Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Vers un abaissement du seuil de concentration pour le radon ?

L'ASN a enfin publié le bilan d'actions du premier plan national 2005-2008 contre le radon, une semaine après que le HCSP a recommandé une importante réduction du seuil d'exposition à ce gaz radioactif cancérigène.

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
   
Vers un abaissement du seuil de concentration pour le radon ?
© IRSN
   
Il se faisait attendre… Le bilan du premier plan d'actions menées entre 2005 et 2008 contre le radon a été publié le 26 avril par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Issu de la dégradation de l'uranium et du radium présents dans la croûte terrestre, ce gaz radioactif d'origine naturelle est classé cancérogène certain par le Centre international de recherche contre le cancer (CIRC). Entre 1.234 et 2.913 décès par cancer du poumon lui seraient attribuables chaque année, soit entre 5 et 12% des décès par cancer du poumon observés en France, selon l'Institut de veille sanitaire (InVS).

La gestion du risque lié au radon est l'un des axes du premier Plan national santé-environnement (PNSE). En collaboration avec la Direction de l'habitat, de l'urbanisme et des paysages (DHUP), l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), l'InVS et le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), le plan d'actions contre le gaz radioactif s'appuie sur trois axes : l'accompagnement et le contrôle de la mise en œuvre de la réglementation pour la gestion du risque lié au radon, l'amélioration et la diffusion des connaissances sur les expositions et les risques, la construction d'une nouvelle politique pour la gestion du risque.

24 des 27 actions prioritaires réalisées

24 des 27 actions prioritaires ont été réalisées. Certaines montrent que 85% des 7.356 établissements recevant du public contrôlés en quatre ans sont exposés à des seuils inférieures à 400 bécquerels par mètre cube (Bq/m3). ''Il est nécessaire de mettre en œuvre des actions destinées à réduire l'exposition des personnes au radon, voire de réaliser des travaux'' pour les 15% d'établissements restants, souligne l'ASN. 22% des établissements contrôlés dans le Finistère sont exposés à des niveaux supérieures au niveau d'action de 400 Bq/m3, et 12% à des niveaux supérieurs à 1.000 Bq/m3. 31 départements français sont exposés à des niveaux supérieurs à 100 Bq/m3, estime l'INRS. Parmi les régions ''prioritaires'' concernées figurent la Bretagne, l'Auvergne le Limousin ou encore la Corse.
Une autre campagne de mesures a été réalisée sur 235 habitations. 26% sont exposées à des niveaux compris entre 400 Bq/m3 et 1000 Bq/M3, et 13% à des niveaux supérieurs à 1000 Bq/m3.

Rappelons qu'en France, le seuil d'alerte pour le radon est actuellement fixé à 1.000 Bq/m3 et le seuil de précaution à 400 Bq/m3. Sous 400 Bq/m3, la situation ne justifie pas d'action correctrice particulière ; entre 400 et 1.000 Bq/m3, il est souhaitable d'entreprendre des actions correctrices simples ; au-delà de 1.000 Bq/m3, des actions correctrices, éventuellement d'envergure, doivent être impérativement conduites à bref délai, car on aborde un niveau de risque qui peut être important, estiment les autorités.

Autres actions du plan : en milieu de travail, la réglementation prévoyant que l'employeur fasse procéder à des mesures dans les établissements où les travailleurs sont susceptibles d'être exposés au radon a été mise en place en 2009. Pour les constructions neuves, les règles de construction réalisées par le CSTB devraient ''entraîner l'introduction prochaine dans le code de la construction de dispositions réglementaires relatives à la prévention du radon''. Concernant l'habitat individuel, les actions réalisées dans le cadre du programme expérimental de la région Limousin, ainsi que celles de la Communauté d'agglomérations des Pays de Montbéliard, devraient ''fournir prochainement les éléments nécessaires à la définition d'une politique nationale dans l'habitat''.

Trois dernières actions sont attendues pour le courant 2010, deux ans après la fin du plan d'actions… Un second plan d'action 2009-2012 est en cours de préparation, dont l'objectif principal doit être la réduction de l'activité volumique du radon dans l'habitat.

Le HCSP préconise d'abaisser le seuil de concentration à 300 Bq/m3

Le bilan de l'ASN paraît après que le Haut conseil à la santé publique (HCSP) a préconisé dans un avis publié le 19 avril d'abaisser à 300 Bq/m3 le seuil de concentration du radon dans l'habitat existant et les lieux ouverts au public. ''Une simplification des niveaux d'action actuellement en vigueur en France et leur abaissement à une seule et même valeur de 300 Bq/m3 pour l'habitat existant et les lieux ouverts au public sont souhaitables'', souligne-t-il. Le HCSP estime que le niveau de 300 Bq/m3 devrait être considéré ''comme une étape dans la stratégie de gestion du radon en France, avec un objectif à long terme d'abaisser ce niveau d'action à 100 Bq/m3'', comme proposé en septembre dernier par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Dans les 31 départements classés prioritaires pour la mesure du radon, 43% des maisons individuelles sont exposées à des niveaux de concentration supérieurs à 100 Bq/m3 et 10,8% à des niveaux supérieurs à 300 Bq/m3. Pour les logements collectifs, les chiffres correspondant sont 21,5 % et 2,8 %, a rappelé le Haut conseil en citant les résultats de la cartographie ''radon'' réalisée par l'IRSN et les DDASS.

Réactions4 réactions à cet article

 
Halte au radon !

Le problème est connu depuis......longtemps (Bretagne.... avec tout ce granit). La menace est sérieuse, sournoise et récurrente. La prévention est simple à réaliser (vide sanitaire VENTILé. Il reste à rendre ces ventilations obligatoires dans les zones à risque. Et compléter au plus vite l'ETAT DES RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES par une ligne RADON, ou le jumeler à l'ETAT DES TERMITES afin que acquéreurs et locataires soient informés.

Rolvat | 30 avril 2010 à 11h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Le radon oublié

5à12% des cancers du poumon avec ce gaz tout ce qu'il y a de plus naturel. Cela fait beaucoup plus de morts que le nucléaire civil
Les écolos se consacrent au nucléaire civil, mais ils oublient ce qui est connu depuis longtems et reglementé sévèrement dans certains pyus (Norvège - Canada)
Ma femme bretonne d'origine (qui ne fumait pas) est morte d'un cancer du poumon.
Pourquoi les mouvements ecologistes sont ils si inconscients des realités. C'est presque criminel d'oublier la pollution de l'air et celle du radon alors que nous avons les informations sur ces sujet

jean-marie | 30 avril 2010 à 12h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Le radon oublié

Bonjour,
Pas d'inquiétude à avoir sur la position des mouvements écologistes.
La problématique du radon est bien connue et prise en compte par les autorités officielles.
Parmi les organisations indépendantes, si vous vous renseignez auprès de la CRIIRAD (Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité), vous aurez des infos claires, précises et indépendantes sur le radon.
Par contre, effectivement, c'est une problématique peu médiatisée hélas.

lsegaud13 | 03 mai 2010 à 10h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Halte au radon !

La ventilation oui mais réfléchie, il faut qu'elle soit en supression et non en dépression (extraction plus élevée) ce qui dans ce dernier cas agraverait l'accumulation du radon dans l'habitat.

Priscilla | 04 mai 2010 à 09h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

BTX : analyseur XRD et XRF de paillasse pour matières sur poudre Olympus France