En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

CNUCED : les pays en développement peuvent tendre vers ''une croissance propre''

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) a publié le 8 février le rapport 2009-2010 ''Trade and Environment Review'' et recommande aux pays en développement de tirer parti de la crise financière et ''des crises interdépendantes que sont la crise climatique et la crise alimentaire '' pour avancer vers une croissance ''propre''.

''L'urgence de la crise'' donne aux gouvernements des 140 pays à faible revenu et pays les moins avancés (PMA) l'occasion de rediriger des ressources vers ''une croissance économique plus efficace, plus écologique, plus équitable et plus durable'', souligne la CNUCED.

De tels progrès sont possibles et abordables avec les technologies existantes, s'ils sont basés sur la stratégie idoine et une politique d'incitation volontariste, ''fondée sur des réformes environnementales, sociales et financières cohérentes et associant de nouveaux pôles de croissance verte aux activités créatrices d´emploi et de revenu et à la réforme financière''.

Développer l'efficacité énergétique, l'agriculture durable et les EnR

L'amélioration de l'efficacité énergétique, des équipements et des ressources, la généralisation de l'agriculture durable ou l'exploitation des énergies renouvelables (EnR) au service d´un développement rural durable peuvent entraîner ''une accélération de la croissance qui, à court et à moyen terme, a des coûts négatifs et des effets rapidement bénéfiques''.

Le rapport souligne que les techniques de construction peuvent être adaptées en utilisant des matériaux locaux, ce qui permettrait également de réduire la consommation en chauffage. Il conseille aussi aux gouvernements d'encourager l'agriculture biologique ''qui répond mieux aux besoins des petits agriculteurs''.

Le rapport formule en outre 35 recommandations pour surmonter les obstacles institutionnels, économiques et politiques à l'agriculture biologique. Il souligne également l'intérêt de développer les énergies renouvelables dans les pays en développement, notamment les panneaux solaires et les éoliennes, par le biais du microcrédit.

''Le principal obstacle n'est pas le coût de ces mesures mais l'absence de politique d'incitation appropriée, en particulier à l'encontre du secteur privé'', a rappelé la CNUCED en exhortant les gouvernements à avoir un rôle ''beaucoup plus actif'', notamment en encourageant les changements structurels et les progrès technologiques .

Réactions1 réaction à cet article

 
Conseiller au cabinet Ministère de la Décentralisa

Oui, je suis du meme avis que la CNUCED quand elle exhorte les gouvernements en voie de Dévéloppement à dévélopper une agriculture Biologique parce que dans ces pays là,la maitrise des conditions climatiques est loin d'etre assurée,l'agriculture dépend des eaux pluviales, d'où l'insuffisance des productions agricoles car soumises à des aléas climatiques. Il faut impérativement passer à l'agriculture biologique et cela à travers la promotion du secteur privé.

Prosper DODIKO

DODIKO | 11 février 2010 à 08h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager