En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Suspension du dioxyde de titane E171 : FNE regrette des manques dans l'arrêté

Risques  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com

L'arrêté qui suspend la mise sur le marché des aliments qui contiennent du dioxyde de titane E171 a finalement été publié dans le Journal officiel du 25 avril. Suite à un second avis rendu par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), les ministères de l'Economie et de la Transition écologique avaient tranché en ce sens le 17 avril dernier.

L'arrêté interdit cet additif alimentaire pour une durée d'un an à partir du 1er janvier 2020. Si la fédération française des associations de protection de la nature et de l'environnement (FNE) salue ce premier pas, elle regrette des manques dans l'encadrement. "Les conditions de la reconduction de l'arrêté, d'une durée d'une seule année, ne sont pas définies. La vigilance devra être de mise chaque année", souligne-t-elle. Autre oubli, selon l'association, de l'arrêté : des mesures sur la gestion des stocks d'E171. "D'ici le 1er Janvier 2020, la constitution de nouveaux stocks de E171 sera donc possible, et après la date butoir, combien de temps les stocks pourront-ils être utilisés ?", interroge FNE.

Réactions4 réactions à cet article

 

Bonjour. Il semble qu'un certains dentifrices contiennent du dioxyde de titane nanoparticulaire. Seront-ils concernés par cette interdiction de mise sur le marhcé ? Merci

VoxGaia | 26 avril 2019 à 15h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

La suspension ne concerne que les produits alimentaires. Certaines associations ont demandé à ce que soit également visés les médicaments et les produits cosmétiques susceptibles d'être ingérés comme le dentifrice ou rouge à lèvres. Sans succès jusqu'à présent.

Cordialement

Dorothée Laperche Dorothée Laperche
26 avril 2019 à 15h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci pour votre réponse !

VoxGaia | 26 avril 2019 à 17h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

FNE a raison : le diable se cache dans les détails ! Et sur le sujet, nos grands décideurs publics et les industriels de l'agroalimentaire sont experts. La vigilance au-delà de l'effet d'annonce est donc indispensable.

Pégase | 26 avril 2019 à 18h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…