Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pollution de l'air en Île-de-France : l'amélioration se poursuit, accentuée en 2020 par le confinement

La qualité de l'air poursuit son amélioration en Île-de-France, à l'exception des pics de pollution à l'ozone qui augmentent ces dernières années. Les restrictions sanitaires ont accentué de façon variable l'amélioration tendancielle.

Risques  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

La tendance à l'amélioration de la qualité de l'air en Île-de-France enregistrée ces dernières années s'est confirmée en 2020. Cette réduction de la pollution atmosphérique a été renforcée par l'impact conjoncturel des mesures de restriction d'activité durant les confinements. Pour autant, la pollution de l'air reste supérieure aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et la pollution à l'ozone (O3) suit une tendance inquiétante. Telles sont les principales conclusions du bilan de la qualité de l'air en Île-de-France pour l'année 2020 présenté ce jeudi 20 mai par Airparif.

Viser les recommandations de l'OMS

Le bilan de l'association agréée pour la surveillance de la qualité de l'air met d'abord en lumière une baisse « conséquente » des niveaux de pollution pour le dioxyde d'azote (NO2). Ainsi, certains axes routiers sont passés sous la valeur limite annuelle (identique à la recommandation de l'OMS pour ce polluant). Mais les niveaux moyens en NO2 restent « largement supérieurs » à cette valeur sur les axes les plus fréquentés, tels que le boulevard périphérique, ainsi qu'à proximité du trafic dans le cœur dense de l'agglomération parisienne. Cette baisse « a entraîné une forte diminution du nombre de personnes potentiellement exposées au dépassement de la valeur limite réglementaire pour ce polluant, qui est passé de près de 500 000 habitants en 2019 contre plusieurs dizaines de milliers en 2020 », explique Airparif.

Pour les particules (PM10 et PM2,5), l'amélioration est moins marquée. Toutefois, les valeurs limites réglementaires sont respectées aux stations de mesure, même si des points noirs persistent le long d'axes routiers très fréquentés. Par ailleurs, « la quasi-totalité de l'Île-de-France ne respecte pas la recommandation de l'OMS en matière de qualité de l'air concernant les particules PM2,5 ». Celle pour les PM10 est dépassée pour un Francilien sur deux. Les critères de l'OMS pour les particules, plus strictes que ceux retenus par l'Union européenne, tendent à devenir une référence depuis que la Commission a annoncé vouloir réviser le cadre règlementaire européen. En effet, l'exécutif européen affiche sa volonté d'aligner, d'ici 2023, la réglementation sur les recommandations de l'OMS, explique Jean-Felix Bernard, le président d'Airparif.

L'essentiel des pics de pollution causés par l'ozone

Reste la pollution à l'ozone qui progresse. « L'objectif réglementaire de qualité de l'air et le seuil recommandé par l'OMS [légèrement inférieur, ndlr] sont toujours largement dépassés en tout point de la région ». Preuve de l'enjeu croissant posé par ce polluant, il est à l'origine de neuf des 14 épisodes de pollution comptabilisés en 2020.

Cette progression de la pollution à l'O3 s'explique essentiellement par deux facteurs. Tout d'abord, si les émissions d'oxydes d'azote (NOx) ont tendance à baisser en ville du fait de la réduction des émissions du trafic routier, les émissions de précurseurs à l'ozone (les composés organiques volatils (COV) et le NO2) progressent globalement à l'échelle européenne. Cette progression accroît donc les risques de pic de pollution à l'O3. Ensuite, pour que la présence de précurseurs débouche sur un pic de pollution, il faut que l'ensoleillement permette la formation d'ozone. Or, l'été 2020, comme plusieurs étés précédents, a été très ensoleillé. Ce problème de pollution à l'ozone est globalement constaté dans tout l'hémisphère Nord, précise Airparif.

Le confinement a accentué la tendance baissière

Bien sûr, les restrictions de déplacement liées à la Covid-19 ne sont pas totalement étrangères aux résultats de 2020. Airparif s'est livré à un exercice de modélisation de la qualité de l'air sans les mesures de restriction d'activité liée à la pandémie. L'exercice a porté sur le NO2 et les particules. En effet, justifie Airparif, les pics d'ozone sont généralement observés en juin-juillet-août, « trois mois qui n'ont pas (ou peu) été concernés par les restrictions d'activité en lien avec la crise sanitaire ».

L'impact des confinements est particulièrement visible sur la pollution au NO2, les émissions étant principalement liées au trafic routier. « À titre d'exemple, les concentrations en dioxyde d'azote ont baissé de 30 % sur Paris, deux tiers de cette baisse s'explique par les mesures de restriction d'activité dans le cadre de la lutte contre la pandémie », explique Airparif. En petite couronne, la réduction de la pollution, de l'ordre de 20 %, s'explique pour moitié par les restrictions sanitaires. En grande couronne, l'effet Covid est largement estompé.

L'impact des restrictions est plus contrasté pour la pollution aux particules, les sources d'émissions étant dorénavant moins liées au trafic routier, en particulier en hiver. Airparif a notamment étudié le carbone suie pour distinguer la part de la pollution liée au trafic de celle liée à la combustion de la biomasse. L'association montre que la proportion de la population exposée à un dépassement de la recommandation annuelle de l'OMS en PM10 passe de 30 % en 2019 à 10 % en 2020. Ce gain de 20 points s'explique pour les trois quarts par l'évolution tendancielle et pour le quart restant par les restrictions sanitaires. D'ailleurs, Airparif signale aussi que l'Île-de-France a connu un épisode de pollution aux PM10 le 28 mars 2020. « Malgré le fort ralentissement de nombreux secteurs d'activités, [ce pic] s'explique par des émissions de particules provenant de secteurs non concernés par le confinement : notamment le chauffage au bois et le secteur agricole, avec des épandages d'engrais azotés caractéristiques du début du printemps », explique l'association, ajoutant que « cet épisode aurait néanmoins été plus conséquent avec un trafic normal ».

Réactions2 réactions à cet article

 

Bonjour, l'interprétation de la progression de la pollution à l'ozone n'est pas claire : "si les émissions de NOx ont tendance à baisser en ville du fait de la réduction des émissions du trafic routier, les émissions de précurseurs à l'ozone (les composés organiques volatils (COV) et le NO2) progressent globalement à l'échelle européenne". Le NO2 est un précurseur de la formation d'ozone donc si ces émissions ont tendance à baisser, ce sont les émissions de COV qui sont majoritairement responsables de la formation d'ozone, quelles sont leur origine ? Merci

Lili64 | 21 mai 2021 à 12h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

Il y a en fait deux phénomènes opposés.

D'un côté, les émissions de COV et de NOx ont tendance à progresser à l'échelle européenne. Il s'agit là de la pollution de fond qui explique en grande partie la formation de l'ozone.

De l'autre, côté, les émissions de NOx au coeur des agglomérations (plus précisèrent le long des principales voies de circulation) diminuent. Mais il s'agit d'un effet local qui, lorsqu'on se penche sur la formation de l'ozone, est loin de prendre le dessus sur l'effet de la hausse des émissions de fond.

C'est ce qui explique que la pollution à l'ozone est une pollution de fond qui touche tous les Franciliens (y compris ceux habitants en zone rurale), alors que la pollution au NO2 touche moins de 1% des Franciliens (ceux habitants le long des voies de circulation les plus importantes).

Cordialement,

Philippe Collet

Philippe Collet Philippe Collet
21 mai 2021 à 12h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

XRF Vanta™ : analyseur pour l’étude de sol et la remédiation Olympus France