En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eolien offshore : les six parcs se feront, 40% moins chers

MAJ le 20/06/2018
Energie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

Lors de son déplacement au cap Fréhel (Côtes-d'Armor), le Président de la République a confirmé que les six parcs éoliens en mer seront réalisés, puisque l'Etat est parvenu à un accord financier avec l'ensemble des opérateurs. "La négociation a permis de diminuer de 40% la subvention publique et d'avoir un ajustement des tarifs de 30%", a déclaré Emmanuel Macron, ajoutant : "Ce qui veut dire qu'on va économiser, sur la période, 15 milliards d'euros d'argent public pour les mêmes projets, la même ambition, les mêmes tailles de projets".

Les tarifs d'achat passent d'environ 200€ à 150€/MWh en moyenne, précise Nicolas Hulot sur Twitter. Le coût du soutien public pour les six projets était estimé à 40 milliards d'euros sur vingt ans. La négociation a permis de baisser ce coût à 25 milliards d'euros. Le Président a indiqué que cet accord permettrait de lancer rapidement une deuxième génération de projets.

Les six projets, de 500 MW chacun, sont prévus à Courseulles-sur-Mer (Calvados), Fécamp (Seine-Maritime), Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le Tréport (Seine-Maritime) et Yeu/Noirmoutier (Vendée). Ils ont été attribués par appel d'offres en 2012 et 2014.

"Les projets du premier appel d'offres sont quasiment purgés de tout recours contentieux, source principale de retard de leur mise en service, les décisions finales d'investissement pourront être prises rapidement, probablement dès cette année, pour une mise en service probable en 2021", indique Olivier Perot, président de France énergie éolienne (FEE), qui se félicite de cette annonce.

Le calendrier des projets précisé

Dans l'après-midi, le secrétaire d'Etat Sébastien Lecornu a précisé, devant les députés, le calendrier des projets : 2021 pour Saint-Nazaire, 2022 pour Fécamp, 2023 pour Courseulles-sur-Mer, Saint-Brieuc et Le Tréport, et 2024 pour Yeu/Noirmoutier. "La fabrication des éléments de ces éoliennes vont démarrer, pour au moins deux projets, dès la fin de cette année", a-t-il ajouté.

Réactions3 réactions à cet article

 

Si on a pu baisser de 40% les subventions publiques et réajuster les tarifs de 30% pour les aéro-générateur offshore.
De combien aurions nous pu, avec les promoteurs, revoir à la baisse le coût des éoliennes terrestres dont les études, à ce jour, on probablement été très largement amorties ?

Quid | 20 juin 2018 à 16h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Et voilà un Jupiter que s'attaque au gros poissons!. Il devrait continuer sur sa lancé et, comme son amis américain, faire une volte-face (pas seulement sur tweeter!) de manière à utiliser l’argent public au bénéfice des petites et moyennes entreprises par exemple, voir "rendre son pognon" aux plus pauvres... et non l'inverse!

Maes | 21 juin 2018 à 11h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

150 € le MWh, ça laisse rêveur... d'autant que ça ne comprend pas les réparations, forcément fréquentes et très chères vu l'environnement marin, ni la centrale à gaz pour les jours sans vent, ni le raccordement au réseau. Actuellement, EdF a un prix de revient du nucléaire total (inclus le grand carénage des centrales et le provisionnement pour le stockage des déchets) de 33 €/MWh : quasi 5 fois moins. Combien de temps encore prendra-t-on le Français pour une vache à lait ?!

dmg | 22 juin 2018 à 18h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…