille de couleur brune d'un demi-litre, ou seule l'étiquette est vecteur de la marque.
En France, on retrouve des bouteilles de bière de couleur brune, verte, bleue, transparentes, pour des tailles aussi diverses.
Un système de consigne demanderait donc un tri préalable des bouteilles, une redistribution aux différents fournisseurs, ce qui implique une quantité importante de kilomètres parcourus.
Je me prononce évidemment en faveur d'un système de consigne mais il ne peut en France passer sans une homogénéisation des formats, ce qui va à l'encontre de certaines pratiques marketing actuelles.

Samuel | 09 février 2010 à 12h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Re:Et la consigne ?

Pour moi aussi, la consigne du verre semble intéressante. A quand une étude qui l'a prend en compte? Il faut comparer toute les possibilités de réutilisation qui existent.
En Suisse, on récupère une partie du polyéthylène pour en refaire des bouteilles. Le plastique recyclé est pris en sandwich entre 2 couches de plastique neuf pour éviter qu'il n'entre en contact avec la boisson...

Sylk28 | 15 février 2010 à 17h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Re:Re:Et la consigne ?

Il en existe, même si je te l'accorde, pas beaucoup...
Par exemple :
http://www.grrn.org/beverage/refillables/ecologic.html

Je ne l'ai pas vraiment lue, donc je n'en parlerai pas plus, mais c'est juste pour info.

Samuel | 25 février 2010 à 12h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pouriez vouz m envoyer le rapport svp ? Je voulais connaitre également l'unté fonctionnelle étudiée. Merci

lolo | 16 novembre 2010 à 11h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Est-il possible d'avoir une copie de cette étude ou du rapport ?

Merci

JR | 20 juillet 2011 à 13h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

http://www.tetrapak.com/fr/SiteCollectionDocuments/Analyse_du_Cycle_de_Vie_ACV/rapport_final.pdf

will | 20 juillet 2011 à 14h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…