En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

OGM : neuf produits autorisés pour l'alimentation humaine et animale dans l'UE

Risques  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

La Commission européenne a autorisé, le 27 juillet, dix organismes génétiquement modifiés (OGM). Sept sont destinés à l'alimentation humaine ou animale (coton GHB614 x LLCotton25 x MON1598, maïs 5307, maïs MON 87403, maïs 4114, maïs MON 87411, maïs Bt11 x MIR162 x GA21, soja MON 87751). Pour deux autres il s'agit de renouvellement d'autorisations (colza Ms8xRf3 et maïs 1507xNK603). Enfin, un œillet d'ornement a été autorisé. Ces autorisations, délivrées pour dix ans, permettent la consommation et non pas la culture de ces OGM.

Après cette décision, la Commission précise que "tous les Etats membres avaient le droit d'exprimer leur point de vue au sein du comité permanent et, par la suite, du comité d'appel : il en résulte que la Commission européenne dispose du soutien juridique des Etats membres pour procéder à l'autorisation".

Réactions5 réactions à cet article

 

Et hop ! : un petit passage en loucedé en plein coeur de l'été, période propice à l'adoption de textes et règlementations tendancieux et générateurs de contestations !
La Commission européenne n'est jamais en reste dès lors qu'il s'agit de favoriser les intérêts financiers de grands groupes. Gageons que ce petit train d'autorisations d'OGM provoquera néanmoins quelques remous à la rentrée... La Commission ne pourra pas éternellement agir contre la volonté des citoyens européens qui se soucient un tant soit peu de leur avenir.

Pégase | 01 août 2019 à 15h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il faudrait aussi et surtout savoir dans quels produits ces OGM sont-ils mis sur le marché et que l'affichage soit suffisant... Après peut-être qu'un jour les consommaCteurs seront plus nombreux que les CONsommateurs pour avoir un impact...

Tombour | 01 août 2019 à 17h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je retiens votre formulation différentiée des consommateurs, Tombour.
Cependant, il est bien souvent difficile, si ce n'est impossible, au consom'acteur de savoir si tel ou tel produit transformé qu'il achète dans le commerce contient ou non des OGM. La barre trop élevée du < à 0,9 % d'OGM laisse de substantielles marges de manoeuvre aux fabricants vu les tonnages consommés annuellement.
Il est usant de constater que les grands fonctionnaires et commissaires de la CE, tout à leur déroulement de carrière qu'ils sont, n'arrivent toujours pas à capter la demande de l'opinion. Ainsi, rien qu'en France, un sondage commandé par Agir pour l'environnement à la veille du dernier scrutin pour les européennes a révélé que 82 % des sondés sont favorables à une interdiction de l’importation d’OGM en Europe et que 81 % estiment important d’interdire totalement l’utilisation de cultures OGM, même dans l’alimentation animale. Cela constitue une majorité contre claire et incontestable et un message tout aussi limpide.
Mais nos décideurs européens se trouvant certainement dans les 18 % restant et un nième déni de démocratie ne les rebutant pas, le tour est joué, pensent-ils. Ils ne sont manifestement pas à leur place !

Pégase | 01 août 2019 à 18h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La querelle sur les OGM (idéologique) et la controverse sur la morbidité des OGM (scientifique) sont loin d'être apaisée pour la première, et résolue pour la deuxième. Dans ces conditions, cher Pégase, il y a lieu pour le moment de laisser au consommateur le choix personnel d'utiliser (ou de proscrire) les OGM. Il n'est pas interdit de faire du prosélytisme dans l'un ou l'autre sens, bien sûr.

Cher Tombour, vous n'avez que raison, l'affichage de la présence ou de l'absence d'OGM sur l'emballage des produits destinés à la consommation humaine ou animale est encore très insatisfaisant.
Les consommateurs doivent être mieux et plus clairement informés et il leur appartient aussi, individuellement ou en groupements, de revendiquer la permanence et la transparence totale de l'étiquetage et de proposer des modèles.
Cet acte "consommaCteur" pourrait consister en l'élaboration de différents modèles d'étiquetage exposant des indications claires, complètes, ne laissant persister aucun doute sur la présence ou l'absence, les taux d'OGM, les composants OGM contenus.

Pour ceux que ceci pourrait intéresser, voici les principaux textes:

- Règlement (CE) n°1829/2003 sur l'étiquetage des denrées alimentaires et aliments pour animaux contenant des organismes génétiquement modifiés ou produits à partir de tels organismes. (base de la règlementation UE actuelle).

-Règlement (CE) n° 834/2007 sur le cas particulier de la filière de l'agriculture biologique.

(...)

Euplectes | 02 août 2019 à 10h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

(...)

-Règlement (CE) n°1830/2003 sur la traçabilité des organismes génétiquement modifiés et de leurs dérivés alimentaires.

Partant de ces dispositions règlementaires UE, il serait assez aisé de proposer les améliorations nécessaires, parmi lesquelles pourrait figurer une proposition de "coup de pouce" aux sanctions prévues pour non-respect des dispositions prescrites par ces règlements.

Bien à vous,

Euplectes

Euplectes | 02 août 2019 à 10h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager