En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Captage du CO2 par oxycombustion : le projet Cheers franchit une première étape

Energie  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

Développer une technologie qui pourrait capter plus efficacement et à un coût plus compétitif les émissions industrielles de CO2 : c'est l'objectif poursuivi par le projet Cheers : Chinese European Emission Reducing Solutions. Les partenaires ont acté le 15 novembre dernier, le démarrage d'une maquette à une échelle équivalente à 1,5 MW pour la démonstration de la technologie développée : le captage par oxycombustion en boucle chimique. Son principe ? Pour faciliter le captage, le CO2 est concentré dans les fumées grâce à une combustion des hydrocarbures en présence d'oxygène pur au lieu d'air.

Jusqu'à présent un des freins à cette technique est son coût, du fait de la nécessaire séparation de l'oxygène de l'air. Le procédé de combustion en boucle chimique (CLC) contourne cette difficulté en utilisant un oxyde métallique pour transporter l'oxygène dans la zone de combustion sans l'associer à l'azote de l'air.

Des tests réalisés en laboratoire et sur une unité pilote de 10 KW localisée sur le site d'IFPEN à Lyon ont permis de mettre au point ce procédé. Si les résultats de la maquette sont concluants, les partenaires lanceront la réalisation d'une unité de démonstration, à une échelle pré-industrielle. Cette technologie permet par ailleurs de s'attaquer à des gaz naturels, du fioul lourd, du charbon, de la biomasse ou encore ou du coke de pétrole, comme c'est le cas pour le projet Cheers. Le projet est prévu pour une durée de 5 ans : 2018/2022.

Réactions1 réaction à cet article

 

Le titre de l'article laisse supposer qu'il s'agit d'une technologie de séquestration de CO2. Or, si j'ai bien compris le corps de l'article, il s'agit "seulement" d'améliorer la combustion de combustibles carbonés. C'est un pas intéressant mais ça ne change rien pour le CO2 déjà présent dans l'atmosphère. Il n'y a donc guère que la photosynthèse pour faire cela efficacement et à un coût 0 (sous réserve qu'il s'agisse de plantes poussant spontanément).
Par ailleurs, quel est le coût énergétique de la technologie CLC ?

Pégase | 29 novembre 2018 à 09h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…