En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les conditions d'homologation des boîtiers de conversion superéthanol E85 sont fixées

Transport  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Le ministère de la Transition écologique a publié, le 15 décembre au Journal officiel, l'arrêté qui définit les conditions d'homologation des boîtiers de conversion superéthanol E85 (jusqu'à 85% d'éthanol et 15% d'essence) installés sur le moteur de véhicules fonctionnant à l'essence.

Sont concernées par cet arrêté, les voitures particulières et les camionnettes immatriculées en France, utilisant l'essence comme source d'énergie exclusivement ou dans une motorisation hybride ou à bi-carburation. Ces véhicules sont compatibles avec le carburant SP95-E10 (sans plomb 95 contenant jusqu'à 10% de bioéthanol). Ils sont de niveau d'émissions polluantes Euro 3 minimum, et "d'une puissance administrative de 14 CV au maximum" (rubrique P.6 du certificat d'immatriculation). Les véhicules ne disposent pas d'un piège à particules.

Un bilan des prescriptions est prévu dix-huit mois après l'entrée en vigueur du texte, "pour évaluer l'opportunité de proposer d'y introduire des modifications".

La publication de cet arrêté était très attendue par la filière bioéthanol. "Le parc accessible est de près de 10 millions de véhicules", estime la Collective du bioéthanol dans un communiqué. Une fois installé, le boîtier permet au véhicule essence "de rouler indifféremment au SP95, SP98, SP95-E10 ou au Superéthanol-E85 dans le même réservoir et dans n'importe quelle proportion", souligne la Collective. Les boîtiers Superéthanol-E85 répondant aux exigences réglementaires "seront progressivement homologués dans les mois à venir". Les sociétés françaises FlexFuel Energy Development (FFED) et Biomotors, qui fabriquent ce type de boitiers, se félicitent de cette publication.

Le prix du boîtier installé varie en fonction du nombre de cylindres du moteur : il est commercialisé à partir de 700 euros pour un véhicule équipé d'un moteur 4 cylindres à injection indirecte. "La technique est parfaitement au point et remplit ses objectifs sans abîmer la voiture, ni nuire au rendement du moteur", assure de son côté Pierre Chasseray, délégué général de l'association 40 Millions d'automobilistes.

Le superéthanol E85 est distribué dans plus de 950 stations-service en France. Il coûte à la pompe en moyenne 0,67 euro le litre début décembre 2017.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…