En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Etats généraux de l'alimentation : 63 propositions d'associations pour faire entendre les voix citoyennes

Agroécologie  |    |  Rachel DebrincatActu-Environnement.com
La "Plateforme citoyenne pour une transition agricole et alimentaire" vient de publier soixante-trois propositions citoyennes pour contribuer aux Etats généraux de l'alimentation (EGA), lancés le 20 juillet 2017 par le Premier ministre.

Organisations agricoles, rurales, environnementales, de santé, de solidarité internationale ou encore du réseau étudiant, cinquante acteurs se sont regroupés au sein de cette plateforme. Leur but ? Faire entendre les voix des citoyens sur les enjeux de l'alimentation en apportant des propositions concrètes aux ateliers qui s'achèveront en novembre.

Ces propositions s'articulent autour de sept thématiques : vers un modèle d'agriculture relocalisée répondant aux enjeux climatiques et environnementaux, une gouvernance citoyenne et transparente, l'amélioration du métier de paysan, une chaîne agroalimentaire qui préserve la santé, le développement de l'emploi et la préservation des terres agricoles, les bonnes pratiques en matière de bien-être animal et une cohérence des politiques nationales et internationales.

Pour ces acteurs, l'enjeu crucial est de parvenir à des mesures nationales qui permettront d'engager une transition agroécologique et de tendre vers une préservation des ressources. "Si le gouvernement échouait à enclencher un véritable changement de modèle et une juste répartition de la valeur, ces Etats généraux seraient considérés comme un échec", mettent en garde les associations. Elles regrettent déjà les mauvais signes qu'émet le gouvernement, notamment ceux concernant les aides au maintien pour les agriculteurs bio.

Réactions1 réaction à cet article

 

Je m'étonne que les EGA ne s'intéressent qu'aux productions alimentaires terrestres. L'impasse totale est faite sur les productions aquacoles continentales et marines. Et pourtant les consommations de poissons et algues explosent et notre déficit commercial n'a jamais été aussi élevé sur ces produits.

jpierre | 25 septembre 2017 à 15h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…