En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Suez double sa capacité de traitement de terres polluées en Côte-d'Or

Huit millions d'euros ont été investis dans la plate-forme de traitement de terres polluées près de Dijon, qui pourra traiter 90.000 tonnes par an. Dix millions ont aussi été investis pour la création d'un parc photovoltaïque.

Reportage vidéo  |  Déchets  |    |  Rémi PinActu-Environnement.com

En doublant la superficie (de 13.000 m2 à 25.000 m2) de sa plate-forme de traitement de terres polluées de l'Ecopôle de Drambon près de Dijon, Suez sera en mesure de traiter 90.000 tonnes de terres polluées par an, contre 50.000 tonnes auparavant. Des terres polluées (hydrocarbures, huiles, métaux lourds, goudron…) provenant de chantiers de terrassement, de sites contaminés, ou de friches industrielles. Les terres seront traitées selon leur nature et leur typologie, et seront recyclées pour la fabrication de ciment, ou pour une utilisation en travaux publics (remblaiements paysagers, sous-couche routière).

25.000 tonnes de terre polluées recyclées

Sur 50.000 tonnes traitées en 2018, la moitié a été recyclée, grâce à l'utilisation de bactéries qui dégradent les hydrocarbures. Les terres présentant les pollutions les plus complexes sont stabilisées et stockées sur le site de 120 hectares. La plate-forme représente un investissement de 8 millions d'euros, 5 millions étant investis dans l'extension de la zone de stockage et 3 millions pour la plate-forme de traitement.

Biogaz et parc photovoltaïque

Au printemps 2018, Suez a également débuté la construction d'un parc solaire photovoltaïque avec Engie sur ce même site de Drambon, pour un investissement de 10 millions d'euros. La centrale occupe une superficie de 20 hectares, recouvrant les anciens casiers de stockage de déchets industriels. D'une puissance de 12 MWc, il alimentera en électricité l'équivalent de 4.500 foyers. Une production d'énergie renouvelable qui s'ajoute au 10.000 MWh déjà produits sur le site, grâce au biogaz issu des déchets non dangereux enfouis sur le site.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Rémi Pin

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…