Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Jeux olympiques 2024 : une partie des jardins d'Aubervilliers n'était pas urbanisable

Aménagement  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Jeux olympiques 2024 : une partie des jardins d'Aubervilliers n'était pas urbanisable

La bataille judiciaire entre les défenseurs des jardins familiaux d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) et les promoteurs du site devant accueillir la piscine olympique pour les Jeux de 2024 se poursuit. Après la suspension, en septembre dernier, du permis de construire une surface de commerce et la piscine pour non-respect de la compensation environnementale, la cour administrative d'appel de Paris, par une décision du 10 février, enjoint au président de Plaine commune d'engager la procédure de modification du plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi) dans un délai de quatre mois.

La raison ? Le PLUi a classé en zone urbaine une partie des jardins familiaux qui excède les zones strictement nécessaires à l'implantation de la gare du Grand-Paris-Express et de la piscine olympique. Les juges administratifs ont estimé que la suppression de près d'un hectare de jardins, sur les sept existants, « dans un site présentant une cohérence d'ensemble créée par la continuité entre la couronne boisée du fort [d'Aubervilliers] et les jardins partagés qui la bordent », était trop importante pour être regardée comme compatible avec le schéma directeur de la région d'Île-de-France (Sdrif). Ce dernier affiche, en effet, comme « essentiel » un objectif de préservation et de développement des espaces verts dans la région. La Cour a également relevé un manque de cohérence entre les différents documents constitutifs du PLUi.

Les juges « obligent à sanctuariser la zone UM [espaces de bureau] d'environ 6 000 m2, à ce jour encore intacte. C'est donc une première victoire, car la maire n'a eu de cesse de promettre de la protéger, sans effet. Les bétonneurs voulaient, en effet, se servir de cette zone comme "dépose chantier" », réagit, sur Twitter, le collectif Jardins à défendre d'Aubervilliers (JAD). « Mais le devenir de la zone JAD, 4 000 m2, à ce jour d'ores et déjà rasée et excavée, est plus ambigu, ajoute-t-il. Les juges laissent une porte ouverte pour les décideurs publics. Ils demandent, en effet, que la nécessité de l'urbanisation soit réappréciée. » La destruction de cette zone avait débuté le 2 septembre dernier, à la veille du Congrès mondial de la nature ouvert par Emmanuel Macron. Le président y avait annoncé sa volonté de mettre la protection des sols vivants au cœur de son action européenne.

Réactions1 réaction à cet article

 

Les JO... devenus une odieuse affaire de fric qui méprise l'environnement et les droits humains. La France se dégrade à les accueillir.

dmg | 15 février 2022 à 10h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Barrière anti-inondation ESH/LN 2 L'eau Protection