En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les récifs coralliens toujours menacés de disparition en raison du changement climatique

Alors que s'ouvre l'Année internationale des récifs coralliens, l'UNESCO alerte de la disparition de ces récifs notamment dans les Caraïbes, en raison du changement climatique qui est responsable du blanchissement des coraux.

Biodiversité  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
   
Les récifs coralliens toujours menacés de disparition en raison du changement climatique
   
L'Année internationale des récifs coralliens a été lancée le 24 janvier 2008 à l'occasion de la conférence de l'Initiative internationale sur les récifs coralliens (Icri) qui s'est tenue à Washington. Cette campagne mondiale de protection et de sensibilisation sur les récifs coralliens coïncide avec la publication d'un rapport scientifique, présenté par l'UNESCO le 28 janvier, qui traite du grave blanchissement qui a touché les coraux des Caraïbes en 2005.

Les récifs coralliens sont menacés de disparition, notamment dans les Caraïbes, en raison du changement climatique, des ouragans, de la pollution ou de la surpêche, a prévenu l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).

Près de 500 millions de personnes au niveau mondial dépendraient de récifs coralliens en bonne santé pour leur subsistance, la protection des côtes, les ressources renouvelables et le tourisme. Les récifs constituent des barrières naturelles protégeant les côtes des cyclones et des tsunamis comme l'avait démontré l'Union Internationale de Conservation de la Nature (UICN), suite au tsunamis de l'Océan Indien de 2004. Environ 30 millions de personnes - parmi les plus pauvres du monde - dépendent entièrement des récifs pour leur nourriture, rappelle l'UNESCO.

Près des deux tiers des récifs coralliens, qui sont des écosystèmes fragiles, seraient menacés par l'impact du développement économique et du climat. Ils sont en effet exposés aux pressions exercées par l'activité humaine telles que la surpêche, les sédiments liés à la déforestation, les rejets d'engrais et de produits chimiques.

Le blanchissement du corail lié au réchauffement climatique et l'acidité des mers due à l'augmentation des émissions de CO2 sont également responsables de leur disparition. C'est ce que démontre le rapport intitulé ''Le statut des récifs coralliens des Caraïbes après le blanchiment et les ouragans de 2005'' présenté par l'UNESCO. Ce rapport, soutenu par la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l'organisation, a été réalisé par 80 scientifiques et gestionnaires de récifs coralliens, et doit être publié le 4 février.

Le blanchissement se produit quand les coraux, stressés par l'augmentation de la température de l'eau, expulsent les algues microscopiques avec lesquelles ils vivent en symbiose, les zooxanthelles. Ce sont elles qui fournissent aux coraux leur nourriture et donnent leurs couleurs à leur squelette calcaire. Si les zooxanthelles ne retournent pas dans le tissu corallien, le corail meurt.

D'après ce rapport, l'année 2005, qui fut l'une des années les plus chaudes enregistrées depuis 1880, a été marquée par 26 tempêtes majeures dont 13 ouragans responsables d'un blanchiment corallien très important. Et ce jusqu'à 95% dans plusieurs îles comme les Iles Caïmans, la Jamaïque, Cuba et les Antilles françaises, souligne l'UNESCO. Rappelons que sur l'ensemble des DOM-TOM, les surfaces récifo-lagonaires couvrent environ 55.000 km2 soit 10% de la surface mondiale de récifs. La Polynésie regroupe près de 20% des atolls coralliens du monde et la Nouvelle-Calédonie possède la seconde plus grande barrière récifale.

Les Caraïbes qui comptent 10,3 % des récifs de la planète, ont été fortement touchées en 2005. Au cours des 50 dernières années, de nombreux récifs des Caraïbes ont perdu jusqu'à 80 % de leur couverture corallienne, souligne l'UNESCO. Une perte qui pourrait coûter chaque année 140 à 420 millions de dollars à la région, selon l'Institut mondial de ressources Reefs@Risk.

D'après ce rapport, la seule façon de maintenir du corail vivant dans les récifs du monde serait de contrôler le réchauffement en réduisant de manière draconienne les émissions de gaz à effet de serre dans les 20 prochaines années et de gérer soigneusement les agressions directes comme la pollution, la pêche et les développements côtiers dommageables. Rappelons que le tourisme et les produits de la pêche liés aux récifs coralliens des Caraïbes génèrent chaque année un montant de 4,6 milliards de dollars.

Selon les estimations des scientifiques, la planète aurait déjà perdu près de 30 % de ses récifs de coraux. D'après le GIEC (groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), une augmentation de la température moyenne du globe de 2° C aboutirait à un blanchissement généralisé des coraux au niveau mondial.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…