Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

COP 28 : un accord surprise acte une transition énergétique « hors » des fossiles

Après une nuit blanche et quelques heures de prolongation, les Parties sont finalement parvenues à un accord de compromis à Dubaï. Le texte d'accord prévoit une transition hors des énergies fossiles pour atteindre la neutralité carbone en 2050.

Gouvernance  |    |  S. Fabrégat
COP 28 : un accord surprise acte une transition énergétique « hors » des fossiles

« Bien que nous n'ayons pas complètement tourné la page de l'ère des combustibles fossiles à Dubaï, ce résultat marque clairement le début de la fin », a déclaré le secrétaire exécutif de l'ONU pour le climat, Simon Stiell, en clôture de la Conférence des Parties pour le climat (COP 28) à Dubaï, ce mercredi 13 décembre. Après une nuit blanche, les États sont finalement parvenus à un accord actant une « transition hors » des énergies fossiles (transitioning away from fossil). Une décision « historique pour accélérer l'action climatique », s'est félicité Sultan Al-Jaber, qui présidait cette COP 28, après une standing ovation. Cette formulation de dernière minute visait à réconcilier des points de vue a priori irréconciliables, des partisans d'une sortie des fossiles et des opposants, les pays producteurs, Arabie saoudite en tête.

“ Tous les gouvernements et toutes les entreprises doivent maintenant transformer ces engagements en résultats économiques concrets, sans délais ” Simon Stiell, chef exécutif de l'ONU climat
L'accord final rappelle l'objectif de neutralité carbone en 2050 et son atteinte de manière « juste, ordonnée et équitable », afin de différencier les rythmes d'action des pays développés et des pays émergents ou en développement. Parmi les « véritables avancées » du texte, soulignées par Simon Stiell : l'objectif inscrit noir sur blanc de tripler les énergies renouvelables et de doubler l'efficacité énergétique en 2030, l'opérationnalisation du fonds pour les pertes et préjudices et la mise en place d'un cadre en matière d'adaptation.

Un compromis et non une victoire pour le climat

« Il s'agit d'une bouée de sauvetage pour l'action climatique, et non d'une ligne d'arrivée. Tous les gouvernements et toutes les entreprises doivent maintenant transformer ces engagements en résultats économiques concrets, sans délais », a prévenu le chef exécutif de l'ONU climat, rappelant que « nous nous dirigeons actuellement vers un réchauffement d'un peu moins de 3 degrés » d'ici la fin du siècle. Pour respecter l'Accord de Paris (COP 21) et l'objectif de maintenir la hausse des températures en dessous de 1,5 °C, l'ensemble des pays devront fournir de nouvelles contributions début 2025, décrivant leurs actions d'atténuation, d'adaptation, mais aussi les financements associés.

« Le signal est là, mais il est encore faible », a réagi le Réseau Action Climat France, qui s'inquiète que l'accord laisse une place aux « paris technologiques dangereux », comme la capture et le stockage de carbone (CCS). Même son de cloche du côté d'Oxfam France, qui regrette également que les financements pour accompagner les pays du Sud ne soient pas au rendez-vous. « Tous ceux qui luttent contre la crise climatique mondiale n'ont pas de quoi se réjouir de cette COP 28 décevante. Son résultat final est tout à fait inadéquat. Le pétrole, le charbon et le gaz ont encore gagné, mais ils ont dû lutter plus durement pour y parvenir et leur ère touche à sa fin », a ainsi souligné Nafkote Dabi, responsable de la politique sur le changement climatique d'Oxfam International.

Réactions5 réactions à cet article

Ah, la belle nouvelle ! Sauf que, comme pour la COP 2015, aucun objectif contraignant, aucune trajectoire. Pour les acteurs gazo-pétroliers, neutralité carbone en 2050 signifie business as usual jusqu'en 2049 : à cet égard, la réaction de Pouyané est édifiante, qui considère que cet accord conforte ses choix stratégiques, y inclus EACOP. Bref, encore une COP pour rien, et 50000 personnes qui ont pris l'avion pour aller passer deux semaines dans des hôtels climatisés en plein désert. Emétique.

dmg | 14 décembre 2023 à 09h17 Signaler un contenu inapproprié

A chacun sa tasse de thé pour sauver la planète :
L'ONU, via la FAO et le PNUE, remet le couvert pour détruire l'élevage traditionnel. On se souvient qu'en 2006 le pavé de 500 pages de la FAO intitulé "L'ombre portée de l'élevage", rédigé avec l'aide de l'UICN et autres départements scientifiques, concluait à la nécessité de supprimer l'élevage traditionnel, y compris l'élevage transhumant pratiqué dans le Sahel. Ce type d'élevage était accusé de produire trop de gaz à effet de serre et d'occuper 30% de terres agricoles susceptibles d'être exploitées autrement (virer les autochtones pour faire du bio carburant? Il faut savoir que les 2 tiers des terres occupées par le pastoralisme ne sont pas travaillable mécaniquement et sont parmi les plus arides).

Aujourd'hui la FAO persiste toujours à voir dans l'élevage traditionnel le fauteur de tous les maux alors que l'élevage intensif, donc industriel, permettrait de diminuer l'impact des animaux ! Et le PNUE se charge de mettre à jour les solutions préconisées en vantant les bienfaits de la viande et des produits laitiers à base de plantes ou de nouvelles technologies...(dont on ignore tout de l'impact sur le climat)
Rien de nouveau donc si ce n'est que l'élevage ne représente quasiment aucune fuite de méthane au regard de l'exploitation pétrolière et gazière..et donc que prendre le petit élevage extensif comme bouc émissaire ne présage rien de bon!

ouragan | 14 décembre 2023 à 09h51 Signaler un contenu inapproprié

L'Accord n'acte aucune transition, il acte une déclaration d'intentions non prescriptive et non sanctionnable comme le défunt Accord de Paris dont on sait ce qu'il est devenu après les autocélébrations des politiques qui l'ont signé......

BIB57 | 14 décembre 2023 à 10h41 Signaler un contenu inapproprié

En tout cas, la photo "is worth 1000 words" !!!
Pas de commentaire nécessaire....

Erikk | 19 décembre 2023 à 17h22 Signaler un contenu inapproprié

Bonjour,
Vous devriez modérer le contenu de guycap, je ne suis pas certaine que ses photos soient en lien avec votre propos... à défaut merci d'indiquer clairement le contenu des photos

rectifions les faits | 06 février 2024 à 17h46 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Matooma, connectez vos objets IoT avec les réseaux 2G, 3G, 4G, 5G, LTE-M Matooma
SPE - pour le pompage d'eau brute en puits de forage - 290m3/h - 60 bar GRUNDFOS