En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eolien offshore : lancement de l'appel d'offres à Dunkerque et feu vert pour les six premiers parcs

Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

Le gouvernement a annoncé le lancement de la dernière phase de l'appel d'offres pour un parc éolien en mer au large de Dunkerque, lors du Comité interministériel de la mer qui se tenait dans la ville, ce jeudi 15 novembre. La procédure est bien avancée : la phase de dialogue concurrentiel, menée avec dix candidats préselectionnés, a abouti à l'élaboration du cahier des charges final de l'appel d'offres, dont la publication a été annoncée aujourd'hui. Le lauréat devrait être désigné au cours du deuxième semestre 2019, a indiqué le ministre d'Etat à la Transition écologique. Pour une mise en service en 2022, indiquait en février 2017 l'administration.

"Nous avons les meilleurs espoirs d'être maintenant, grâce aux dernières évolutions technologiques, grâce au potentiel de ce site, à des prix qui seront ceux du marché. Nous avons toutes les raisons de penser que les subventions, soit nous n'en aurons plus besoin, soit elles seront beaucoup plus faibles que sur les premiers parcs", a déclaré François de Rugy.

Par ailleurs, le ministre, accompagné du Premier ministre Edouard Philippe, a signé les contrats renégociés des six premiers projets d'éolien offshore, remportés par EDF et Engie. Pour rappel, le gouvernement avait ouvert des négociations pour faire baisser le prix des subventions, au regard de la baisse des coûts de la filière. Il a ainsi obtenu une baisse des aides publiques de 40 %.

La filière demande d'autres appels d'offres

Les professionnels du secteur saluent cette annonce. Ils rappellent toutefois que, pour créer une véritable filière industrielle, les projets doivent être multipliés. "Nous demandons une visibilité sur les futurs appels d'offres et, dans la PPE [programmation pluriannuelle de l'énergie], le lancement de nouveaux appels d'offres tous les ans, de manière à engager 8 GW de nouvelles capacités d'éolien en mer - posé comme flottant - d'ici 2024, qui pourront ainsi être mises en service entre 2027 et 2032", déclare Jean-Louis Bal, le président du syndicat des énergies renouvelables (SER).

France énergie éolienne formule un voeu du même ordre : "de 4 à 6 GW additionnels sur l'éolien en mer posé et de 3,2 à 4,2 GW supplémentaires sur l'éolien en mer flottant, dans le cadre d'appels d'offres programmés dans la PPE et mis en service d'ici à 2030".

Réactions1 réaction à cet article

 

Posé ou flottant, c'est pas la même chose pour les poissons et les pêcheurs.

Du moment que ça ne gâche pas le paysage et que ça ne coûte pas la peau des fesses pour raccorder au réseau .... pourquoi pas .... si les pêcheurs et les poissons majoritairement votent oui à l'enquête publique.

Evidemment la Voix du Nord en parle ce jour

Sagecol | 16 novembre 2018 à 10h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…