En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un écran publicitaire numérique consomme 20 000 kWh sur sa durée de vie

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

L'Ademe s'est penchée sur les impacts environnementaux des écrans publicitaires numériques. Cette évaluation s'inscrit dans le cadre d'une étude, lancée en 2016, portant sur la modélisation et l'évaluation du poids carbone de produits de consommation, afin d'enrichir la base de données Impacts®. Une centaine de produits ont été passés au crible (appareils électriques, textiles, meubles, équipements de sport) dans un premier temps.

« Pour les écrans publicitaires, deux catégories de produits, représentant les deux technologies disponibles, seraient pertinentes à étudier. Cependant, en l'absence de données sur les écran géants (LED), il a été possible d'évaluer l'impact environnemental de l'écran publicitaire 2m² LCD (représentatif des écrans numériques présents dans le métro) », indique l'Ademe dans une fiche de synthèse.

Près de 3 000 écrans de ce type seraient déployés en France, dont 600 à Paris. Leur nombre a augmenté de 22 % entre 2017 et 2018. Ils sont essentiellement installés dans des centres commerciaux, des gares, des aéroports et dans les couloirs du métro.

L'Ademe a pris, comme hypothèse de travail, l'affichage de messages publicitaires 18 heures par jour, 365 jours par an pendant dix ans. « L'impact total est de 245 kgCO2, par année d'utilisation », indique la synthèse. La phase d'utilisation de l'écran génère plus de la moitié de ces émissions, suivie par la phase de production des matières premières (aluminium, cartes électroniques, acier, verre). « Les résultats étant présentés par année d'utilisation, plus la durée de vie du produit est grande, plus l'impact de cette phase est diminué (les impacts potentiels totaux sont divisés par la durée de vie) », souligne l'Ademe.

La consommation énergétique horaire est de 0,311 kWh en phase active et 2 Wh en veille. « Ainsi, au bout de dix ans d'utilisation, le panneau publicitaire aura consommé 20 477 kWh ». Soit l'équivalent de la consommation annuelle de quatre ménages français.

Réactions2 réactions à cet article

 

Il aurait été intéressant de rapprocher ce bilan carbone de l'alternative : les affiches papiers. Cycle de fabrication, transport du papier, impression, collage, recyclage, carburant du véhicule du colleur d'affiche.

Dandrebo | 02 octobre 2020 à 09h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faut interdire ces machins frénétiques qui non seulement consomment une énergie de dingue mais contribuent à la nervosité des gens !

dmg | 02 octobre 2020 à 15h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager