Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Biodiversité : l'Afnor publie une norme sur l'engagement des organisations

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

L'organisme français de normalisation a publié ce vendredi 9 janvier la norme NF X32-001, une norme d'application volontaire pour favoriser l'engagement des organisations dans une démarche en faveur de la biodiversité.

« La communauté des décideurs économiques et politiques classe désormais la biodiversité dans les risques majeurs pour l'économie et les sociétés humaines. A l'instar du climat, l'érosion de la biodiversité est considérée comme un risque systémique qui impacte les entreprises et leurs chaînes de valeur », explique Sylvain Boucherand, président de la commission de normalisation biodiversité de l'Afnor et dirigeant d'un cabinet de conseil. D'où l'engagement de travaux de normalisation et la création d'outils de mesure de l'empreinte biodiversité des acteurs économiques.

La vocation de la nouvelle norme ? « Aider les organisations à intégrer à leur stratégie les enjeux de conservation, de restauration et d'utilisation durable de la biodiversité, explique l'Afnor. Elle vise aussi à faciliter le partage équitable des bénéfices liés à cette utilisation et le recours à des savoirs traditionnels associés ». La norme NF X32-001, ajoute l'organisme de normalisation, propose « une méthodologie de criblage systématique des enjeux de biodiversité, d'analyse d'impacts des activités » et permet de structurer son approche : définition d'une stratégie, d'un plan d'actions, d'évaluation des résultats et d'amélioration.

Elle s'adresse à tous types d'organisations (entreprises, collectivités territoriales, etc.) et s'applique « tant à l'échelle d'un territoire qu'au sein même d'une structure ».

Cette nouvelle norme devrait être suivie par d'autres normes nationales en matière de biodiversité, portant sur le génie écologique : démarche de conduite d'un état initial de la biodiversité, méthodologie de conduite de projet en faveur des écosystèmes. Elle participe par ailleurs au travail d'élaboration de normes internationales sur la biodiversité. Un travail piloté par l'Afnor à la demande de l'Organisation internationale de normalisation (ISO) qui doit aboutir à la publication des premières normes à l'horizon 2023.

Réactions4 réactions à cet article

 

La photo d'illustration choisie serait-elle une image de ce sur quoi la "normalisation" de la biodiversité par l'AFNOR risque fort de porter et sacraliser : une nature parfaitement jardinée, au strict opposé de l'apparent fouillis foisonnant (mais régit par des règles strictes pour exister dans des conditions très diverses) que génère la nature non domestiquée ?
Face au risque que sans "normalisation" administrative, la nature continue de n'entrer dans aucune des cases de nos raisonnements binaires d'humains et donc ne cesse d'être incorrectement reconnue si ce n'est méprisée, l'autre écueil n'est-il pas de voir une fois de plus nos hauts dirigeants prendre des vessies pour des lanternes en se satisfaisant de la forme (la "prouesse" règlementaire) au détriment du fond (la protection effective et durable de la nature) et s'en satisfaire en s'auto-congratulant ?
Si la démarche est intéressante et très probablement nécessaire, elle ne doit donc pas être un fin en soi.

Pégase | 11 janvier 2021 à 14h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Là, Pégase, c'est vous qui êtes taquin! Il me semble que la photo illustre au contraire les principales raisons de la chute de la biodiversité: déforestation, plantations industrielles, monoculture intensive...etc
La parole est à Monsieur RADISSON!

adjtUAF | 12 janvier 2021 à 15h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il s'agit très probablement d'une photo de plantation toute fraîche de palmiers à huile suite à déforestation de la jungle. Vous avez donc sans doute raison, adjtUAF.
Mais pour la normalisation de l'AFNOR, je maintiens que, l'enfer étant dit-on pavé de bonnes intentions, il convient d'être particulièrement vigilant et critique. Même si ce n'est pas exactement la même chose, j'ai en tête le dévoiement des labels MSC par l'industrie de la pêche et FSC par celle du commerce du bois.

Pégase | 12 janvier 2021 à 17h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour la photo, oui, je confirme. Il s'agit d'une photo de palmiers à huile en Asie du Sud-Est illustrant les atteintes à la biodiversité via la déforestation.

Laurent Radisson | 12 janvier 2021 à 19h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager