Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

MDP : l'Académie des technologies veut donner une chance aux petits projets

Gouvernance  |    |  Victor Roux-Goeken  |  Actu-Environnement.com
''Les projets diffus, énergétiques ou agricoles, accèdent très difficilement et à un coût trop élevé à l'attribution de crédits carbone'' dans le cadre des mécanismes de développement propre (MDP), a indiqué l'Académie des technologies dans un avis1 présenté mardi 23 mars.

Dans le cadre du protocole de Kyoto, les MDP permettent à un industriel d'un pays développé de financer un projet évitant l'émission de gaz à effet de serre dans un pays en développement. Il génère ainsi des unités de réduction certifiée des émissions (Cer en anglais), convertibles ensuite en ''crédit Kyoto'' pour l'industriel qui a financé le projet.

Or, sur 1.873 MDP, 54,46% sont de gros projets, suffisamment rentables pour générer des Cer. D'autres, plus petits, se sont développés : ''par exemple, la fermentation de la biomasse ou la combustion de résidus de la culture du coton ou du riz permet de fournir l'énergie à des foyers ruraux dans le sud de l'Inde en évitant le prélèvement excessif de bois de chauffe'', relève l'Académie. Mais ils ne sont pas légion.

''Il faudrait tout faire pour favoriser ces projets diffus, trop petits pour générer des Cer, notamment en les regroupant et leur fournissant l'assistance administrative nécessaire'', a expliqué Bernard Tardieu, président de la commission Environnement et changement climatique de l'Académie.

Pour l'académie des technologies, le manque de rentabilité est à chercher du côté du prix trop faible du CO2. Chercheur à la Mission climat de la Caisse des dépôts, Anaïs Delbosc estime que tous les pays ne sont pas à armes égales pour développer de tels projets. ''L'Afrique manque de structures pour faire remonter les MDP jusqu'à l'Onu, chargée de vérifier leur conformité. Ce n'est pas le cas en Chine. Là-bas, le gouvernement s'est saisi de cette question et a incité les acteurs locaux à aller détecter de tels projets''. Cela explique en partie pourquoi la Chine accueille 34,81% des MDP. Cela représente 3,5 milliards d'euros, sur les 5,5 milliards d'euros d'investissements générés par les MDP.

L'Académie des technologies préconise de prévoir un quota de crédit de 1% provenant des MDP qui serait réservé aux pays pauvres et alloué aux projets de petite taille. Lancés en 2006, les MDP sont censés éviter l'émission de 2,7 milliards de tonnes de CO2. Pour l'instant, seuls 400 millions l'ont été.

Réactions1 réaction à cet article

 
Les petits projets

Ce problème est inhérent au mécanisme en lui-même dont le but est de délivrer des crédits. Plus les projets sont gros, plus ils "délivrent", plus ils rapportent!
Qui plus est généralement, les petits projets bénéficient directement aux populations locales.
D'où un double bénéfice économie de gaz à effet de serre/développement local!

Quelques acteurs travaillent pour mettre en valeur ces "petits" projets sur le marché certifié ou volontaire (par exemple Action Carbone) mais ces types de projet sont encore malheureusement largement minoritaires!

batistuta | 03 mai 2010 à 11h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

RES : des systèmes de stockage d’énergie pour un rendement maximal RES